Back to main menu


Les propos incohérents des astronautes d'Apollo









Cette section montre des propos incohérents des astronautes d'Apollo qui tendent à prouver qu'il ne sont jamais allés sur la lune.








Buzz Aldrin et Michael Collins ont dit, dans le film "In the shadow of the moon" (dans l'ombre de la lune), que, lorsque la fusée Saturn décolle, ils ont senti un mouvement de balancement de la fusée Saturn.







Ils ont du penser que cela venait du fait que les réacteurs de la fusée Saturn étaient articulés.
Mais le fait que ces réacteurs sont articulés a justement pour but d'éviter un mouvement de balancement de la fusée.







En effet, le réacteur du module de descente lunaire était aussi articulé, et cela permettait de le pivoter de sorte que la ligne de poussée reste alignée avec le centre de gravité, et qu'il n'y ait pas apparition d'un couple de désalignement, et donc que le module puisse continuer à aller tout droit et ne pas osciller.
La manière dont le centre de gravité (représenté par une croix) bouge sur mon animation ne représente pas la réalité et n'a qu'un but explicatif.







Dans le module de remontée, le réacteur était fixe et non articulé, et donc le moteur de remontée ne pouvait pas être pivoté de sorte que sa poussée reste alignée avec le centre de gravité, ce qui forçait à corriger le couple de désalignement avec les réacteurs latéraux, et qui causait un mouvement de balancement.







Lorsque la fusée Saturn décolle, nous ne la voyons pas du tout osciller, car ses réacteurs sont déjà orientés de sorte que leur poussée soit alignée avec le centre de gravité de la fusée.







Et, alors que la fusée monte, ses réacteurs sont continuellement et précisément pivotés de sorte que leur poussée reste parfaitement alignée avec le centre de gravité de la fusée; elle n'oscille jamais, elle montre seulement une inclinaison lente progressive de son vol de sorte à pouvoir la mettre en orbite.







Donc, si Buzz Aldrin et Michael Collins étaient vraiment dans la fusée Saturn lorsqu'elle a décollé, ils ne peuvent pas avoir senti le mouvement de balancement dont ils parlent dans le film "In the shadow of the moon".









Dans la conférence de presse d'Apollo 11, Collins s'est dit capable de prendre une vidéo à une fenêtre, de prendre des photos à une autre vidéo, et aussi d'être aux commandes du module de commande, et tout cela en même temps.
Sérieusement, est ce que piloter le module de commande alors que le module lunaire se désamarrait n'était pas prioritaire sur la prise de photos et de vidéo?









Et, alors qu'Alan Bean a dit que le bruit du réacteur ne pouvait être entendu (ce qui est le cas sur les vidéos de la descente du module lunaire), Gene Cernan a affirmé au contraire que son bruit était étourdissant.
Alors qui avait raison?









Pendant la descente d'Apollo 11, une alarme "1202" est apparue sur l'affichage de l'ordinateur.
Les astronautes se sont demandés ce que signifiait cette alarme, et ont demandé au centre de contrôle sa signification.







En fait Buzz Aldrin avait mis par erreur l'entrée radar sur la position "Slew", et conséquemment l'entrée radar de l'AGC a commencé de recevoir des impulsions radar en rafale (c'est que qu'affirme le rapport de mission).







Si ces impulsions radar avaient été comptées normalement, avec un compteur électronique qui est lu par une instruction IO de l'AGC, comme c'est fait dans tous les ordinateurs (y compris l'ordinateur IBM de la fusée Saturn), cela aurait été sans conséquence, et l'ordinateur aurait continué de fonctionner, il aurait juste rejeté les impulsions non désirées; il aurait averti les astronautes de la connexion incorrecte.







Mais les impulsions radar étaient directement comptées par une instruction de l'AGC, et le fait de compter l'excès d'impulsions a résulté dans le fait que l'ordinateur a perdu trop de temps à les compter et n'a plus pu faire son travail normal de guidage; il a été saturé d'instructions, s'est étouffé, et a du redémarrer; et ceci se reproduirait régulièrement tant que l'entrée radar resterait sur la mauvaise position (Slew).







