Retour au menu principal


ANOMALIES DANS LES ANOMALIES D'APOLLO 12







Cette partie traite du rapport d'anomalies du rapport de mission d'Apollo 12.
Ce rapport d'anomalies est rempli de surprises que je vais vous présenter.
Lien vers le rapport de mission d'Apollo 12 qui contient son rapport d'anomalies












1.1) Affichage intermittent





Ils disent:
"The crew reported several intermittent, all "8's" displays on the main display and keyboard assembly approximately 1-1/2 hours before launch, but no display malfunction occurred in flight."
Soit
"L'équipage rapporta plusieurs affichages intermittents de huits sur l'affichage principal approximativement une heure et demie avant le décollage, mais il n'y eut pas de problème de fonctionnement de l'affichage pendant le vol".
Ils disent aussi:
"The normally closed contacts of all relays are tied together; consequently, a short across the contacts of any one relay will apply the the voltage to all segments of each display".
soit:
"les contacts normalement fermés de tous les relais sont reliés ensemble; conséquemment un court-circuit sur les contacts d'un relais appliquera la tension sur tous les segments de chaque affichage."
Et ils donnent ce schéma sur la matrice des relais de l'affichage.
En fait, ce n'est pas vrai que les contacts fermés de tous les relais sont reliés ensemble, il y en a un qui fait exception.







Maintenant, supposons qu'il y ait un court-circuit entre les contacts d'un segment de signe.
Le courant peut passer à travers ses contacts, et suit les chemins que j'ai colorés, illuminant tous les segments, sauf celui du bas, et celui du bas gauche.
Et nous voyons apparaître ce qui ressemble à une lettre q, et non un huit.
Ce n'est donc pas un affichage intermittent de huits que les astronautes auraient du voir, mais un affichage de lettres q!












1.2 Fuite dans le réservoir d'hydrogène.





Ils se plaignent d'une fuite dans le réservoir d'hydrogène, et ils expliquent que cela vient de la jonction imparfaite entre différents métaux.
Deux métaux différents sont utilisés dans ce réservoir, de la l'acier et du titane; mais, comme des métaux sont incompatibles, et ne peuvent être soudés ensemble, ils utilisent un joint bimétallique qui permet de faire l'étanchéité entre les deux métaux.
Toutefois ce joint ne permettrait pas de garantir une étanchéité parfaite, et il y aurait une fuite passant à travers, dont ils montrent le chemin avec des flèches.







J'ai coloré avec différentes couleurs les différents métaux (le titane en bleu, l'acier en vert, et le joint bimétallique en jaune), et je montre en rouge le chemin de la fuite, selon les ingénieurs de la NASA.







Oh vraiment?
N'y aurait-il pas un chemin plus direct pour la fuite, que je montre en rouge sur ce nouveau schéma?







Il semble que les ingénieurs de la NASA ont peur des explications simples, et préfèrent des explications plus alambiquées!












1.3) ElectricalPotentialDischarges.jpg





Ils disent qu'il y a eu des décharges électriques dues à des éclairs durant la première minute de vol.
La première causa la perte de neuf mesures (dont un capteur de température extérieure, dont le schéma est montré ici).







La seconde aurait provoqué la perte de référence de la plateforme inertielle.
Selon les ingénieurs de la NASA, elle aurait "positionné les bits de poids port dans l'unité de couplage par des décharges transistoires introduites entre la masse du signal et la masse structurelle".
C'est une explication fantaisiste, car la CDU fournit des impulsions d'angles au LGC, et non des angles directs, et donc elle n'aurait pas pu positionner les bits de poids fort des angles; au pire quelques impulsions auraient été perdues, et donc cela n'aurait pas causé une perte totale de référence de la plateforme inertielle.












1.4) Ouverture d'un coupeur de circuit du système de stabilisation et contrôle.





Ils disent:
"During systems checks after earth orbit insertion, circuit breaker 23 for stabilization and control logic bus 3 and 4 on panel 8 was found in the open position"
soit:
"Pendant les tests du système après l'insertion dans l'orbite terrestre, le coupeur de cicuit 23 pour la logique de stabilisation et contrôle des bus 3 et 4 sur le panneau 8 fut trouvé en position ouverte".
Un homme d'équipage ferma le coupeur de circuit, et il resta fermé pour le reste de la mission.
En fait ils conclurent que ce coupeur de circuit ne fut probablement pas fermé avant le décollage, parce que ce coupeur ce circuit n'est pas spécifiquement vérifié pour être dans la position adéquate aus tests de pré-décollage!".







Les personnes en charge des tests etaient probablement occupées à jouer aux cartes plutôt que de faire les vérifications nécessaires!












1.6) Variations de la puissance du signal S-Band.





Ils disent:
"Operation of the S-band high gain antenna in the narrow beam mode resulted in a decrease of approximately 10 to 12 dB in both uplink and downlink signal strength on several occasions."
Soit:
"L'operation de l'antenne haut-gain S-Band dans le mode de faisceau étroit résulta en une perte d'approximativement 10 à 12 db du signal à la fois en réception et émission en plusieurs occasions."








Les signaux reçus sur les paraboles sont comparés de manière à déterminer la direction du signal transmis depuis la terre, et cette comparaison permet d'orienter automatiquement l'antenne en direction du signal.
Lorsqu'il y a une perte de puissance du signal, cela viendrait d'une liaison de circuit sensible à la température qui ferait que le signal reçu sur une parabole serait déphasé de 180°; cela causerait une déviation de 5°, et une perte de gain de plus de 10 db.
Ce serait l'exposition au soleil qui créerait une surchauffe causant ce problème de fonctionnement.







Mais l'exposition au soleil n'est pas très différente au long des révolutions; une révolution dure effectivement à peu près deux heures, et le jour lunaire est long de presque un mois.
Alors pourquoi tant de différences dans les diagrammes des gains?







De plus, sur le diagramme de la révolution 13, dans la partie du diagramme sur laquelle le gain montre des chutes brutales, il y a un pic qui monte au dessus de la valeur optimale du gain; comment est-il possible que le gain puisse être meilleur qu'optimal?







Le fait que le signal puisse perdre plus de 10 db forçait parfois les astronautes à passer l'antenne en manuel.
(Sur mon animation j'exagère l'oscillation de l'antenne, cette oscillation n'a qu'un but illustratif, seulement pour montrer qu'elle est plus forte que normal).







