Retour au menu principal

APOLLO 12





Sur la photo AS12-46-6716, il semble que nous voyons trop du sol lunaire.







Regardez cette vue de dessus.
Elle est digne de confiance, car le LM que nous voyons vient d'une photo Apollo (AS14-74-10206).
L'astronaute est encore au sommet de l'échelle, et il est donc à l'endroit que j'ai cerclé de rouge.
Plus de 90° de son champ de vision est occupé par le LM; nous prendrons un cas défavorable, et nous dirons 90°.
Votre première pensée serait que le LM occupe la moitié de la visière et le sol lunaire l'autre moitié?








Pas du tout, car le LM s'étend de chaque côté de la visière sur rayon*sinus(45)= rayon*0.7071.
Cela signifie en fait que le LM occupe plus des 7 dixièmes de l'étendue de la visière, et le sol lunaire les 3 dixièmes restants (et même moins).







Pourtant, nous voyons que le sol lunaire occupe un peu plus de la moitié de la visière; nous en voyons trop.








Ensuite, si les pattes que j'ai cerclées sont les pattes du LM, elles sont alors placées trop haut.
Les pattes sont sous l'astronaute, non au dessus de lui, et elles devraient donc apparaître dans la partie inférieure de la visière et non sa partie supérieure.







J'ai ajouté de la luminosité sur la partie de la visière qui apparaît sombre.
Après avoir ajouté de la luminosité, cette partie apparaît verte, mais ce n'est pas parce que j'ai rajouté du vert: j'ai seulement rajouté de la luminosité; et c'est le fait de rajouter de la luminosité qui la fait apparaître verte.
Il semble que nous voyons le LM; nous voyons des pattes que j'ai cerclées de rouge; elles sont placées plus bas que les deux autres pattes (mais encore incorrectement, car elles sont trop proches du milieu de la visière).







Mais si les pattes que j'ai cerclées de rouge sont les pattes du LM, alors que sont les pattes que j'ai cerclées d'orange?
Quelle est cette étrange soucoupe volante derrière le LM.








Quant à la chose étrange orangée que nous voyons sur la droite de la photo (et qui ressemble à un masque), c'est une invention qui n'appartient pas réellement au lem.








Sur cette photo (AS12-46-6725), il y a une étrange tête d'alien gisant sur le sol.








Sur cette photo (AS12-46-6728), la tête d'alien se lève.
Et le pied de l'astronaute paraît étrange.





J'ai ajouté de la luminosité à ce pied, et nous voyons une chose très étrange apparaître.





Et voici un gros plan de ce très étrange pied d'astronaute (après que je lui ai ajouté de la luminosité)!













Sur les photos AS12-46-6730 et AS12-46-6731 le photographe photographie le sol lunaire avec le lem sur sa gauche, et sur la deuxième photo il tourne son appareil sur la droite.
Sur la première photo, il est correctement orienté, mais il ne semble pas prêt à prendre la photo.
Sur la deuxième photo, le photographe semble un peu plus concentré sur son appareil.







Je vais montrer une petit démonstration à propos de la manière dont apparaît l'ombre de l'astronaute sur la photo suivant la manière dont il s'oriente relativement au soleil.
Sur cette photo, j'ai le soleil droit dans mon dos, et conséquemment mon ombre est sur le milieu de la photo et vue de face, et pas de profil.
J'ai bien étendu mes bras de manière à ce que vous voyez mon orientation.



Photo2_2.jpg
Sur cette seconde photo, j'ai tourné mon appareil sur la gauche (ou dans le sens inverse des aiguilles d'une montre autour de l'axe vertical, plus techniquement).
Le soleil brille maintenant sur ma gauche, et conséquemment mon ombre a été poussée sur la droite de la photo, et je montre un profil orienté sur la gauche.




Sur cette troisième photo, j'ai tourné mon appareil sur la droite (ou dans le sens des aiguilles d'une montre autour de l'axe vertical, plus techniquement).
Le soleil brille maintenant sur ma droite; conséquemment mon ombre a été poussée sur la gauche de la photo, et je montre un profil orienté sur la droite.





Sur la photo AS12-46-6731 l'ombre du photographe a été poussée sur la gauche; ce qui veut dire qu'il a le soleil sur sa droite; il devrait être vu de profil sur la droite, et il est vu de profil sur la gauche au lieu de cela.







Je représente ici comment l'ombre du photographe aurait du apparaître.










Sur cette photo (AS12-46-6755), le collecteur de vent solaire semble plutôt étrange.





Nous voyons mieux avec ce gros plan; il y a une ombre étrange sur ce collecteur.










Ici sur les photos AS12-46-6767 et AS12-46-6768, l'astronaute est près d'un cratère et prend le soleil qui apparaît sur le bord du cratère.
Sur la seconde photo il tourne l'appareil sur la droite, et le soleil est poussé sur la gauche de la photo.
Apparemment, il n'y a rien d'anormal.





Sur ces deux photos, nous voyons deux choses:
- Un triangle de pierres que j'ai cerclé de rouge.
- Et un triangle de trous que j'ai cerclé d'orange.
Nous voyons que le triangle de trous a légèrement bougé sur la gauche relativement au bord du cratère (et aussi le triangle de pierres), et qu'il en est également un peu plus éloigné.
Conséquemment, le photographe s'est déplacé un peu vers la droite et a reculé en plus de tourner son appareil.






De manière à rendre les trous plus visibles, je les ai colorés avec des couleurs différentes sur les deux photos (rouge, vert, et bleu).