Cela signifie que ce problème était complètement prévisible, car il se produisait de manière systématique lorsque l'entrée radar était sur la position slew.
Dans une telle condition, il est évident que les ingénieurs de la NASA auraient du avertir les astronautes de ce problème qui pouvait se produire, et qui pouvait mettre en danger la descente du module lunaire s'il n'était pas promptement réglé.







Non seulement les astronautes n'étaient pas au courant de ce problème, mais, de plus, même le centre de contrôle lui-même n'était pas au courant de cette alarme!
Le centre de contrôle a du faire une recherche pour trouver la signification de cette alarme, et pendant tout ce temps le problème est resté non résolu, et l'ordinateur pratiquement inutilisable!







SERIEUSEMENT!









Lorsqu'Armstrong a pris les commandes du LEM, il a dit qu'il l'a fait voler comme un hélicoptère.







Et Buzz a parlé de le faire atterrir comme un avion.







Mais le contrôle du LEM est très différent de celui d'un avion ou d'un hélicoptère.
Un avion ou un hélicopère utilisent la force de l'air, alors que le LEM utilisent exclusivement la force de ses réacteurs.
C'est une technique complètement différente.









Buzz Aldrin, dans le film "In the shadow of the moon", dit que, pour éviter un obstacle, ils devaient cabrer le LEM vers le haut, avec la conséquence qu'ils ne pouvaient plus voir le sol lunaire à travers les hublots.
Il parle comme s'ils pilotaient un avion, et non un module lunaire.







mais le module lunaire ne se maneuvrait pas du tout comme un avion; le LEM n'avait pas besoin de se cabrer vers le haut, mais il devait simplement faire un mouvement translationnel vers le haut en utilisant ses réacteurs latéraux, et conséquemment l'attitude du module lunaire ne changeait pas, et les astronautes continuaient d'avoir la même vue du sol lunaire.







Donc le fait que Buzz ne savait pas que le LEM n'avait pas besoin de se cabrer pour passer au dessus d'un obstacle prouve qu'il n'a pas pu voler avec le module lunaire au dessus de la lune, sinon il l'aurait su.









Armstrong a rapporté qu'il restait moins d'une minute de carburant dans les réservoirs du LEM lorsque le LEM s'est posé sur la lune, parce qu'il n'arrivait pas à trouver un endroit sûr pour poser le LEM, mais c'est peu plausible.







En effet, lorsque nous regardons la vidéo de la descente, il est manifeste qu'Armstrong aurait pu se poser plus tôt, car le sol lunaire ne montre pas de réelle difficulté, nous ne voyons que quelques petits cratères ici et là, mais pas d'obstacle réel empêchant le LEM de se poser.









Dans le film "In the shadow of the moon", Buzz a dit qu'il a mis à profit le temps qu'Armstrong descendait sur le sol lunaire pour uriner de sorte à ne pas avoir à le faire plus tard.
Leur habit spatial était en effet doté d'un disposif de collecte d'urine, mais cela n'aurait eu de sens que s'il avait utilisé le dispositif de collecte d'urine du module lunaire, autrement il aurait immédiatement été encombré de son urine dans son habit spatial.
Mais il n'a pas pu utiliser le dispositif de collecte d'urine du module lunaire pour la simple raison que le vide doit être fait dans le module lunaire avant que le premier astronaute ne sorte, car le sas de sortie n'a pas de chambre intermédiaire; il a donc du mettre son habit spatial avant qu'Armstrong ne descende sur la surface lunaire, ce qui signifie qu'il a du nécessairement utiliser le dispositif de collecte d'urine de son habit spatial alors qu'Armstrong descendait, ce qu'il aurait aussi pu faire sur la lune; de plus, il aurait été préférable qu'il attende d'avoir descendu l'échelle lui-même avant d'uriner, car ainsi on sac de collecte d'urine aurait été vide dans la descente et ne l'aurait pas gêné dans cette descente.
S'il avait vraiment besoin d'uriner, il aurait du le faire avant que le vide ne soit fait dans le LEM, donc alors qu'Armstrong était encore dans le module lunaire.