Maintenant, si la parabole qui cause le problème (i.e. qui est connectée à la liaison sensible à la température) est éliminée de la comparaison du signal, la déviation est nettement réduite de 5 degrés à 1 degré, et la perte de gain devient 1.5 db au lieu de plus de 10 db si la parabole défaillante est gardée dans la comparaison du signal.
(L'oscillation que je montre sur cette animation ne réflète pas exactement la réalité, et est seulement destinée à montrer l'importante différence entre le fait de garder la parabole défaillante dans la comparaison du signal et le fait de l'éliminer).







Je montre ici avec une ligne rouge une perte de de gain de 1.5 db relativement au gain optimal dans les différents diagrammes du gain où il y a eu une perte de gain à cause d'une liaison sensible à la température causant le déphasage signal venant d'une parabole.
Et nous voyons que, si la parabole était éliminée de la comparaison du signal, cela permettrait d'avoir une réception assez bonne du signal, parfaitement acceptable.
Alors pourquoi en pas permettre aux astronautes d'éliminer une parabole défaillante au cas où ce problème se produit, plutôt que de passer en manuel?
Ici le problème était intermittent, mais imaginez que le problème soit devenu permanent au lieu de seulement être intermittent?
Cela aurait forcé les astronautes à rester en manuel lorsqu'ils voulaient avoir une bonne communication avec la terre.
Si les astronautes avaient la possibilité d'éliminer juste la parabole défaillante dans la comparaison du signal, cela permettrait de conserver le mode de pointage d'angle automatique, et d'avoir des communications correctes avec la terre, sans se soucier de réorienter l'antenne vers la terre eux-mêmes.












1.7) Différence dans l'utilisation indiquée d'oxygène.





Ils disent:
"At the end of the mission there was a discrepancy of approximately 27 pounds of oxygen between the measured total cryogenic oxygen usage and
the calculated combined environmental control system and fuel cell oxygen usage".

Soit:
"A la fin de la mission, il y a eu une différence d'environ 27 livres d'oxygène entre l'utilisation mesurée totale d'oxygène cryogénique et l'utilisation calculée combinée du système de contrôle environnemental et l'utilisation d'oxygéne pour le carburant".

Le problème est que l'utilisation calculée de l'oxygène inclut les pertes d'oxygène durant les évacuations d'urine qui, selon les ingénieurs de la NASA, ne peuvent être qu'estimées.
Alors comment peuvent-ils être sûrs que cette différence ne viendrait pas seulement que d'une mauvaise estimation des pertes d'oxygène pendant les évacuations d'urine, qui auraient été sous-estimées?












1.9) Les fluctuations du mode zéro du système optique.





Ils disent:
"The computer register which contains the angular position of the optics shaft was observed to fluctuate as much as 0.7 degree when the system was placed in the zero optics mode. The crew reported that the shaft mechanical readout on the optics also reflected the fluctuation".
Soit:
"Le registre de l'ordinateur qui contient la position angulaire du système optique montra des fluctuations jusqu'à 0,7 degrés lorsque le système optique fut placé en mode zéro. L'équipage rapporta que la lecture de l'aiguille du système optique réfléta aussi cette fluctuation."
En fait ce schéma est complètement incohérent pour les raisons que je vais expliquer.









D'abord nous voyons que la sortie du tachymètre est d'abord multipliée par 16 (en fréquence), puis divisée par 2, donnant un signal tachymètrique multiplié par 8.









Ceci est illogique: Il serait plus simple de d'abord multiplier le signal tachymètrique par 8, puis de le multiplier par 2, pour obtenir un signal multiplié par 16; nous obtiendrions les deux mêmes signaux (en ordre inverse), mais de manière plus simple, utilisant moins d'électronique.










Puis il y a un retour de compensation qui est appliqué de manière permanente, mais il y en a un autre qui est appliqué dans le cas où l'interrupteur de zéro est fermé; le second est inutile, car il y a déjà le premier.









La sortie du bloc moteur rentre dans un tachymètre (cerclé de rouge).
Mais qu'est-ce qu'un tachymètre?









Un tachymètre est un dispositif qui permet de générer des impulsions à partir de la rotation d'une roue.
Sa résolution est caractérisée par le nombre d'impulsions générées pour chaque révolution de la roue.
Il permet de mesurer la rotation de la roue en comptant le nombre d'impulsions générées









Il permet aussi de mesurer la vitesse de rotation d'une roue; plus la fréquence des impulsions est élevée, et plus la roue tourne vite.
Ce principe est utilisé pour mesurer la vitesse des voitures, puisque la vitesse de rotation des roues traduit la vitesse de la voiture.









Il permet également de suivre le déplacement d'un convoyeur; pour savoir de combien un convoyeur se déplace, le nombre d'impulsions lu est multipliée par la circonférence de la roue du tachymètre, et divisé par le nombre d'impulsions par tour de la roue, pour finalement obtenir la distance dont le convoyeur s'est déplacé.









Ce principe est également utilisé dans les souris mécaniques.
Alors que vous déplacez la souris, une boule sphérique tourne, laquelle fait tourner deux roues disposées perpendiculairement, qui chacune envoient des impulsions à une circuiterie électronique alors qu'elles tournent, lesquelles sont comptées ou décomptées pour mettre à jour la position de la souris dans les deux directions de déplacement de la souris.









Ceci est la manière dont l'ordinateur peut savoir comment vous bougez la souris pour mettre à jour la position du curseur souris sur l'écran.









Si nous corrigeons l'interface pour éliminer toutes les anomalies que nous avons relevées, nous obtenons ceci:
- Le signal tachymètrique est d'abord multiplié par 8, puis par 2, pour obtenir les deux signaux multipliés.
- Les signaux multipliés sont rentrés dans le bloc de sélection de vitesse, sans appliquer un sinus à l'un des deux signaux, et un seul sort du bloc de sélection.
- le retour de compensation en trop est éliminé.
Mais, si ce nouvel interface est plus logique que l'interface original, cela ne signifie pas pour autant qu'il est correct.









