Back to main menu



Problèmes avec la bille bleue d'Apollo 17







Un des arguments forts contre les alunissages est la ceinture de radiations entourant la terre que les astronautes ont du traverser, et ils sont les seuls à les avoir jamais traversées.









Mais Robert Braeunig a prétendu que cela ne posait pas de problème, car les astronautes pouvaient contourner la partie la plus dangereuse de ces radiations de manière à recevoir le moins de radiations possible.
Oh vraiment, le pouvaient-ils?









Braeunig aurait du lire avec plus d'attention la documentation de la NASA qui décrit la trajectoire suivie par le module de commande, car il aurait vu que le module de commande ne prenait pas n'importe quelle trajectoire, mais une trajectoire très précise, qui consistait à ce que le S-IVB ne donnait pas seulement une vitesse initiale au module de commande, mais aussi une direction initiale correspondant à la position que la lune aurait quand le module de commande l'atteindrait, et, généralement, dans les missions Apollo, le module de commande est arrivé près de la lune quand elle était proche de son premier quartier, et, elle était alors à une direction qui était bien différente de l'angle que le plan orbital de la lune fait avec le plan équatorial de la terre; le but de cette maneuvre était d'optimiser la consommation de carburant en évitant de faire des changements de direction.
Prendre la trajectoire préconisée par Braeunig aurait forcé le module de commande à consommer trop de carburant, en faisant tous ces changements de direction, ce qui aurait compromis la mission lunaire.
Et, au point de la première correction de mi-course d'Apollo 17, la latitude était de 17° (sud) seulement, ce qui signifie que le module de commande n'aurait pas pu voir la terre sous cet angle.










Lorsque le module de commande est proche de la terre, il la voit sous un angle trop important pour que l'appareil Hasselblad soit capable de prendre la terre complète, l'appareil ne pourrait en voir qu'une partie.









Mais la bille bleue a été prise à une distance de 45000 kilomètres de la terre, et, à cette distance, la terre est vue sous un angle de 16° seulement, ce qui signifie que l'appareil Hasselblad était parfaitement capable de prendre une vue complète de la terre.









Vous pouvez remarquer que la terre de la bille bleue est entièrement éclairée par le soleil, nous ne voyons pas d'ombre dessus, pas de croissant.
Cela signifie que le module lunaire était exactement dans la direction du soleil lorsque cette photo a été prise, et aussi que le module de commande était dans le plan de l'orbite solaire.
Pourtant il n'aurait pas du se trouver dans ce plan, mais dans le plan de l'orbite lunaire selon la trajectoire planifiée par les ingénieurs de la NASA.









A l'époque d'Apollo 17, on était proche du solstice d'hiver, et la terre était à la position qui a été cerclée sur cette représentation.









La terre était vue tourner de cette manière depuis le plan de l'orbite solaire.









Et elle était vue tourner de cette manière depuis le plan de l'orbite lunaire.









La vue de la terre la plus proche de la bille bleue (prise depuis l'animation de la terre tournante dans le plan de l'orbite solaire, puisqu'apparemment la bille bleue a été prise dans ce plan) est celle-ci.









Si nous comparons cette vue avec la bille bleue, nous pouvons constater qu'il y a un net problème avec l'Afrique (qui est parfaitement reconnaissable sur la bille bleue).
L'Afrique est surdimensionnée sur la bille bleue relativement à ce qu'elle devrait être (telle que montrée sur la vue réelle de la terre).









Mais ce n'est pas la seule observation que nous puissions faire sur cette bille bleue, il y a une observation encore plus fine qu'il est possible de faire.
Comme la terre est entièrement éclairée, cela signifie que le module de commande était dans la direction du soleil quand cette photo a été prise, et aussi que le méridien qui apparaît au milieu de cette vue correspond à midi.
Il aurait donc été à peu près midi sur l'ile de Madagascar (qui nous voyons pas loin du centre de la vue) lorsque la bille bleue a été prise; mais était-ce le cas? Nous pouvons le vérifier!









Apollo 17 a été lancé à 5 heures 33 minutes UTC du matin (7 heures 33 minutes GT).









Selon la chronologie d'Apollo 17, la bille bleue aurait été prise 5 heures et 6 minutes plus tard, ce qui met la prise de vue de la bille bleue à 10 heures de 39 minutes UTC, soit 11 heures et 39 minutes GT.
Il était donc un peu avant midi sur le méridien de Greenwich quand la bille bleue a été prise.