Ensuite, j'ai fait une superposition des deux photos avec les trous colorés, de manière à ce que les bords du cratère se superposent aussi parfaitement que possible (i.e. j'ai corrigé l'orientation de la deuxième photo pour lui donner la même orientation que la première photo, et j'ai mis la deuxième photo dans la continuité de la première).
Et que voyons nous sur cette superposition?
Nous voyons deux répliques du triangle de trous (les points colorés).
Nous devrions également voir deux répliques du triangle de pierres qui est également plus proche du photographe que le bord du cratère.
Ces deux répliques seraient plus proches l'une de l'autre que les répliques du triangle de trous, mais nous devrions quand même les voir, et nous ne les voyons pas: Les deux triangles de pierres se superposent parfaitement!










Cette photo est prise à l'envers.
Sachant que les astronautes avaient leur appareil fixé sur leur poitrine, de manière à prendre cette photo, l'astronaute aurait dû marcher sur les mains; dans cette position, déclencher l'appareil aurait été plutôt difficile!










Sur ce couple de photos (AS12-46-6822 et AS12-46-6823), l'appareil tourne autour d'un petit monticule entre les deux photos.





J'ai pris deux vues d'une petite table avec deux pierres juste devant.
La table représente le petit monticule, et mes pierres les pierres qui sont devant le petit monticule.
Je tourne autour de la table comme le photographe tourne autour du petit monticule sur les photos Apollo.
Dans des fenêtres en haut, je montre comment les pierres apparaissent sur chacune des photos.
Et nous voyons que la manière dont les pierres apparaissent change complétement entre les deux photos.





Sur la photo Apollo les deux pierres que j'ai cerclées refusent de tourner, et montrent le même profil sur les deux photos ou presque.





Sur cette photo, je montre chacune de ces pierres avant et après la rotation de la scène.











Sur ces deux photos (AS12-46-6841 et AS12-46-6842), le photographe prend une photo avec l'autre astronaute sur sa droite.
Sur la deuxième photo il tourne l'appareil sur sa gauche; conséquemment les ombres des astronautes sont poussées sur la droite de la photo.
Nous voyons que le photographe est l'astronaute sur la gauche parce qu'il a l'orientation correcte sur les deux photos.
En ce qui concerne l'autre astronaute, il est tellement en profil sur la deuxième photo que ses jambes n'en font qu'une; il a probablement préféré regarder son partenaire plutôt que le paysage lunaire.






Pour montrer ce qui ne va pas avec ces deux photos, je vais faire une démonstration réelle.



Sur cette double vue, je suis resté au même endroit (j'ai placé des pierres autour de mon ombre pour montrer qu'elle ne bouge pas), et j'ai tourné mon appareil dans deux directions.
J'ai tendu un ruban pour représenter l'avant-plan.
Le mur du fond représente l'arrière-plan,.





Sur cette double vue, nous voyons que l'avant-plan (ligne jaune) et l'arrière-plan (ligne rouge) tournent de la même manière; l'avant-plan ne tourne pas relativement à l'arrière-plan.
Mon ombre a été poussée sur la gauche parce que j'ai tourné mon appareil sur la droite.
Lorsque vous tournez votre appareil autour de l'axe vertical, l'avant-plan ne tourne pas relativement à l'arrière-plan, et tous deux ne tournent pratiquement pas.
Lorsque vous penchez votre appareil, tous les objets tournent de la même manière (i.e. l'avant plan tourne de la même manière que l'arrière-plan, et donc ne tourne pas relativement à l'arrière-plan).





Sur cette nouvelle double vue, je me suis déplacé sur la gauche entre la première photo et la seconde.





Et cette fois nous voyons que l'avant-plan montre une rotation relativement à l'arrière-plan.





Si, depuis cette deuxième position, je tourne mon appareil, l'avant-plan et l'arrière-plan tournent tous deux de la même manière.





Si nous comparons la photo à la première position du photographe avec la photo à la seconde position du photographe avec l'appareil tourné, l'avant-plan montre encore une rotation relativement à l'arrière-plan, mais elle vient uniquement du déplacement du photographe, et non de la rotation de l'appareil.





Donc la conclusion de cette démonstration est que l'avant-plan peut seulement tourner relativement à l'arrière-plan si le photographe se déplace et pas s'il tourne son appareil.





Donc, à présent, nous pouvons mieux voir ce qui ne va pas avec les deux photos Apollo.
Nous voyons les mêmes pierres près de l'ombre du photographe sur les deux photos; conclusion: le photographe n'a pas bougé entre les deux photos.
Nous voyons également que l'avant-plan a fait une légère rotation (dans le sens des aiguilles d'une montre) relativement à l'arrière-plan; conclusion: le photographe a bougé entre les deux photos (car c'est seulement s'il bouge que cela peut arriver, et non s'il tourne son appareil).
Cette démonstration montre donc que le photographe à la fois bouge et ne bouge pas!











Sur ce couple de photos (AS12-47-6896 et AS12-47-6897), nous voyons que la scène a tourné entre les deux photos.





Nous voyons effectivement qu'un objet blanc (que j'ai cerclé de rouge), et l'ombre (que j'ai cerclée de vert) ont tous deux tourné.
Mais ce n'est pas le cas du drapeau lui-même!
C'est un drapeau qui refuse de tourner.
Et il y aura d'autres occasions dans lesquelles il refusera aussi de tourner.
Cela doit être un drapeau qui a peur de tourner; tourner doit lui donner le vertige.










Sur la photo AS12-47-6916 (dont voici un gros plan) il y a un objet (que j'ai cerclé de rouge) qui n'est pas présent sur la photo AS12-47-8918.










Sur la photo AS12-47-6981 il y a un objet bizarre qui est sur la plateforme du haut et qui n'est pas présent sur AS12-47-6989.





Sur ce gros plan, nous voyons cet objet étrange.










Entre ces deux photos (AS12-48-7087 et AS12-48-7088), il y a eu une rotation importante de la scène.