D'abord le zéro du système optique ne peut être obtenu simplement en rebouclant les signaux multipliés sur le bloc moteur.
En effet, que signifie faire le zéro du système optique?
Cela signifie que, lorsque le système optique est centré, le système doit être averti qu'il doit prendre la position courante comme position de référence, et compter ou décompter des impulsions à partir de cette référence.
Cela ne peut certainement pas être obtenu simplement en rebouclant les signaux multipliés à partir du signal tachymètrique.
Donc, les blocs de multiplication du signal tachymètrique sont inutiles, et les signaux de sortie de ces blocs ne doivent pas être rebouclés sur le bloc moteur.









Et puis que signifie le retour de compensation, et quand est-il utilisé?
Le retour de compensation est utilisé lorsque la commande doit produire un effet désiré, et l'effet produit peut être mesuré; l'effet désiré et l'effet mesuré sont alors différentiés et la différence est utilisée pour corriger la commande jusqu'à ce que l'effet mesuré corresponde avec l'effet désiré.









Mais, dans le cas du système optique, le bloc moteur ne produit pas une commande, mais permet simplement de générer des impulsions, via le tachymètre, qui sont comptées pour mesurer les déplacements du système optique.
Il n'y a donc pas de raison d'utiliser un retour de compensation dans ce contexte.









Donc, finalement, après avoir éliminé les parties inutiles qui ne devraient pas être là, nous obtenons cet interface final:
- le tachymètre génère des impulsions sur deux signaux, dont la différence de phase permet de savoir dans quel sens le moteur tourne (de manière à savoir si les impulsions doivent être comptées ou décomptées); ces deux signaux sont rentrés dans le CDU qui les compte (ou décompte); l'ordinateur peut lire le compte par une instruction I/O.
- Un interrupteur (ou bouton poussoir) de zéro est connecté au CDU; quand cet interrupteur est activé, il envoie un signal au CDU qui permet de remettre à zéro le compteur d'impulsions du CDU, de sorte que, lorsque l'ordinateur lit zéro sur le compteur, il sait que le système optique est couramment centré.
A présent nous avons un interface de système optique cohérent.












1.10) les filtres d'urine bouchés.





Ils disent:
"By about 215 hours, the crew reported that both urine filters had clogged and that the urine overboard dump system was being operated without a filter. ..The filter was then replaced by a spare unit which also clogged 2 days later. The urine dumping system operated satisfactorily without a filter for the remainder of the mission (approximately 30 hours )."
Soit:
"Au bout d'environ 215 heures, l'équipage signala que les deux filtres d'urine s'étaient bouchés et que le système de purge d'urine fonctionnait sans filtre...Le filtre fut alors remplacé par un filtre de remplacement qui se boucha également deux jours plus tard. Le système de purge d'urine fonctionna de manière satisfaisante sans filtre pour le reste de la mission (approximativement 30 heures)".
Ils disent aussi:
"Postflight test of both filters indicated that the clogging was primarily due to urine solids... An analysis of the flushing water residue revealed urine solids and a small trace of lubricant but no lunar material."
Soit:
"Un test des deux filtres après la mission montra que le bouchage des filtres était essentiellement du à des solides contenus dans l'urine...Une analyse des résidus de l'eau de purge révéla des solides urinaires et une petite trace de lubrifiant, mais pas de matériau lunaire".

Cela signifie que le test du système de purge de l'urine aurait pu être fait sur terre, et que, très manifestement, il a été insuffisamment testé avant la mission, si même testé du tout!
Ils disent qu'ils ont fait des améliorations du système de purge unrinaire dans les missions suivantes, mais pouquoi ne les ont-ils pas faites auparavant?







Probablement parce que les ingénieurs en charge des tests pour Apollo 12 étaient trop occupés à jouer aux cartes!












1.11) Contamination des fenêtres.





Ils dient:
"The hatch, left-hand side, and both rendezvous windows of the command module had considerable amounts of contamination appearing as vertical
streaks on the exterior surfaces,".

soit:
"Le sas, du côté gauche, et les deux fenêtres de rendez-vous du module de commande avaient des niveaux considérables de contamination apparaissant comme des trainées verticales sur les surfaces extérieures".
Ils disent aussi:
"A procedure requires that these gaps be sealed with a composition sealant on final installation of the boost protective cover; however, some gaps were not sealed."
Soit:
"Une procédure requiert que des intervalles soient scellés sur l'installation finale de couverture protective; Toutefois, certains intervalles ne furent pas scellés.

Le manque de professionalisme dans la construction du module de commande est tout simplement renversant!







Ils disent aussi:
"This contamination could have resulted from either entrapped moisture in the hatch area between the heat shield and the pressure structure or from out-
- gassing of sealant materials in this area".

Soit:
"Cette contamination aurait pu résulter soit de moisissure emprisonnée dans l'aire du sas entre l'écran thermique et la structure, soit de la gazéification de matériaux d'isolation dans cette aire."

Maintenant, regardez cette coupe de la fenêtre du sas: Pourquoi y a t-il une telle asymétrie dans sa conception?












1.12) Déploiement incorrect de l'antenne VHF de récupération.





Ils disent::
"During the command module descent on the main parachutes, ground plane radials 1 and 3 of VHF recovery antenna 2 did not properly deploy. However, voice communications with the recovery forces while using this antenna were not significantly affected."
Soit:
"Pendant la descente du module de commande en parachute, les radials 1 et 3 de l'antenne VHF de récupération ne se déployérent pas correctement. Toutefois les communications orales avec les forces de récupération utilisant cette antenne ne furent pas affectées de manière notable."

La voix est transportée sur une porteuse de haute fréquence; donc, si la voix des astronautes pouvait être reçue pas les forces de récupération, sans perte notable, c'était également le cas pour sa porteuse et tout autre signal que cette porteuse contenait.

Ils disent aussi:
"For Apollo 13 and subsequent missions, recovery antenna 2 will be used for recovery beacon transmissions instead of voice."
Soit:
"Pour Apollo 13 et les missions suivantes, l'antenne de récupération 2 sera utilisée pour les transmissions de récupération au lieu de la voix".

Cette phrase sous-entend que le signal transmis par l'antenne 2 pourrait contenir soit des transmissions de récupération, soit la voix, mais pas les deux; en réalité, elle peut transporter les deux.
Finalement ils disent qu'ils ont fait des améliorations pour les déploiement correct des radials dans les missions suivantes, mais n'auraient-ils pas pu faire ces améliorations avant, ou manquaient-ils à ce point d'imagination qu'ils ne pouvaient voir qu'il y aurait des problèmes dans le déploiement correct des radials dans les conditions précédant Apollo 13 (notamment un bout de toile qui était supposé empêcher l'emmélement avec les paracutes, et qui aurait collé aux radials).