Dans le film "In the shadow of the moon", Cernan a dit qu'il a descendu une pente avec le rover à une vitesse de 17km/h, dont il a affirmé que c'était la plus grande vitesse enregistrée sur la lune.







Mais...







...Comment a-t-il pu être si précis puisque l'indicateur de vitesse était très grossier, avec des indications de 5 par 5, et pas de graduations?







Voici une photo de cet indicateur de vitesse.
Il était petit et à peine visible pour l'astronaute, et donc il n'aurait certainement pas pu lire la vitesse avec une précision d'un kilomètre à l'heure.









Et, concernant la conduite dans le lunar rover, les astronautes ne pouvaient utiliser une boussole magnétique, comme nous le faisons sur terre, car une boussole ne peut marcher sur la lune, comme la lune n'a pas de pôle magnétique.







Lorsque Charlie Duke a été interrogé par James May, et qu'il lui a été demandé comment les astronautes pouvaient s'orienter avec le rover et retrouver leur chemin vers le LEM sans boussole, Charlie Duke a répondu qu'ils n'avaient qu'a suivre les traces des roues du rover pour retrouver leur chemin vers le module lunaire.







Charlie Duke ne savait même pas que le rover était équipé de cartes (que j'ai cerclées de rouge sur ce gros plan d'une photo d'Apollo 15), et d'une boussole solaire (que j'ai cerclée de vert sur le même gros plan).







Le problème avec ce dispositif à ombre solaire est qu'il ne fonctionnait que sur un angle restreint, et qu'il ne couvrait pas tous les angles possibles.







Lorsque vous utilisez une boussole sur terre, elle fonctionne dans toutes les directions, pas seulement dans une seule direction.







Alors pourquoi ne pas équiper les astronautes avec une vraie boussole solaire, qui peut fonctionner dans toutes les directions, comme celle que je montre sur cette photo?









Dans la conférence d'Apollo 11, Buzz Aldrin a dit qu'ils avaient des problèmes pour se réchauffer la nuit dans le LEM alors qu'ils dormaient.
Mais, quand vous dormez pendant la nuit dans un désert, les nuits peuvent être très froides parce que le soleil ne réchauffe plus l'atmosphère (en même temps qu'il peut faire très chaud dans la journée).
Mais, lorsqu'ils dormaient, il ne faisait pas vraiment nuit; le jour lunaire est très long, pratiquement un mois, et il a fait jour pendant tout leur séjour sur la lune.







Cela signifie que, pendant qu'ils dormaient, le module lunaire était exposé au soleil, et il n'y avait pas d'air pour le rafraichir.
Ce n'est donc pas pour se réchauffer qu'ils auraient du avoir du mal, mais pour se rafraîchir plutôt.









Au moment du décollage d'Apollo 11, les astronautes ont vu qu'un coupeur de circuit permettant de démarrer le moteur de remontée était cassé, et conséquemment ce moteur ne pouvait être démarré.







S'il ne pouvait être démarré, cela signifiait une mort certaine pour eux.







Mais Buzz Aldrin a trouvé la solution, il a utilisé un stylo à bout pointu pour remplacer le contact manquant permettant de démarrer le moteur de remontée.







SERIEUSEMENT!
Est-ce que les ingénieurs de la NASA auraient été assez négligents pour ne pas s'assurer que ce coupeur de circuit serait à l'abri de tout incident, puisqu'il était si vital pour la sécurité des astronautes?







Sommes nous dans une mission sérieuse ou un film hollywoodien?









Les astronautes Stafford et Al Worden ont affirmé que le module de commande avait fait une rentrée directe dans l'atmosphère quand il est revenu de la lune.







Mais Chris Kraft, directeur de vol de la NASA, a affirmé qu'il n'était pas possible de faire une rentrée directe, que cela aurait surchauffé le module de commande, et que la seule manière raisonnable pour le retour du module de commande était de faire une rentrée rebondissante.