Sur cette double vue je montre deux vues d'une petite table avec des boîtes colorées avant et après.
Entre les deux vues je me suis déplacé vers la droite.
La position des boîtes colorées relativement à la table a changé, et l'orientation de la table a également changé.





J'ai coloré avec des couleurs correspondantes des trous que nous pouvons voir sur les deux photos, et la direction de ces trous a substantiellement changé entre les deux photos.
Conséquemment l'orientation de Surveyor devrait avoir changé de manière consistante, mais cela ne semble pas être le cas.





Si nous zoomons sur Surveyor sur les deux photos, nous voyons que la rotation de Surveyor est insignifiante, loin de la rotation consistante qu'il devrait montrer.
Il s'agit bien d'une incohérence.











Sur l'extrême droite de la photo AS12-48-7121, nous voyons un étrange animal, je pense que c'est un chien lunaire!










Sur la photo AS12-48-7131, il y a une ligne qui manque sur la photo AS12-48-7130.









Entre les jambes de l'astronaute il y a de petits cailloux qui sont présents sur la photo AS12-48-7150 et absents sur la photo AS12-48-7149 dans la zone que j'ai cerclée de rouge.





Sur ce gros plan, j'ai cerclé de rouge les cailloux qui sont présents sur la seconde photo, mais pas sur la première.










Sur les photos AS12-48-7151 et AS12-48-7152, le photographe prend le lem de loin.
Sur la deuxième photo le haut de son ombre apparaît, et c'est normal car il a tourné son appareil vers le bas (et aussi sur la droite), c'est visible car la ligne d'horizon est plus haute sur la deuxième photo que sur la première.





L'ombre du photographe partage une particularité commune avec la ligne d'horizon: Elle ne bouge verticalement sur la photo que si le photographe tourne son appareil (autour de l'axe horizontal), et non s'il s'avance (ou se recule), et elle bouge de la même manière que la ligne d'horizon.





Sur cette double vue, l'ombre de ma tête n'est pas visible; sur la deuxième photo, elle apparaît, mais la ligne d'horizon est montée de la même hauteur que la hauteur de l'ombre de ma tête.





J'ai effectué des mesures sur des copies d'écran des photos; et j'ai trouvé que les deux extrémités de la ligne d'horizon étaient montées de deux millimètres; comme la tête du photographe n'était pas du tout visible sur la première photo, au plus deux millimètres de cette tête devraient apparaître sur la deuxième photo, dans le meilleur des cas; et pourtant, elle apparaît sur 5 millimètres; cela signifie que l'ombre du photographe est plus montée que la ligne d'horizon alors qu'elle aurait du monter de la même manière!





Sur cette double vue, je montre sur la gauche la deuxième photo originale, et sur la droite la même photo corrigée pour montrer la partie de l'ombre de la tête qui aurait normalement du apparaître (i.e. seulement deux millimètres de celle-ci au lieu de 5).











Sur ces deux photos AS12-48-7153 et AS12-48-7154, le photographe prend une photographie depuis le lem, avec les réacteurs latéraux dans l'avant-plan immédiat, et des trous lunaires plus loin.
Sur la deuxième photo le photographe tourne son appareil sur la droite.






Nous voyons que la position du réacteur latéral relativement aux trous est la même sur les deux photos; cela veut dire que le photographe n'a pas fait de déplacement latéral.
Le réacteur ne peut donc tourner que par une rotation de l'appareil autour de l'axe horizontal, mais ce n'est pas non plus le cas, car la direction du réacteur est la même sur les deux photos.
En conclusion il n'y a pas eu de rotation de l'avant-plan entre les deux photos; tel n'est pas le cas de l'arrière-plan: Nous voyons que la ligne d'horizon fait une importante rotation!
Un exemple de plus d'avant-plan et d'arrière-plan tournant différemment (ou arrière-plan tournant quand l'avant-plan ne tourne pas).






Sur cette animation nous voyons clairement la différence de mouvement entre l'avant-plan et l'arrière-plan: Regardez en haut, et vous voyez une rotation, regardez en bas et vous n'en voyez pas!









Sur la photo AS12-49-7281, nous voyons le reflet de la caméra dans la visière.






Il y a plusieurs anomalies sur ce reflet.
D'abord comme nous voyons l'ombre du photographe orientée sur la droite dans la visière, l'objectif (cerclé de rouge) devrait également être ombré sur la droite.
Il y a effectivement une bande noire sur la droite de l'objectif, mais sur la droite de cette bande noire, l'objectif est à nouveau brillant!
La partie du corps de l'appareil que j'ai cerclée de jaune est différente sur le vrai appareil.







Les appareils photo que nous voyons sur les photos AS12-49-7278 et AS12-49-7281 ne sont pas les mêmes; en particulier les poignées (cerclées de rouge) ne sont pas les mêmes.














Sur la photo AS12-49-7307, il y a un reflet étrange sur le haut de la visière; je me demande vraiment de quoi cela peut être le reflet!










Sur la photo AS12-49-7308, un étrange objet masque l'ombre de l'astronaute, et ce n'est pas une partie de la table laboratoire.










Sur les photos AS12-49-7313 et AS12-49-7315, nous avons deux vues du trépied; deux des pattes ont des ombres qui sont proches l'une de l'autre, et la troisième patte a une ombre qui est plus éloignée des ombres des deux autres.





Mais si nous regardons de plus près les ombres des pattes du trépied, nous voyons qu'il y a une ombre de patte (que j'indique avec une flèche rouge) qui est tortueuse et les deux autres sont droites...le problème est que sur une photo c'est une des ombres qui sont proches l'une de l'autre qui est tortueuse, et sur l'autre photo c'est l'ombre qui est plus éloignée des deux autres qui est tortueuse!
Bien imaginé de la part des truqueurs facétieux!