Maintenant, ne sous-estimez pas les ingénieurs en charge des tests pour Apollo 12; s'ils n'ont pas étudié avec plus d'attention le déploiement correct des radials de l'antenne, c'est seulement parce qu'ils étaient trop occupés à jouer aux cartes!,












1.13) panne de la valve d'isolation du système de contrôle de réaction du module de commande.





Ils disent que le soufflet qui tient la valve d'isolation fermée serait endommagée lorsque la valve est fermée lors de l'activation ou de la purge.
En conséquence, ils demandent aux futurs équipages de s'assurer que les valves soient ouvertes lors de l'activation ou la purge du système.
Oh vraiment, les équipages doivent s'occuper de celà?
Est-ce que les valves ne pourraient pas être ouvertes automatiquement à chaque activation ou purge du système, ou cela dépasse t-il la capacité des ingénieurs de la NASA de le faire automatiquement?







Non, ce n'allait pas au delà de leur capacité, mais ils devaient choisir entre mettre en place un système pour ouvrir automatiquement les valves à chaque activation ou purge du système et jouer aux cartes, et ils ont choisi de jouer aux cartes!












1.14) La défaillance de l'attache du tube d'oxygène.





Ils disent:
"At earth landing, an aluminium retention bracket for the oxygen hoses pulled loose from the main display panel".
Soit:
"A l'amerrissage, une fixation de rétention en aluminium pour les tubes d'oxygène se détacha du panneau principal".
et:
"Postflight inspection of the bracket revealed an inadequate adhesion area between the bracket and the panel. The adhesive material was not uniformly spread under the bracket, thereby creating large voids".
Soit:
"Une inspection de l'attache après la mission révéla une aire d'adhésion inadéquate entre l'attache et le panneau. Le matériel adhésif n'était pas uniformément appliqué sous l'attache, et de là créant de large vides".
Mais ce problème é été résolu dans les missions suivantes:
"Manufacturing requirements have been changed to include torque testing of the bracket to assure that a proper bond has been achieved."
soit:
"Les consignes de fabrication ont été changées pour inclure un test de torsion de l'attache pour s'assurer que l'attache ne pouvait pas lacher."







Que firent-ils lorsqu'ils testérent le matériel d'Apollo 12?
Réponse: Ils jouérent aux cartes!












1.16) Courroie sectionnée sur les conduites électriques de l'écran thermique.





Ils disent:
"During postflight inspection of the upper deck, the lanyard which retains the forward heat shield electrical cable had been severed, and only 18 inches of the approximately 45-inch lanyard remained."
"Pendant l'inspection suivant la mission du pont supérieur, la courroie qui retient le cable électrique de l'écran de protection thermique a été trouvé sectionné, et seulement 18 pouces restaient de la courroie d'approximativement 45 pouces".
Imaginez si la même chose était arrivée aux cordes du parachute!












1.17.a) Décalage dans la pression indiquée du collecteur d'admission d'hélium.





Ils disent:
"The measurement for reaction control quad D helium pressure indicated erroneous values throughout the flight. During the first 70 hours, the pressure exhibited a slow drift of about 14 psia upward. At approximately 160 hours, the measurement then shifted from 192 to 150 psia, followed by a second slow drift upward".
Soit:
"La mesure de la pression d'hélium du système de contrôle de réaction indiqua des valeurs erronnées au long du vol. Durant les 70 premères heures, la pression montra une lente montée d'environ 14 psia. A approximativement 160 heures, la mesure fit une descente de 192 à 150 psia, qui fut suivie d'une seconde lente montée".
Puis ils disent:
"Both the slow drifts upward and the Jump shown on the figure tend to support the conclusion that the strain-gage bonding had weakened."
Soit:
"A la fois les lentes montées te le saut vers la bas sur la figure tendent à supporter le fait que la fixation de la jauge avait faibli".
Le fait que la fixation de la jauge avait faibli explique seulement la tombée brutale de la pression, mais pas les lentes montées.
Si la chute de pression s'était produite pendant que la pression montait lentement, la pression aurait continué de monter après qu'elle soit tombée à cause de la perte de fixation de la jauge.
Mais la chute de pression s'est produite après que la pression se soit stabilisée, non pas pendant sa lente montée.







..Donc, il n'y aurait pas du avoir une lente montée de la pression après la chute due à la perte de fixation de la jauge, et la pression indiquée aurait du ressembler à ce qui est montré sur ce diagramme.












1.17.b) Lectures basses du transducteur du costume.





Ils disent que le transducteur de pression du costume indiqua moins que la pression attendue au long de la mission, et le différentiel de pression varia, était plus ou moins important.
Des tests après la mission ont montré une contamination interne venant de particules de nickel qui causeraient une sortie irrégulière du transducteur.
Cette panne fut considérée comme une occurence isolée pour Apollo 12 (peit-être pour punir les ingénieurs d'avoir joué aux cartes au lieu de faire des testssérieux), et il n'y eut donc pas de modification faite pour empècher ceci de se reproduire dans les futures missions (et donc le même problème aurait pu se reproduire dans les missions suivantes).












1.17.c) Quantité erratique 'eau potable.





Ils disent:
"Potable water quantity data were erratica prior to launch and also occasionally during flight. Operation of this sensor was not necessary because the known onboard water quantities were within launch specifications. Therefore, replacement, which would have required rescheduling the launch, was not performed."
Soit
"La quantité d'eau potable fut erratique avant le lancement et aussi occasionellement pendant le vol. Le bon fonctionnement de ce capteur n'était pas nécessaire car car les quantités connues d'eau à bord étaient dans les spécifications de lancement. En conséquence, le remplacement de ce capteur, qui aurait nécessité de reporter le lancement, ne fut pas fait."
En dautre termes, il ne se souciérent pas de résoudre le problème du capteur (du à la corrosion), parce qu'ils savaient que les quantités d'eau à bord étaient normales, et suffisantes pour la mission.
Mais cela veut aussi dire que les astronautes pouvaient aussi ne pas savoir la quantité exacte d'eau restante pendant la mission, ce qui était essentiel pour qu'ils fassent un usage rationel de l'eau.







