Retour au menu principal


La NASA n'a pas visité Pluton!













Récemment la NASA a affirmé the "New Horizons", son dernier satellite, a pris des photos de Pluton, la planète la plus éloignée du système solaire, après un long voyage de presque dix ans.
Bien sûr les médias se sont extasiés de ces photos, presque une porte sur l'infini.
Même Jarrah White, un champion australien du canular lunaire, est tombé dans le piège de la fascination..mais pas moi, je suis immunisé contre les mensonges de la NASA.









Les photos de Pluton n'ont paru non naturelles, bizarres.
Il y a plein de choses étranges sur ces photos.
Sur cette photo, je peux voir ce qui ressemble à la tête d'un animal à l'endroit que j'ai cerclé de rouge.
Ce j'ai cerclé de vert paraît aussi étrange.
Et ce que j'ai cerclé de jaune ressemble à un chiffre '3'.
Certains diront que c'est juste du au hasard.
Mais je vais montrer des choses plus embarrassantes.









Sur cette photo, ils montrent une partie de Pluton sur sa vue globale, et le gros-plan correspondant pris de plus près.









J'ai eu l'idée de comparer les deux.









Le cratère que j'ai cerclé de rouge n'est pas positionné de la même façon relativement à deux cratères voisins.
Sur la vue globale, il est plus proche du cratère qui est sur sa gauche que du cratère qui est en-dessous.
Sir le gros-plan, c'est l'inverse!
Et la différence ne peut être attribuée à la perspective, car le gros-plan est manifestement pris alors qu'il apparaît sur l'extrême droite de Pluton, ce qui tendrait à raccourcir la distance entre le cratère cerclé de rouge et celui sur sa gauche.
Et, alors que le cratère que j'ai cerclé de jaune apparaît de la même taille sur le gros-plan que quelques autre cratères, il n'est pas aussi visible que ceux-ci sur la vue globale.









Une autre chose bizarre: Ceci est une animation faite avec une série de photos prises par le satellite.









Ce qui semble étrange est que la rotation de Pluton sur cette animation n'apparaît pas droite...







...mais inclinée à la place.
Cela pourrait être normal si c'était Pluton qui tournait et pas le satellite, mais ce n'est pas Pluton qui tourne sur cette série de photos; mais le satellite!









Il n'y a pas seulement un problème avec les photographies que le satellite a pris.
Il y a aussi de sacrées questions à propos de la technologie.
Pluton est une petite planète qui a un diamètre de seulement 2370km, et qui est la planète la plus éloignée du système solaire.
Elle est si distante que son existence n'est connue que depuis un temps relativement récent.
Elle est à une distance comprise entre 30 et 49 unités astronomiques, donc en moyenne 40 unités astronomiques.
Une unité astronomique représente 150 millions de kilomètres.
Cela signifie que Pluton est à une distance moyenne de 40*150=6000 millions de kilomètres, soit 6 milliards de kilomètres; cela représente vraiment une distance énorme.
A cette distance, et considérant la taille de Pluton, Pluton est vu sous un angle d'environ 0,00002 degrés depuis la terre, c'est à dire un dixième de seconde d'arc.









Le guidage de missile consiste à d'abord utiliser la navigation inertielle (i.e. gyroscopes), et, lorsque le radar a réussi à accrocher la cible, à utiliser son indication pour guider le missile jusqu'à sa cible.









La navigation se fait normalement avec une plateforme inertielle.
Une plateforme inertielle contient trois gyroscopes et trois accéléromètres, qui permettent de mesurer les positions angulaires et les variations de vitesses dans toutes les directions.
Il y a maintenant des gyroscopes assez précis, mais la précision requise pour naviguer vers Pluton est extrême; en effet, depuis la terre, Pluton est vu sous un angle de l'ordre d'un dixième de seconde d'arc (0,00002°).
Le problème avec les gyroscopes est qu'ils tendent à dériver, et à donner des indications de plus en plus erronées.
Le voyage vers Pluton a duré presque une décennie, et les gyroscopes ne peuvent rester précis sur une telle durée.