Sur ce couple de photos (AS12-49-7318 et AS12-49-7319), sur la première c'est l'avant-plan qui est auréolé par une lumière brillante, et sur la seconde c'est le ciel!
Le saint-esprit bénit successivement le sol lunaire et le ciel lunaire!










Sur la photo AS12-46-6751, l'ombre du drapeau ne correspond manifestement pas avec le drapeau lui-même; sur la photo, le tissu du drapeau tombe plus bas, plus près du pied du drapeau, que sur l'ombre, même si nous prenons en compte la perspective.
Si nous prenons comme référence l'ombre de la hampe du drapeau, les projections montrent que l'ombre du tissu du drapeau ne peut pas être correcte:














Les photos AS12-46-6755 et AS12-46-6756 montrent deux vues d'une caméra montés sur un trépied.
Si nous regardons attentivement la caméra, nous voyons que sa poignée n'est pas exactement la même sur les deux photos, il y a un détail qui change.
Je montre un gros plan de cette poignée dans une fenêtre sur chaque photo.










Sur les photos AS12-46-6779 et AS12-46-6780 nous voyons une suite de traces de pas; entre les deux photos le photographe a fait un petit déplacement, pas davantage qu'un pas, et pourtant l'angle que la suite de traces de pas fait avec le fond varie de manière importante.










Sur les photos AS12-46-6787 et AS12-46-6788 nous voyons clairement d'où la lumière du soleil provient, parce que sur une photo le sac de l'astronaute est dans l'ombre, et sur la photo suivante, lorsqu'il se tourne en direction de la lumière du soleil, il est brillamment éclairé.
Il est donc évident que l'ombre de l'appareil sur l'extrême droite est mal orientée.










Sur la photo AS12-46-6792, nous voyons l'astronaute et deux appareils sur chacun de ses côtés; son ombre est aussi entre les ombres des deux appareils; le problème est que l'astronaute a une ombre qui est bien trop fine comparée avec les ombres des appareils; son ombre est plus fine que celle de l'appareil qu'il a sur sa droite, et pourtant il est plus épais que cet appareil!










Sur les photos AS12-46-6806 et AS12-46-6807 il y a une chose étrangère sur le haut de l'appareil que l'astronaute porte qui diffère; elle paraît bizarre, comme un personnage de bande dessinée, mais ce qui est sûr est qu'elle change d'une photo à l'autre.










Sur les photos AS12-46-6817, AS12-46-6816 et AS12-46-6815, nous avons trois vues de l'ALSEP avec trois rubans s'étendant derrière.
Sur la photo AS12-46-6817 nous avons une vue prise obliquement de loin.
L'angle entre les deux rubans extrêmes est approximativement de 120°, et, parce que la photo est prise obliquement, l'angle entre le ruban du milieu et le ruban de gauche est plus grand que l'angle entre le ruban du milieu et le ruban de droite.




Sur la photo AS12-46-6816, le photographe s'est rapproché de l'ALSEP et lui fait maintenant face; l'angle entre les rubans a été réduit en raison du fait que l'astronaute s'est rapproché; l'angle entre les deux rubans extrêmes est maintenant approximativement de 105°; l'angle entre le ruban du milieu et les autres rubans est le même en raison du fait que le photographe fait face à l'ALSEP au lieu de le prendre obliquement.




Sur la photo AS12-46-6815, le photographe s'est encore rapproché de l'ALSEP, et à nouveau obliquement; l'angle entre les rubans est encore réduit car le photographe s'est rapproché d'eux.
L'angle entre le ruban du milieu et le ruban de droite est à nouveau plus petit que l'angle entre le ruban du milieu et le ruban de gauche, et ce dernier est approximativement de 45°; cela veut dire que l'angle que le ruban du milieu fait avec le ruban de droite est logiquement inférieur à 45°: Avec un tel angle nous devrions voir le ruban de droite sur la photo, et nous ne le voyons pas!











Sur les photos AS12-46-6818 et AS12-46-6826 nous voyons un halo bleu autour de l'astronaute.
Il pourrait y avoir un reflet bleu sur la photo à un moment donné, mais sur les deux photos ce reflet bleu est centré sur l'astronaute; il pourrait être centré une fois sur l'astronaute par hasard, mais deux fois, est-ce encore du hasard?!?










Sur les photos AS12-46-6857 et AS12-46-6858, si nous traçons une ligne (verte) le long d'une rangée de trous, cette ligne ne tourne pas relativement à la ligne d'horizon; mais les ombres du drapeau et de l'antenne parapluie tournent toutes deux de 5° relativement à la ligne d'horizon.










Sur la photo AS12-47-6900, nous voyons l'astronaute et son ombre; sur la photo AS12-47-6901, nous voyons soudainement une ombre apparaître (que j'ai cerclée de rouge), mais elle n'a pas la forme de l'ombre de l'astronaute, et elle paraît beaucoup plus large que l'ombre normale de l'astronaute.










Sur les photos AS12-47-6906 et AS12-47-6907, il y a quelque chose d'étrange sur la tige de pied qui est différent sur les deux photos.










Sur la photo AS12-47-6909 nous voyons l'astronaute à côté d'un pied du lem; sur la photo AS12-47-6908, son ombre croise le pied, mais ce qui est étrange est que son ombre n'arrive pas à recouvrir ce pied qui reste brillant.











Sur la photo AS12-47-6919, vu l'aspect de l'ombre du photographe, il serait surprenant qu'il puisse prendre la photo.







Il y a même mieux: Regardez comment l'astronaute tient une canne dans sa main gauche (je l'ai cerclé de rouge).
A la manière dont il la tient, nous ne devrions pas voir l'ombre de l'extrêmité supérieure de la canne...et pourtant nous la voyons (cerclée d'orange)!