C'est comme si vous aviez une gourde d'eau dans le désert, et ne pouviez la reremplir avant un point d'eau; si vous pouvez voir combien il reste d'eau dans la gourde, vous pouvez organiser votre consommation d'eau, et la faire durer jusqu'au prochain point d'eau; mais supposez que ne puissiez voir combien il reste d'eau dans la gourde. Vous commenceriez à stresser er vous inquiéter à propos du niveau restant dans la gourde!












1.17.d) Perte de pression de capteur de régulation d'hydrogéne.





Ils disent:
"The fuel cell 3 regulated hydrogen pressure gradually decayed from 61.5 psia to about 59.5 psla, but remained within specification limits".
Soit:
"La pression indiquée par le capteur de régulation d'hydrogéne numéro 3 baissa de 61,5 psia à environ 59,5 psia, mais resta dans les limites de spécifications."
Et:
"The apparent pressure drop has been attributed to a pressure transducer failure, with the most probable failure mode being a small leak
through or around the stainless steel diaphragm in the transducer".

Soit:
"La chute de pression apparente a été attribuée à une défaillance du transducteur de pression, avec la cause la plus probable de défaillance étant une petite fuite à travers ou autour d'un diaphragme en acier inoxydable dans le transducteur".
C'est quelque chose qu'ils auraient parfaitement pu détecter avant la mission s'ils avaient fait des tests sérieux.







Mais ils avaient fait le choix entre faire des tests sérieux et jouer aux cartes, et vous savez ce qu'ils choisirent!












1.18) Changement intermittent du diapason de la base de temps.





Ils disent:
"The tuning fork display on the panel 2 mission clock operated intermittently prior to and during launch."
Soit:
"Le diapason de la base de temps sur le panneau 2 changea de manière intermittente avant et pendant le lancement".
And:
"Operation of the tuning fork indicates the mission clock has switched from the central-timing-equipment timing signal to an internal timing source, thus indicating loss of the central timing signal."
Soit:
"Le changement du diapason de base de temps indique que l'horloge de la mission avait basculé du signal d'horloge centrale vers une source interne d'horloge, indiquant ainsi la perte du signal d'horloge centrale."
La raison qu'ils en donnent est:
"Based on previous mission clock failures, the most probable cause for this anomaly is a cracked solder Joint in the cordwood construction.".|/i]
"En connaissance des pannes d'horloge de missions précédentes, la cause la plus probable pour cette anomalie est un mauvais point de soudure dans le circuit imprimé."
Donc, ils ne sont même pas capables de garantir un fonctionnement correct de l'horloge de la mission, et ils veulent aller sur la lune:
Dans les missions suivantes, ils ont fait in nouveau concept pour l'horloge de la mission qui éliminait l'ancien circuit imprimé et était "moins susceptible à l'interférence électromagnétique".
N'auraient-ils pas pu le faire avant, avaient-ils d'abord besoin d'aller sur la lune?







Oui, il le fallait, sinon les ingénieurs en charge des tests auraient du faire des tests en lieu de jouer aux cartes!












1.19) Communications VHF inacceptables





Ils rapportent deux problèmes différents à propos des communications VHF.
D'abord ils avaient un système squelch qui coupait la communication chaque fois qu'elle tombait en dessous d'un nouveau supposé être seulement du blanc, sans communication avec la terre.







Le problème est que, lorsque le squelch était réglè sur le niveau maximum (6), il était possible que, à certains moments, le niveau de communication pouvait tomber en dessous du réglage du squelch, alors qu'il ne s'agissait pas d'un silence, et que l'opérateur était en train de parler; dans ce cas les astronautes pouvaient manquer une partie de ce que l'opérateur disait, parce que le squelch coupait indument une partie de la conversation.







Un deuxième problème est que les ingénieurs de la NASA avaient imaginé un système qui permettait d'enlever le bruit de la voix lorsque l'astronaute parlait dans le microphone.







Le principe était qu'un bruit pur était généré et soustrait du signal "Voix+Bruit", retirant ainsi le bruit du signal "Voix+Bruit" et permettant d'obtenir une voix pure, non polluée par le bruit.







Le problème est que, lorsque le casque acoustique n'était pas bien en place, le niveau du signal "Voix+Bruit" pouvait ne pas être ce qui était attendu, et le bruit pur, au lieu de simplement retirer le bruit dans le signal "Voix+Bruit", retirait également une partie de la voix, la déformant ainsi.
Conséquemment, ils recommandaient aux astronautes de placer correctement leur casque acoustique, de manière à ce que cela n'arrive pas, et que le bruit puisse être correctement retiré par ce système, sans déformation de la voix.







Mais c'est complétement ridicule.
Dans mon schéma, j'ai simplifié la voix en la représentant comme une onde simple, et également le bruit.







En réalité la voix est faite de plein d'ondes de différentes fréquences et amplitudes appelées harmoniques.
La synthése de voix fonctionne en créant ces harmoniques et en réglant l'amplitude des différentes harmoniques.
Le bruit est également fait de différentes ondes de différentes fréquences et amplitudes, et ces fréquences et amplitudes sont toutes aléatoires.







Cela signifie qu'il est complétement illusoire d'essayer de reconstituer le bruit qui est mélangé avec la voix; le bruit reconstitué ne reproduira jamais un bruit dont les harmoniques ont non seulement des fréquences et amplitudes aléatoires, mais également variables.
Même si le casque acoustique est bien en place, ce système dégradera la voix sans enlever le bruit qui l'accompagne (et même en l'augmentant).












2.1) Docking Hatch flood





Ils disent:
"The floodlight is controlled by a switch that is actuated by opening and closing the docking hatch in a manner similar to that for a refrigerator door. The crew checked the operation of the hatch switch and verified floodlight operation by manually depressing the plunger. However, the hatch did not. depress the plunger sufficiently to actuate the switch."
Soit:
"Le projecteur de lumière est contrôlé par un contacteur qui est déclenché en ouvrant et fermant la porte du sas de manière similaire à celle d'un frigidaire. L'équipage testa le fonctionnement du contacteur et vérifia le fonctionnement du projecteur en appuyant manuellement sur le piston. Toutefois le sas ne pressait pas le piston suffisamment pour déclencher l'allumage du projecteur."
En d'autres termes, le sas marche moins bien que votre porte de réfrigérateur!
Ils ont résolu le problème dans les missions suivantes, mais, une fois de plus, ils n'ont pas fait de tests sérieux sur Apollo 12.
Même les constructeurs de réfrigérateurs font des tests plus sérieux que les ingénieurs de la NASA.