C'est pourquoi, après un certain temps, une plateforme inertielle doit être réinitialisée de manière à retrouver une référence correcte.
La réinitialisation d'une plateforme inertielle se fait en pointant un système optique vers des étoiles; trois étoiles sont nécessaires pour la réinitialisation (nous sommes dans un système tri-dimensionnel).
New Horizons avait des caméras stellaires permettant de prendre des photos du ciel, et l'attitude du vaisseau spatial était calculée en comparant les photos avec des cartes d'étoiles.
Jusque là, cela peut sembler normal, mais c'est là que cela devient délirant:
Les photos prises par les caméras stellaires étaient comparées avec une collection de 3000 étoiles, et la reconnaissance stellaire était faite tous les dixièmes de seconde!
D'abord cela n'a pas de sens d'avoir une collection si importante d'étoiles, alors que seulement trois étoiles identifiées sont nécessaires pour faire la reconnaissance stellaire; et pour identifier une étoile dans la galaxie, il suffit de quelques étoiles.









Ensuite cela n'a pas de sens de faire la reconnaissance stellaire à des intervalles si rapprochés, car, si les gyroscopes dérivent avec le temps, ils ne le font pas si vite qu'ils devraient être réinitialisés tous les dixièmes de seconde.
La variation d'attitude mesurée avec les gyroscopes est plus précise que la variation calculée entre deux reconnaissances stellaires successives; la reconnaissance stellaire devrait seulement être faite lorsque l'erreur estimée sur les gyroscopes atteint la précision de la reconnaissance stellaire, et cela représente bien plus qu'un dixième de seconde.









Si la navigation est faite de manière si absurde, la conséquence est qu'il va y avoir une accumulation d'erreurs dans la navigation qui va faire que, lorsque New Horizons atteint l'orbite de Pluton, il en sera très éloigné (l'orbite de Pluton fait pas loin de 20 milliards de kilomètres), et il n'arrivera jamais à le trouver avec son radar.
En d'autres termes, la probabilité que New Horizons atteigne Pluton peut être considérée nulle.
Et, même si New Horizons arrive miraculeusement à atteindre Pluton (dans le cas de la probabilité extrêmement faible que les erreurs de navigation s'annuleraient), il aura encore une vitesse telle qu'il n'aura pas la capacité de décélération pour s'y arrêter, et continuera au delà de l'orbite de Pluton.









Et, même en supposant que New Horizons atteigne Pluton et arrive à s'y arrêter, lorsque New Horizons veut envoyer des photos qu'il prend vers la terre, il devrait orienter son antenne vers la terre avec une précision extrême (depuis Pluton, la terre est vue sous d'un angle d'à peine plus une seconde d'arc), ce qui est rendu encore plus difficile du fait que New Horizons n'est pas statique, mais tourne autour de Pluton.
Les gens pensent que les ondes émises par Pluton se diffusent dans toutes les directions, que tout le système solaire pourrait les recevoir, mais ce n'est simplement pas vrai.









Sur terre, les ondes radio peuvent se réfléchir sur le sol, et aussi sur l'ionosphère, ce qui permet leur réception dans de multiples directions.
Mais, dans le vide, les ondes radio n'ont rien pour se réfléchir, et donc elles doivent être dirigées vers la cible avec une grande précision.
Si les ondes radio pouvaient diffuser dans toutes les directions dans le vide de l'espace, les astronautes d'Apollo ne se seraient pas souciés d'orienter l'antenne vers la terre.









La conséquence est que l'onde radio émise par New Horizons, et qui transporte les photographies, n'a virtuellement aucune chance d'atteindre la terre, et la manquera.
Ils disent qu'ils réduisent le taux de transmission des photographies quand l'émission se fait depuis Pluton, mais cela ne sert à rien, car, si la porteuse haute fréquence permettant de transporter les photographies n'est pas reçue par la terre, ce n'est pas parce qu'ils ont réduit le taux de transmission à l'intérieur de la porteuse que cela marchera mieux.









Mais les médias ne se soucieront jamais de ces questions.
Ils ne mettront jamais en doute les "exploits" de la NASA, et continueront d'appeler des "idiots" ceux qui doutent, même si ces derniers ont des raisons valables de douter.
Et cette fois, la NASA a même réussi a tromper un champion du canular lunaire, Jarrah White.
Heureusement, cela n'a pas fonctionné avec moi, je ne croirai jamais aucun des canulars de la NASA, j'ai vu trop d'absurdités!