Sur les photos AS12-47-6920 et AS12-47-6921 le magnétomètre semble manifestement différent sur la partie que j'ai cerclée.











Sur les photos AS12-47-7016 et AS12-47-7017 le photographe prend une photo depuis le lem avec les réacteurs latéraux dans l'avant-plan proche; nous voyons que les réacteurs se sont déplacés vers la gauche relativement aux trous du sol, ce qui veut dire que le photographe s'est déplacé vers la droite; conséquemment le réacteur vertical devrait avoir tourné dans le sens inverse des aiguilles d'une montre et le réacteur horizontal dans le sens des aiguilles d'une montre relativement à la ligne d'horizon, mais tous deux ont tourné dans le sens inverse!










Sur la photo AS12-48-7048 nous voyons sur l'ombre de l'astronaute qu'il touche le trépied avec quelque chose; le problème est que, sur la photo, nous ne voyons pas le trépied touché par quelque chose!
Sur la photo suivante AS12-48-7051, l'ombre ne touche plus le trépied avec quelque chose qui de toute façon n'a jamais touché le trépied!










Sur la photo AS12-48-7071, sur la visière de l'astronaute (à droite):
- Nous ne voyons pas dans la visière l'ombre de ce que tient l'astronaute avec sa main gauche (nous devrions voir une ombre entre l’ombre de son bras et celle de son corps).
- Le reflet de l'appareil photo de Conrad dans la visière est étrange: son appareil semble avoir des pattes.









Sur les photos AS12-49-7243 et AS12-49-7242 la barre de trous (cerclée de rouge) est orientée différemment sur les deux photos.









Sur cette paire de photos (AS12-49-7271 et AS12-49-7273), nous voyons l'ombre du photographe, et elle a l'orientation correcte sur les deux photos.
Alors quel est le problème?





Sur ces gros plans de l'ombre du photographe sur les deux photos, nous voyons que l'ombre du photographe a un profil bien plus prononcé sur AS12-49-7271 que sur AS12-49-7273; pourtant l'ombre du photographe est approximativement à la même distance du côté gauche de la photo sur AS12-49-7271 qu'elle l'est du côté droit de la photo sur AS12-49-7273, et les profils devraient donc être équivalents et pas si différents!










Sur la photo AS12-49-7313 l'ombre de la tige que l'astronaute tient est trop longue comparativement à l'ombre de l'astronaute.











Sur cette paire de photos (AS17-49-7182 and AS12-49-7186), nous avons deux vues d'un trou avec des pierres à côté.
Quel est le problème avec cette paire de photos?





J'ai symbolisé le trou avec un ruban (je l'ai chargé de pierres pour qu'il ne soit pas emporté par le vent), et deux pierres qui sont près du trou.
Je vais prendre le trou et les pierres sous deux angles différents qui sont proches de ceux que nous voyons sur les photos Apollo.





Sur la première photo, je prends une première vue du trou avec les deux pierres.
La direction des pierres pointe vers le début du trou.
Et, sur la seconde vue prise sous un angle différent, la direction des pierres pointe encore vers le début du trou.





Alors pourquoi sur les photos Apollo l'orientation de la direction des pierres change-t-elle si radicalement?
Sur la première photo, elle pointe vers le début du trou, et sur la seconde, elle pointe vers le centre du trou!
N'est-ce pas une incohérence?











Toutes les antennes communiquant avec la terre devaient être orientées vers la terre, et, comme la terre est vue sous un angle de 2° depuis la lune, elles devaient même être orientées avec une assez bonne précision.
C'était le cas de l'antenne haut-gain du rover, mais aussi celui de l'antenne haut-gain qui était juste posée sur le sol lunaire avant que le rover soit amené sur la lune (donc avant Apollo 15).









L'antenne haut-gain des missions Apollo 12 et Apollo 14 devait être pointée vers la terre, de même que l'antenne haut-gain du rover devait aussi être orientée vers la terre à partir de la mission Apollo 15.









Et, pour l'antenne de l'ALSEP, c'était la même chose; comme elle communiquait avec la terre pour envoyer ses mesures, elle devait aussi être orientée vers la terre avec une assez bonne précision.









C'est pourquoi les astronautes suivaient un processus pour orienter l'antenne de l'ALSEP vers la terre; ce processus utilisait l'horizontalité sur le site local (obtenue avec des niveaux à bulle), et la direction du soleil (obtenue avec la direction de l'ombre du soleil), pour prérégler l'orientation de l'antenne, et puis ils ajustaient des angles d'élévation et d'azimut à partir de cette orientation pour obtenir la supposée orientation correcte vers la terre (en fait vers le centre de la zone de libration dans laquelle la terre bougeait).









Le site d'alunissage d'Apollo 12 était situé à 23° longitude Ouest, et 3° latitude Sud (donc assez proche de l'équateur de la lune).









Ceci signifie que la branche centrale de l'antenne haut-gain (et de l'ALSEP) devait faire avec la verticale locale un angle proche de 23°, et, horizontalement, le branche centrale (à la fois de l'antenne haut-gain et de l'ALSEP) devait faire avec la direction des ombres un angle proche de 113° sur la gauche (donc un peu plus d'un quart de tour).
Nous allons voir si c'est le cas sur les photos d'Apollo 12.









Sur cette photo (AS12-46-6779), l'antenne haut-gain ne fait pas un angle d'un peu plus d'un quart de tour sur la gauche des ombres.
Elle regarderait plutôt vers le soleil.









Sur cette photo (AS2-46-6817), l'antenne de l'ALSEP ne fait pas non plus un angle d'un peu plus d'un quart de tour sur la gauche des ombres.
Elle regarde également plutôt vers le soleil.