Mais ne soyez pas trop durs pour les ingénieurs de la NASA, c'est seulement parce qu'ils jouaient aux cartes!












2.2) De l'eau dans la circulation de l'habit des cosmonautes.





Ils disent:
"After the first extravehicular activity, the Commander reported that his boots had water in them and that the suit inlet hose was delivering cold moist air when disconnected. The Lunar Module Pilot also noted drops of water in his inlet hose."
Soit:
"Après le première activité extravéhiculaire, le commandant rapporta qu'il y avait de l'eau dans ses bottes, et que le tube d'entrée de l'habit délivrait de l'air froid humide lorsque déconnecté. Le pilote du module lunaire rapporta également des gouttes d'eau dans son tube d'entrée".
Ils disent aussi:
"Prior to the sleep period, the water was drying in the Commander's suit".
Soit:
"Avant la période de sommeil, l'eau séchait dans l'habit du commandant."
L'eau sèche lorsque exposée à l'air; comment l'eau pouvait-elle sécher dans l'habit, sans être exposée à l'air?
Et les deux astronautes d'Apollo 12 ont rapporté ce problème, il serait donc étonnant quer ce problème ne se produisit pas aussi dans Apollo 11.







Ils disent:
"For Apollo 13 and subsequent missions, a flow limiter will be added to the primary lithium hydroxide canister to reduce suit- loop gas flow and consequently limit the separator speed to within the no-splash range".
Soit:
"Pour Apollo 13 et les missions suivantes, un limiteur de débit sera ajouté à la bonbonne d'hydroxide de lithium primaire pour réduire le débit du gaz et conséquemment réduire la vitesse du séparateur dans la limite de non débordement."
Ils ont donc attendu Apollo 13 pour résoudre le problème.
La conclusion est qu'ils n'ont pas fait de test sérieux de l'habit de cosmonaute avant Apollo 12.







Comment l'auraient-ils pu en jouant aux cartes?












2.3) Carbon Dioxide Sensor Malfunction





Ils disent:
"Following lunar lift-off, the crew reported a master alarm at about the time of ascent-engine shutdown. Ground data show a short-duration spike in the indicated carbon dioxide partial pressure at that time."
Soit:
"Après le décollage depuis la lune, l'équuipage rapporta une alarme principale environ au temps de la coupure du moteur de montée. Les données au sol montrérent un pic de courte durée dans la pression partielle indiquée de dioxide de carbonne à ce moment".
Ils expliquent le problème de cette manière:
"The carbon dioxide sensor is sensitive to free water, and the malfunction was probably caused either by water from the water separator sump tank entering the sensor or by water bypassing the water separator and entering the sensor."
Soit:
"Le capteur de dioxide de carbonne est sensible à l'eau, et ce disfonctionnement fut probablement causé soit par de l'eau venant du réservoir d'eau pénétrant dans le capteur, soit de l'eau contournant le séparateur d'eau et pénétrant dans le capteur".
Ils disent finalement:
"This vent line has been rerouted for Apollo 13 and subsequent vehicles."
Soit:
"Ce conduit a été redirigé pour Apollo 13 et les modules lunaires suivants"
Ils ont donc attendu que le problème se produise avant de rediriger ce conduit, ce qui semblait pourtant une chose évidente à faire!







Ne pensez pas que cela allait au delà de la capacité des ingénieurs d'Apollo 12 de le faire, mais jouer aux cartes est si passionnant:












2.4) Defaillance de la lumière de repérage.





Ils disent:
"At the beginning of the second darkness pass after lunar lift-off, li the crew reported that the tracking light had failed. Subsequent cycling of the light switch indicated that power consumption was normal, indicating the high-voltage section of the light had experienced a corona failure."
Soit:
"Au début du deuxième passage dans la zone d'obscurité après le décollage de la lune, l'équipage indiqua que la lumière de repérage avait failli. Un déclenchement ultérieur de l'interrupteur de la lumière indiqua une consommation normale de puissance, indiquant que la section haute tension de la lumière avait subi une défaillance électrique."
Ceci est la raison qu'ils donnent pour ce problème:
"Tests indicate that off-axis solar impingement on the flash head reflector can cause temperatures on the flash head potting as great as 500 ° F, which could degrade the potting compound enough to cause a corona."
Soit:
"Des tests indiquent que l'empiétement solaire hors axe sur la tête du réflecteur peut causer des températures sur le bulbe aussi hautes que 500°F, ce qui pourrait le dégrader et causer une défaillance électrique".
Et finalement ils expliquent comment ils ont résolu le problème sur Apollo 13 et missions suivantes:
"For Apollo 13 and subsequent missions, the tracking light will be redesigned to reduce the 4000-volt voltage source to 2000 volts, and flash head potting will be protected from direct solar impingement."
Soit:
"Pour Apollo 13 et missions suivantes, la lumiére de repérage sera modifiée pour réduire la source de tension de 4000 volts à 2000 volts, et le bulbe sera protégé de l'empiètement solaire".
Et pourquoi ne pas avoir fait ces modifications avant?
Est-ce que Apollo 12 était une vraie mission lunaire ou une simple mission de test?







Les ingénieurs d'Apollo 12 savaient qu'Apollo 12 n'était pas une mission sérieuse, alors que jouer aux cartes est très sérieux!












2.5) La poignée du compartiment d'équipement resta bloquée.





Ils disent:
"During the initial egress, the modularized equipment stowage assembly was to be deployed by pulling a special D-ring handle. Although the Commander
was unable to release the handle from the support bracket, it could be rotated in its bracket."

Soit:
"Durant la sortie initiale, le compartiment de l'équipement fut déployé en tirant une poignée spéciale en forme de D. Quoique le commandant fut incapable de tirer la poignée de son support, elle put être tournée dans son support"
Ce qu'ils firent pour résoudre le problème dans les missions suivantes:
"For Apollo 13 and subsequent, the D-ring will be deleted and a loop will be clamped to the end of the deployment cable. The loop will be retained using the same type of pin presently installed to retain the safety wire."
Soit:
"Pour Apollo 13 et missions suivantes, l'anneau en D sera retiré, et une boucle sera attachée au bout du cable de déploiement. La boucle sera retenue en utilisant le même type de broche présentement installée pour retenir le cable de sûrété".
Mais ils n'auraient pas pu faire cette modification avant Apollo 12? Non, ils ne le pouvaient pas!
La poignée du compartiment de l'équipement pouvait seulement être testée sur la lune, elle ne pouvait pas être testée sur terre, n'est-ce pas?