La rentrée rebondissante consiste à faire rebondir le vaisseau spatial sur l'atmosphère au lieu de pénétrer directement dedans, et de faire diminuer suffisamment la vélocité avant de pénétrer effectivement dedans pour la descente finale, de sorte que la vélocité restante conserve l'échauffement du à la friction atmosphérique dans des limites raisonnables.
C'est ce que les fusées russes ont fait avec succès.







Al Worden a toutefois insisté qu'il avait fait une rentrée directe, et s'est montré très insultant vis à vis de Chris Kraft qui le contredisait.
Cependant, nous aurions plutôt tendance à faire confiance à Chris Kraft sur ce sujet, car Chris Kraft est un vrai scientifique, ce qui n'est pas le cas d'Al Worden.







Donc, si Al Worden croit vraiment avoir fait une rentrée directe à travers l'atmosphère, cela veut dire qu'il ne l'a pas vraiment faite.









Finalement, pour en finir avec ces propos incohérents, nous pouvons parler d'Alan Bean qui ne sait même pas qu'il a traversé les ceintures de radiations de Van Allen en voyageant vers la lune.
Des astronautes qui se sont approchés de ces ceintures, sans y pénétrer, ont rapporté avoir ressenti des effets particuliers (comme des étoiles filantes devant les yeux), dont Alan Bean, qui est sensé les avoir complètement traversées, ne sait absolument rien.







Est-ce crédible?









Dans le film "In the shadow of the moon", Charlie Duke dit ceci à la fin:
"Nous sommes allés à la lune neuf fois, pourquoi aurions nous truqué les missions neuf fois?"
Pourquoi? La réponse me semble évidente!







Aller sur la lune est très risqué, il y a à chaque fois un risque élevé d'échec, et, plus ce risque est répété, plus il y a risque d'échec.
D'un autre côté, si les missions sont truquées, il y a à chaque fois une chance totale de succès, et les missions truquées peuvent être répétées à volonté.









Dans le film "In the shadow of the moon", les astronautes semblent sincèrement convaincus d'avoir marché sur la lune, ils n'en montrent aucun doute.
Le seul astronaute qui en montrait des doutes à l'époque du film était Neil Armstrong, et il a refusé de participer au film.







Les astronautes semblent vraiment remplis d'extase d'avoir marché sur la lune, ils ne pourraient être ainsi s'ils mentaient consciemment.







Certains montrent même des réactions brutales quand ils sont accusés de mentir.
Ils ne réagissent pas de cette manière parce qu'ils se sentent coupables, mais parce qu'ils se sentent vraiment offensés.







Alors, comment est-il possible qu'ils ne mentent pas sur le fait d'avoir marché sur la lune, tout en n'ayant pas vraiment marché dessus?







La réponse est MKULTRA, le programme de contrôle mental de la CIA.
Avec ce programme, utilisant du LSD et l'hypnotisme, la CIA a pu convaincre les astronautes d'Apollo qu'ils ont vraiment marché sur la lune, et cela a parfaitement marché pour la plupart d'entre eux.









Le seul astronaute à avoir vraiment montré des doutes était Pete Conrad, et il a très clairement exprimé ses doutes dans une interview qu'il a donnée peu avant sa mort; il a dit:
"We have been shot down prior every setting foot on the moon, and frankly we haven't gone anywhere near".
soit:
"Nous avons été endormis avant chaque alunissage, et franchement nous ne nous en sommes jamais approchés" (sous entendu de la lune).
C'était une confession très claire, mais les tenants d'Apollo ont essayé de sauver la situation en disant qu'il voulait dire que les fonds pour poursuivre les missions lunaires avaient été coupés (shut down) après la dernière mission lunaire; mais, s'il avait vraiment voulu dire cela, il aurait ajouté "après la dernière mission", et non "avant chaque alunissage", cela tient de la logique!