Sur cette photo (AS12-46-6862), il est très visible sur l'ombre de l'antenne haut-gain (l'ombre de sa branche centrale) qu'elle ne fait pas un angle d'un peu plus d'un quart de tour relativement à la direction des ombres, elle est alignée avec la direction des ombres; elle est soit dans la même direction que celle des ombres, soit en opposition avec; si nous regardons sur les autres photos, elle est en opposition avec la direction des ombres (i.e. elle regarde en direction du soleil).









Sur cette photo (AS12-47-6927), l'antenne de l'ALSEP ne fait pas un angle d'un peu plus d'un quart de tour relativement aux ombres; elle est en opposition avec la direction des ombres (i.e. elle regarde vers le soleil, comme l'antenne haut-gain).









Sur cette photo (AS12-47-6930), l'antenne de l'ALSEP est également orientée en opposition avec la direction des ombres (i.e. elle regarde en direction du soleil).









Sur cette photo (AS12-47-6980), l'antenne haut-gain est orientée en opposition avec la direction des ombres (i.e. elle regarde en direction du soleil).









Sur cette photo (AS12-47-6988), l'antenne haut-gain est orientée en opposition avec la direction des ombres (i.e. elle regarde à nouveau en direction du soleil).










Le jour lunaire est exceptionnellement long, il dure pratiquement un mois (29,5 jours).
Lorsque les astronautes ont aluni, le soleil se levait; quand ils décollé de la lune, 33,5 heures plus tard, le soleil était encore en train de se lever; il était juste un peu plus haut dans le ciel.
Tout au long de la mission, nous voyons les ombres se raccourcir à mesure que le soleil monte dans le ciel.





Les astronautes ont photographié le soleil au début de la mission (AS12-46-6806); ils nous ont aussi donné une photo du drapeau avec son ombre complète au même moment (AS12-46-6866).







Les astronautes ont aussi photographié le soleil vers la fin de la mission (AS12-49-7246); ils nous ont aussi donné une photo du drapeau avec son ombre complète au même moment (AS12-48-7160).







Sur les photographies du soleil, les truqueurs nous ont exceptionnellement donné trois reflets; le troisième est à l'intérieur du soleil (si vous ne le voyez pas, alors vos contraste et luminosité de doivent pas être bien ajustés).
Ces trois reflets nous permettent de tracer la direction du soleil avec une bonne précision.
Les truqueurs nous ont également donné une bonne profondeur de paysage, et une excellente ligne d'horizon.
Ceci nous permet de mesurer l'angle d'inclinaison du soleil au début de la mission de manière assez précise.
J'ai tracé les lignes sur une copie d'écran, et mesuré l'angle entre les deux avec un rapporteur et trouvé un angle de 26°.







J'ai fait de même sur la photographie du soleil à la fin de la mission (avec les mêmes propriétés: les trois reflets pour le soleil, et une bonne profondeur pour le paysage), et cette fois j'ai trouvé un angle de 38°.

L'inclinaison du soleil détermine également la longueur des ombres.
Il était intéressant d'avoir les longueurs des ombres du drapeau au début et à la fin de la mission sur la même photo.








Sur cette photo du drapeau à la fin de la mission (AS12-48-7160), nous voyons que, au niveau de la fin de l'ombre du drapeau, il y a précisément un artéfact très commode que j'ai cerclé.





Sur ce gros plan de la fin de l'ombre du drapeau, nous voyons mieux cet artéfact.





J'ai surligné l'artéfact en rouge; un trou entre les deux bords de l'artéfact marque la fin de l'ombre.






Sur la photo du drapeau au début de la mission, nous trouvons le même artéfact.





Je l'ai surligné de rouge au cas où vous ne le verriez pas.
Nous pouvons donc maintenant voir la fin de l'ombre du drapeau au début et à la fin de la mission sur la même photo.









J'ai fait une copie d'écran et mesuré les deux longueurs de l'ombre du drapeau:
J'ai trouvé 125mm pour l'ombre du drapeau au début de la mission, et 77mm pour sa longueur à la fin de la mission.
Puisque nous disposons également des angles de la direction du soleil au début et à la fin de la mission, nous pouvons calculer à quelle hauteur ces longueurs correspondent.

Pour le début de la mission:

Hauteur du drapeau = 125 * tan(26°) = 60.9 mm

Pour la fin de la mission:

Hauteur du drapeau = 77 * tan(38°) = 60.1 mm

Vous voyez que c'est assez proche!

Le problème est que, lorsque je mesure la hauteur du drapeau sur la même copie d'écran, je ne trouve que 30mm, deux fois moins!






Et même s'il y a une petite correction à faire due à la perspective, cela fait beaucoup de différence, beaucoup trop!









Cette photo est une photo d'Apollo 12, supposée montrer Alan Bean tenant un conteneur d'échantillon rempli de régolite lunaire.
Voici ce que Phil Plait a à dire à propos de cette photo:
"Ceci est une photo d'Al Bean. C'est un homme dans une combinaison spatiale tenant un conteneur d'échantillon. C'est un homme dans une combinaison spatiale tenant un conteneur d'échantillon sur la lune. Qui se tient sur la lune! C'est un homme qui se tient sur la foutue lune!
Lentement, une vague d'admiration, de joie, et de bonheur m'a inondé - Une sensation de chaleur qui m'a accompagné jusqu'à ce jour. Depuis ce moment, je n'ai jamais laissé les théoriciens du complot m'ennuyer plus que cela. Ils avaient tort, et même, plus important, ils n'ont pas d'importance. Dans le long cours de l'histoire, ils seront oubliés, des insectes tournant autour d'un monumental édifice."
Cette photo est effectivement la plus remarquable d'Apollo 12, mais du tout de la manière dont Phil Plait le pense.
Après que j'aie montré les anomalies incroyables dont elle est remplie, l'ironie de son admiration pour cette photo ridicule apparaîtra en plein.