Surtout si ceux qui étaient en charge des tests jouaient aux cartes à la place!












2.6) Déchirure de l'écran thermique du sas.





Ils disent:
"During egress, the Commander's portable life support system came in contact with and tore the hatch micrometeoroid shield. Such a tear could represent a potential hazard to the suit."
Soit:
"Durant la sortie, le sac de survie du commandant vint en contact avec la couche protective contre les micro-météores du sas. Une telle déchirure pouvait représenter un danger potentiel pour l'habit".
Mais il ont résolu le problème pour Apollo 13 et missions suivantes:
"For Apollo 13 and subsequent, the thermal shield thickness will generally be increased from 0.0020 to 0.040 inch. In addition, the diameter of the shield mounting holes will be increased from 0.375 to 0.5 inch"
Soit:
"Pour Apollo 13, et missions suivantes, l'épaisseur de l'écran thermique sera augmentée de 0.0020 à 0.0040 pouces. De plus le diamètre des des trous de l'écran thermique sera accru de 0.375 à 0.5 pouces".
Et comment est-ce que ces modifications peuvent empècher le PLSS de l'astronaute d'entrer en contact et déchirer l'écran thermique du sas?
Pouquoi ne pas plutôt élargir le sas pour empècher le PLSS de l'astronaute d'entrer en contact avec le sas?












2.7) Allumage prématuré de la lampe de carburant bas.





Ils disent:
"The low-level light for descent propulsion propellant quantities illuminated about 25 seconds early. The low-level light is activated and remains latched on when any one of the four low-level point sensors is uncovered."
Soit:
"La lampe de niveau bas du carburant de descente s'alluma environ 25 secondes trop tôt. La lampe de bas niveau est activée et reste activée lorsque l'un des capteurs de carburant est à découvert."







Ce diagramme explique pourquoi la lampe de niveau bas s'est éclairée trop tôt: C'est parce que la lecture de la quantité restante de carburant était trop imprécise et variait trop; à un moment cette lecture tomba en dessous du niveau causant l'allumage de la lampe de bas niveau, quoique la quantité restante soit encore au dessus du niveau caussant l'allumage de cette lampe.
En fait, si la lecture du niveau était si imprécise, c'est parce qu'elle était insuffisamment échantillonnée, seulement un échantillon par seconde.
Accroître la fréquence de la lecture permet d'avoir une lecture meilleure, plus précise de la quantité restante de carburant.
Sur Apollo 13, ils augmentairent la fréquence d'échantillonnage d'une lecture par seconde à 100 lectures par seconde, ce qui permit d'avoir une lecture plus adéquate de la quantité restante de carburant, et ainsi d'éviter d'allumer la lampe de bas niveau trop tôt.
Tout ingénieur décent sait qu'une fréquence d'échantillonnage trop basse donne une mesure mauvaise, incertaine, et que, plus la fréquence d'échantillonnage est élevée, et meilleure est la mesure.
Est-ce que je sous-entend que les ingénieurs de la NASA ne sont pas décents?







On non, je sais qu'ils étaient três décents, mais je sais aussi que jouer aux cartes était plus important pour eux que de faire des tests sérieux pour la mission lunaire.












3.1) Défaillance de la télévision couleur.





La caméra aurait eu sa zone de réception partiellement endommagée par le soleil.







La partie de l'image correspondant à la partie endommagée de la zone de réception apparaissait principalement blanche; on aurait pu s'attendre à ce que la partie non endommagée de la zone de réception puisse enregistrer une image normale, mais à la place elle aparaissait entièrement noire, et la cause fut identifiée comme venant du contrôle automatique de niveau lumineux; si le contrôle automatique de niveau lumineux était déconnecté, la partie non endommagée de la zone de réception pouvait enregistrer une image.







Alors les ingénieurs de la NASA ont imaginé un système absolument révolutionnaire qu'ils ont bien sûr breveté: Equiper les caméras avec un bouchon que les astronautes pouvaient placer sur l'objectif lorsqu'ils transportaient la caméra.
Une autre amélioration a été l'utlisation d'un capteur d'image qui était moins susceptible d'être endommagé par des niveaux de lumière intense.
Et ils n'auraient pas pu utiliser un tel capteur pour Apollo 12?
Est-ce que ce capteur a été inventé entre Apollo 12 et Apollo 13?







Non, mais remplacer le capteur d'image aurait signifié l'interruption d'un passionnant jeu de cartes, et c'était hors de question!












3.2) Fonctionnement intermittent de la caméra 16 mm durant la remontée.





Ils disent:
"The 16-mm camera was turned on Just before lift-off, but it stopped after a brief period of operation. During ascent, it was activated two additional times, and each time it stopped after 20 or 30 seconds of operation. During rendezvous, the camera was operated by constantly depressing the triggering button, hereby overriding the automatic shutoff."
Soit!
"La caméra 16 mm fut activée juste avant le décollage, mais s'arrêta après une brève période de fonctionnement. Durant l'ascension, elle fut activée deux fois supplémentaires, et à chaque fois elle s'arrêta après 20 à 30 secondes de fonctionnement. Durant le rendez-vous, la caméra fut utilisée en appuyant constamment sur l'interrupteur de déclenchement, empêchant ainsi la coupure automatique."
Ils l'expliquent de cette manière:
"the characteristic sensitivity of the magazine interlock microswitch installation is such that the operating limits of the switch could cause intermittent actuation."
Soit:
"La sensibilité caractéritique du microswicth de verrouillage du magazine est telle que les limites de fonctionnement de l'interrupteur causeraient un déclenchement intermittent".
Ils ont résolu le problème dans les missions suivantes:
"The problem will be resolved by changing the interlock switch to a configuration that is much less sensitive to variation in switch settings."
Soit:
"Le problème fut résolu en changeant l'interrupteur de verrouillage en une configuration qui était bien moins sesnsible aux variations de réglage de l'interrupteur".
Oh vraiment, et ils ne pourraient pas l'avoir testé auparavant?







Oh j'oubliais qu'ils jouaient aux cartes!