Sur la planisphère, je montre quel était le méridien sur lequel il était midi au moment où la bille bleue a été prise (juste un peu à gauche de Paris).









Je montre ici la vue de l'animation de la terre tournante qui est la plus proche de ce moment.
Ceci est la vue de la terre que le module de commande aurait du avoir lorsque la bille bleue a été prise.









Mais, si nos comparons cette vue avec la bille bleue, nous pouvons constater qu'il y a un gros problème: L'Afrique n'est pas du tout positionnée de la même manière sur les deux vues; sur la vue réelle elle est positionnée à droite, et, sur la bille bleue, elle est positionnée à gauche.









Un fan d'Apollo a affirmé que nous verrions un légère partie ombrée sur la droite de la terre (et aussi qu'on ne verrait pas tout à fait une demie-terre), mais cette ombre n'est pas suffisante pour expliquer l'erreur importante; elle ne ferait que légèrement décaler la vue de la terre que nous verrions, mais pas assez pour expliquer l'erreur.







Et pour contrer cet argument, j'ai aussi fait une étude différente en utilisant les coordonnées indiquées dans le rapport de mission d'Apollo 17.
Le point d'éjection du module de commande (moment où le module de commande a déjà sa vitesse initiale, et sa direction initiale, données par le S-IVB) a pour coordonnées 27,91° latitude Sud, et 37,68° longitude Est d'après le rapport de mission d'Apollo 17
Le point de première correction de mi-course a pour coordonnées 17,04° Latitude Sud, et 22,82° Longitude Ouest, toujours d'après le rapport de mission d'Apollo 17.
les coordonnées du module de commande au moment où il a pris la bille bleue sont celles du centre de la terre qu'il a prise.
J'ai vérifié sur Google Earth, et ce n'est pas très éloigné des coordonnées au point d'éjection (mais une latitude un peu supérieure quand même).
Mais, entre le point d'éjection et le point de première correction de mi-course, le module de commande ne fait pas de changement de direction, et suit pratiquement une trajectoire rectiligne.
Le point d'éjection est fait à une distance de 13394 kilomètres de la terre; le point de première correction de mi-course est à 128220 kilomètres de la terre.
On sait que la bille bleue est prise à 45000 kilomètres de la terre.
On peut donc calculer approximativement, par une règle de trois, les coordonnées au point où la bille bleue est prise, et cela donne 24,92° latitude Sud, et 21,03° longitude Est.
J'ai centré la terre dans Google earth pour que le centre corresponde avec ces coordonnées, et je montre plus haut ce que cela donne.
L'Afrique est plus centrée par rapport à la bille bleue et plus basse.









Ceci est la photo AS17-148-22741, et elle aurait été prise par les astronautes d'Apollo 17 à peu près un jour après le lancement.









Sur le gros plan de cette photo, nous pouvons clairement voir l'Australie, mais, étrangement, nous ne pouvons voir aucune autre terre.









Si nous comparons avec une vue correspondante réelle de la terre, où sont les terres que nous pouvons voir sur la vue réelle?
Toutes cachées par des nuages?









Nous devrions au moins voir la nouvelle Guinée que j'ai cerclée sur la vue réelle.
Elle ne peut pas être entiérement cachée par les nuages.
Nous pouvons voir le bleu de la mer là où elle devrait être.









Une autre photo, AS17-148-22740, a été prise un peu moins de deux heures auparavant.









Si nous la comparons avec la photo suivante, la comparaison n'est pas aisée car l'appareil a été tourné entre les deux photos.









La comparaison est rendue plus facile si nous tournons la première photo de manière que les deux terres aient la même orientation.
Nous pouvons constater que l'Australie s'est déplacée vers la droite, ce qui est normal en raison de l'écart de temps entre les deux photos (et la quantité du déplacement correspond à la différence de temps).
Mais nous pouvons constater que l'Australie a la même forme et même orientation sur les deux photos.









Pourtant, sur une véritable terre tournante, lorsque l'Australie se déplace de la gauche vers la droite, sa forme et son orientation changent.









Donc, finalement, il n'y a pas moyen que ces photos puissent avoir été prises par Apollo 17 lors de son voyage vers la lune, et ceci pour une bonne raison qui est...









...Qu'Apollo 17 n'est jamais allé sur la lune!!!