Peu de temps après, et avant le trentenaire d'Apollo 12, Pete Conrad a été sérieusement blessé dans un accident de moto.
Toutefois, il n'a pas eu de blessure mortelle dans cet accident, mais les docteurs l'ont laissé agoniser pendant six heures sur un lit d'hôpital, en prétendant qu'il avait une hémorragie interne dont ils ne trouvaient pas la source.







Je n'achète pas.
Il est évident que la CIA ne pouvait pas le laisser réitérer ses doutes, et que cet accident a en fait été un meurtre déguisé.
Ce n'est pas le premier meurtre que la CIA a perpétré pour protéger le secret d'Apollo.







Quoiqu'il en soit, ce qui est sûr est que les propos incohérents des astronautes d'Apollo les disqualifient pour avoir marché sur la lune.










Alors que les astronautes étaient hypnotisés, sous l'emprise de MKULTRA, les ingénieurs avaient la responsabilité de faire retenir aux astronautes ce qu'ils devraient dire lorsqu'interrogés sur Apollo; mais les ingénieurs n'ont pas joué le jeu comme l'espérait la CIA, et, au lieu de dire aux astronautes des choses raisonnables et cohérentes, ils leur ont raconté toutes les stupidités que j'ai montrées dans cette vidéo, espérant que, lorsqu'ils répéteraient ces inepties, les gens (au moins ceux qui sont éduqués) pourraient voir que ce qu'ils disaient n'avait pas de sens, et que donc Apollo était certainement faux.







Mais cela n'a pas marché comme espéré, et seules quelques personnes ont remarqué les anomalies dans le projet Apollo, et, au lieu que ces anomalies soient reconnues par les médias, elles ont été rejetées comme de complètes fantaisies.







C'était sans compter avec les discours emballants de Kennedy...







...La fascination créée par l'alunissage d'Apollo 11, montré sur tous les médias du monde entier...







...L'ignorance des manipulations de Kennedy pour acheter le silence des Russes, et pour composer avec eux...







...L'ignorance que le rayon laser n'a pas attendu que les astronautes d'Apollo déposent des rétroréflecteurs sur la lune pour pouvoir se réfléchir sur la lune, mais que cela marchait déjà avant les missions lunaires...







...L'ignorance que les prétendues roches lunaires peuvent être trouvées directement sur terre...







...L'ignorance que les prétendues photos du LRO sont remplies d'anomalies...







...et de plus qu'elles portent ostensiblement la signature d'Adobe Photoshop...







...et enfin l'ignorance de la compartimentalisation de la NASA.







Tout ceci explique pourquoi les adeptes du canular lunaire ont tant de difficulté pour se faire entendre de la majorité des gens et des médias.









AU 19ème siècle, il y a eu un autre canular lunaire, appelé "Le grand canular lunaire", dans lequel quelqu'un a réussi à faire croire aux gens qu'il y avait d'étranges créatures sur la lune, et qui a très bien fonctionné.
Bien sûr, de nos jours, personne ne croit encore à ce canular, mais il a quand même eu des croyants pendant un bon bout de temps.
Et ce qui est drôle est que ce n'étaient généralement pas des gens simples qui croyaient en ce canular, mais plutôt des gens éduqués, ce qui montre que l'éducation ne protège pas de croire en des lubies.







Lorsque la fascination prend le pas sur le sens commun et la logique, quelqu'un peut perdre contact avec la réalité, quel que soit son niveau d'éducation.







Mark Twain, qui était un fin connaisseur de la nature humaine, a dit cette fameuse citation: "Il est plus facile de tromper des gens que de les convaincre qu'ils ont été trompés".
Cela a été vérifié tout au long de l'histoire humaine, et cela n'a jamais été plus vrai qu'avec Apollo.









Un siècle après le procès de Galilée, sa théorie de l'héliocentrisme était encore bannie.
Si cela prend aussi longtemps pour qu'Apollo soit officiellement reconnu comme un canular, nous adeptes du canular lunaire ne verrons probablement pas le jour où la NASA reconnaîtra enfin officiellement qu'Apollo était truqué.







Mais nous savons que nous avons raison, aussi sûrement qu'un et un font deux.