D'abord, ce qui est frappant sur cette photo, et je ne suis pas le premier à le remarquer, est que le reflet de la ligne d'horizon sur la visière est aligné avec la ligne d'horizon de la photo.
Bien sûr les tenants d'Apollo vont dire que ce n'est qu'une "coïncidence".









Mais, ce qu'ils auront plus de mal à expliquer, est que, alors que la visière est courbe, et que donc le reflet de la ligne d'horizon devrait aussi être courbe, elle apparaît droite comme si la visière était plate!









En bas du conteneur d'échantillon que tient Bean, nous voyons une roulette (à gauche de la double vue); mais, sur le reflet de la visière (à droite de la double vue), ce n'est pas une seule roulette que nous voyons, mais deux (et orientées différemment).









Sur la photo, il y a une montre enroulée autour de son bras gauche (à gauche de la double vue)...mais, sur le reflet de la visière (à droite de la double vue), nous ne voyons pas cette montre sur son bras gauche! (son bras gauche apparaît à droite de la photo, bien sûr).









Sur le support de l'appareil photo, près de la visière, nous voyons un élément, que j'ai cerclé, qui apparaît clair sur la photo, mais sombre sur le reflet de la visière.









Il y a une lanière blanche qui apparaît à gauche de l'appareil sur la photo, et qui n'apparaît pas sur le reflet de la visière.









Sur la photo, le pouce de la main d'Alan qui tient le conteneur d'échantillon va au-delà du conteneur...Mais pas sur le reflet de la visière.









Il y a une déviation des ombres des astronautes à cause d'une dépression du terrain sur le reflet de la visière...Mais il y a un bout d'ombre, que j'ai cerclé, qui se trouve avant l'endroit où les ombres sont déviées, et qui n'a donc pas d'explication rationnelle.









Il y a un appareil qui se trouve devant Pete Conrad, et dont l'ombre couvre partiellement la jambe gauche de Pete dans le reflet de la visière...Pourtant le bas de sa jambe n'est pas ombré par l'ombre de l'appareil.









Nous voyons le reflet du soleil sur la visière de Bean, et nous voyons aussi un reflet de la caméra; je les ai cerclés tous deux, et, en les joignant par une ligne, nous obtenons la direction exacte de la lumière du soleil.









Maintenant, si nous traçons la même direction depuis le haut du coude droit de Bean (à gauche sur la photo), nous pouvons constater que cette direction arrive au-dessus de l'objectif de l'appareil photo; cela signifie que cet objectif devrait être entièrement ombré, et le bras de Bean lui bloque entièrement la lumière du soleil.
Pourtant nous pouvons constater qu'il y en a une partie, que j'ai cerclée, qui devrait être logiquement ombrée par le bras droit de Bean, et qui arrive quand même à être éclairée.









La position verticale du reflet d'une source lumineuse sur une boule de verre dépend de la hauteur de la source lumineuse.









Les visières des deux astronautes sont identiques, toutes deux sphériques, et elles reçoivent la lumière du soleil sous la même direction, et donc, logiquement, le reflet du soleil devrait être à la même hauteur sur les deux visières; pourtant vous pouvez constater que, alors que le reflet du soleil est tout à fait en haut sur la visière de Bean, il se trouve plus bas sur celle de Conrad.









Finalement, sur le reflet de la lentille de l'appareil de Bean, nous voyons la tête d'un animal étrange sur la droite.









Dernier indice: Etant donné l'orientation oblique de la visière, tournée dans le sens des aiguilles d'une montre le photographe devrait apparaître légèrement tourné dans le sens des aiguilles d'une montre sur la visière; au lieu de cela il apparaît tourné dans le sens contraire.









Lorsque vous prenez en photo un miroir qui est en oblique, vous apparaissez dans le reflet du miroir tourné de la même manière que le miroir: Si le miroir est tourné dans le sens des aiguilles d'une montre, vous apparaissez aussi tourné dans le sens des aiguilles d'une montre, et vice versa.









Sur cette visière j'ai corrigé l'orientation du photographe pour le tourner dans le bon sens (Bien sûr, en inversant Conrad, j'ai aussi inversé la direction de la lumière du soleil).







Et il y a quelque chose d'encore plus remarquable; regardez le reflet de Conrad dans la visière de Bean: IL NE PORTE PAS SON SAC DE SURVIE!
Comment peut-il respirer?









Et c'est cette photo devant laquelle Phil Plait est en adoration, pour laquelle il ressent tant d'exaltation!









Il est manifeste que Phil Plait a des oeillères, et qu'il n'a pas attentivement examiné les photos d'Apollo!







Problèmes avec le crash du module de remontée largué d'Apollo 12







Après que le module de remontée ait été largué dans Apollo 12, il était mis hors orbite pour l'envoyer s'écraser sur la lune, et son crash était enregistré par un sismomètre de l'ALSEP.









Toutefois ils disent ceci à propos de la manière dont le module de remontée était largué dans la documentation:
"Le module lunaire est ensuite relâché en mettant à feu le système de séparation situé autour de la circonférence de l'anneau d'amarrage, séparant ainsi l'anneau et séparant le module lunaire. Ceci fait, le moteur SPS du module de commande est mis à feu, mettant le vaisseau dans une trajectoire de retour vers la terre".
Cela signifie que, après a séparation, le module lunaire a encore la vitesse orbitale du module de commande.
Après la séparation, la puissance est normalement enlevée dans le module lunaire, il devient comme un corps mort.









Pendant la descente vers la lune, de manière à gagner une orbite plus basse, le module lunaire diminue sa vitesse; ceci est supposé lui faire prendre une orbite elliptique qui le rapproche de la lune à l'autre bout de l'orbite elliptique.
Ils disent que le module lunaire perd à peu près 75 pieds par seconde pour prendre une orbite qui le rapproche d'une orbite plus basse, à une altitude de 50000 pieds (15 km) à l'autre bout de l'orbite elliptique (j'ai calculé 73 pieds par seconde personnellement avec le formule de Kepler).









Cela signifie que la vitesse orbitale du module de remontée devrait être suffisamment réduite de sorte que l'orbite elliptique obtenue par cette réduction devienne trop courte et coupe la lune.
J'ai calculé qu'une réduction de 85 pieds par second (~100 km/h) place le module lunaire sur une orbite qui touche la lune à l'autre bout de l'orbite (i.e. altitude 0).
Cela signifie que la réduction nécessaire pour faire le module lunaire s'écraser sur la lune devrait être au moins égale à 85 pieds par seconde.
Si le module lunaire ne fait rien, il ne s'écrasera pas sur la lune.









Le rapport de mission d'Apollo 12 dit que la maneuvre de sortie d'orbite était contrôlée à distance, elle n'a pas été pré-programmée après la séparation.









Le rapport de mission d'Apollo 12 dit qu'il y a eu un problème de réception depuis la terre et émission vers la terre avec l'antenne haut gain.









Il dit que la force de signal de la communication S-Band a été réduite à la fois dans la réception et l'émission.









Pour restaurer un signal normal pour la communication avec la terre, le rapport dit que les astronautes ont du se mettre en contrôle manuel et réorienter l'antenne haut-gain vers la terre.
Si cela est vrai pour la grande antenne à quatre paraboles du module de commande, c'est encore plus vrai pour la plus petite antenne parabolique du module lunaire.
Elle ne pouvait communiquer avec la terre que si correctement orientée vers la terre.









Le problème est que, non seulement la séparation entre le module de commande et le module lunaire peut avoir changé l'orientation du module lunaire (si nous en croyons cette illustration), mais de plus, alors que le module lunaire orbite la lune, l'orientation de l'antenne S-Band relativement à la terre change constamment (et, comme le crash du module lunaire est prévu non loin d'un ALSEP, la commande de sortie d'orbite n'est pas envoyée immédiatement, ce qui signifie que le module lunaire tourne quelque temps autour de la lune après la séparation avant l'envoi de la commande de sortie d'orbite).









Il est donc probable que, au moment où le sol envoie la commande de sortie d'orbite au module lunaire, son antenne S-Band n'est pas correctement orientée et ne pointe pas vers la terre; la conséquence est que le module lunaire ne peut pas recevoir la commande de sortie d'orbite, ni l'exécuter.
Si les astronautes avaient été à bord, ils auraient pu réorienter l'antenne pour une communication correcte avec la terre, mais, comme ils ne sont plus à bord, il n'y avait personne pour accomplir cette tâche.









Bon, supposons que l'antenne S-Band du module lunaire était miraculeusement orientée vers la terre au moment de l'envoi de la commande de sortie d'orbite, et que le sol puisse télémétrer la commande de sortie d'orbite, et que le module lunaire puisse l'exécuter (croyons aux miracles)!









Hamish Lindsay dit ceci à propos de l'impact du module de remontée d'Apollo 12 sur la lune:
"Lorsque le module lunaire d'Apollo 12 a frappé la surface lunaire à 6048 km/h, à 72 kilomètres du site d'alunissage, creusant un cratère estimé à une largeur de 9 mètres, les résultats furent étonnants. Les 3 sismomètres de l'ALSEP ont enregistré l'impact, qui ont montré une séquence de réverbérations durant presque une heure".
Et il montre ce graphe enregistré de l'événement.









Mais, en fait, quand le module lunaire s'écrase sur la lune, il a une vitesse horizontale très importante, mais une vitesse verticale relativement modérée; l'importante vitesse horizontale crée en effet une force centrifuge qui contre la plus grande partie de l'attraction lunaire qui permet à la vitesse verticale de ne s'accroître que modérément.









Cela signifie que le module lunaire qui s'écrase frappe la surface lunaire presque horizontalement; il égratignera plutôt la surface lunaire plutôt que de creuser localement un cratère profond.









Dans l'atmosphère terrestre, cela aurait été très différent; car l'atmosphère ralentit l'importante vitesse horizontale qui se convertit en vitesse verticale à la place.
Si la lune avait eu une atmosphère comme la terre, le module lunaire aurait frappé la surface lunaire verticalement avec une grande vitesse.









Mais la lune n'a pas d'atmosphère pour ralentir l'importante vitesse horizontale du module lunaire, et c'est donc principalement horizontalement que le module lunaire frappe la surface lunaire.
D'ailleurs, le fait que le module lunaire frappe la surface lunaire presque horizontalement est confirmé par cette phrase dans le rapport de mission d'Apollo 12:
"L'angle entre la trajectoire d'impact et la surface lunaire moyenne était de 3,7 degrés au point d'impact."









Pourtant, si nous examinons les tracés des trois sismomètres sur les trois axes (trouvé dans le rapport de mission d'Apollo 12, Lindsay ne montrant que celui le long de l'axe vertical), nous pouvons constater que le tracé le long de l'axe vertical a plus d'amplitude que les tracés des axes horizontaux, alors que cela devrait être l'inverse puisque, comme mentionné plus tôt, l'impact du module sur la surface lunaire était presque horizontal.
Conséquemment, ce sont les tracés suivant les axes X et Y qui devraient montrer la plus grande amplitude, et le tracé suivant l'axe Z considérablement moins (il aurait dû avoir une amplitude de moins d'un dixième de celle des tracés horizontaux).