3.3) Difficulté à retirer la capsule de carburant radioisotopique.





Ils disent:
"The crew experienced difficulty in removing the radioisotope fuel capsule from the fuel cask assembly during deployment of the Apollo lunar surface experiments package."
Soit:
"L'équipage éprouva de la difficulté à retirer la capsule de carburant radioisotopique de son conteneur durant le déploiement des appareils d'expérimentation sur la surface lunaire"
Pour Apollo 13, ils ont résolu le problème:
"The outside diameter of the 0.10-inch long contact surface, while remaining within design limits, may be reduced as much as 0.005 inch for ease of capsule extraction. All existing capsule backplates will be reworked in this manner."
Soit:
"Le diamètre extérieur de la surface de contact longue de 0,10 pouce, tout en restant dans les limites de spécification, a pu être réduite jusqu'à 0,005 pouce pour faciliter l'extraction de la capsule. Toutes les capsules existantes sont modifiées de cette manière".







Ils n'ont pas pu le faire pour Apollo 12, car ils jouaient aux cartes, ce qui est plus amusant que de tester une capsule de carburant radioisotopique.












3.4) Difficulté à déployer le seismomètre passif.





ILes astronautes eurent de la difficulté à appliquer la toile thermique sur la surface lunaire, laquelle tendait à se soulever du sol.
Ils ont d'abord essayé de mettre du matériel lunaire sur la périphérie de la toile, mais cela n'a pas marché; alors finalement ils eurent l'idée d'utiliser des boulons extraits de la palette de déploiement et de les poser en périphérie de la toile du seismomètre, et cela a marché cette fois.
Pour Apollo 13 et missions suivantes, ils coudront des poids sur la périphérie de la toile pour la faire adhérer à la surface lunaire.







Et penser à le faire avant Apollo 12, n'y pensez même pas: Ils jouaient aux cartes et au diable les tests et améliorations!












3.5) Difficulté à déployer l'appareil à cathode froide





Ils disent:
"The cold cathode ion gage would not remain upright when deployed.
Its final position was on its back with the sensor aperture at an angle of approximately 60 degrees from the horizontal but was satisfactory"

Soit:
"L'appareil à cathode froide ne se tenait pas droit une fois déployé.
Sa position finale était en arrière avec le capteur à un angle d'environ 60 degés avec l'horizontale, mais cela suffisait".
Ils amélioreront ce problème dans Apollo 14:
"For Apollo 14 this equipment will be flown, and the wires of the connecting cable will be tied at 6-inch intervals instead of being wrapped with heavy Mylar tape."
Soit:
"Pour Apollo 14, cet équipement sera étalé, et les fils du cable de connexion seront attachés à des intervalles de 6 pouces au lieu d'être enrobés avec du lourd ruban de mylar".







Faire ces tests avant Apollo 12?
Les ingénieurs de la NASA vous diront:
"Les astronautes pouvaient faire les tests eux-mêmes sur la lune, nous avions des choses plus importantes à faire...comme jouer aux cartes!"








De toute façon, quand on voit l'épave qu'était l'ALSEP, améliorations ou non, cela ne changeait pas grand chose!












3.6) Rétention du sac de transport d'échantillons non satisfaisante.





Ils disent:
"At the beginning of extravehicular activity, the empty tool carrier collection bag tended to rise out of the tool carrier until some lunar surface soil was put in to hold it down."
Soit:
"Au début de l'activité extravéhicualire, le sac de transport d'échantillons vide tendait à se soulever en dehors de son support jusqu'à ce que des roches lunaires soient mises dedans pour le faire tenir en place."
Une fois de plus une solution fut trouvée pour les missions suivantes:
"A separate double spring clip, which reaches over both the bag hanger and tool carrier structure, will be added for Apollo 13 to provide the necessary retention force as shown in the figure".
Soit:
"Une barre avec ressorts qui s'enclippe par dessus le sac et son support, sera ajoutée pour Apollo 13 pour fournir la force de rétention nécessaire comme montré sur la figure."







Et les ingénieurs de la NASA en charge des tests pour Apollo 12 vous diront:
"Ce ne sont pas nous les testeurs, ce sont les astronautes; nous, nous sommes seulement ici pour jouer aux cartes".












3.7) Comptage intermittent sur la caméra 70 mm du module de commande.





Ils disent:
"During landmark tracking using 70 mm camera with the 500 mm lens, the magazine opened up and the counter did not agree with the crew count.
The crew had inadvertently actuated the mechanism which opens the magazine, allowing the entire film holder portion of the magazine to come out of the magazine housing."

Soit:
"Durant le repérage de marques au sol utilisant la caméra 70 mm avec l'objectif 500 mm, le magazine s'ouvrit et le compteur ne s'accorda pas avec le comptage de l'équipage. L'équipage avait déclenché sans s'en apercevoir le mécanisme qui ouvre le magazine, permettant au film de sortir du receptacle du magazine."







Alors les ingénieurs de la NASA ont eu une idée absolument géniale pour résoudre ce problème, une idée qui restera dans les annales de la science:
"Since there is no requirement to remove film during the mission, tape will be placed over the retracted film release knob after loading the magazine, and proper frame counting should be preserved."
Soit:
"Puisqu'il n'y a pas lieu de retirer le film durant la mission, du ruban adhésif sera placé sur le bouton d'extraction du film après avoir chargé le magazine, et le comptage de clichés devrait être préservé."







Et, si les ingénieurs en charge des tests d'Apollo 12 n'y ont pas pensé, c'est seulement parce qu'ils jouaient aux cartes.












3.8) Des pulsations dans l'habit.





ils disent:
"During the second extravehicular period, the Lunar Module Pilot indicated that he felt something which could have been two pressure pulses in the pressure garment assembly, but he could not determine whether the pulses were increases or decreases in pressure."
Soit:
"Durant la second période extravéhiculaire, le pilote du module lunaire indiqua qu'il sentit quelque chose qui pourrait avoir été deux pulsations de pression dans son habit, mais ils ne pouvait déterminer si les pulsations étaient des accroissements ou décroissements de pression."
Les ingénieurs ne trouvérent pas d'évidence d'un disfonctionnement du système, et il fournirent alors cette explication:
"The crewman had a stuffy head condition during this time period. "Popping" the ears was ruled out, but some other effect internal to the ear may have created the sensation."
Soit:
"L'astronaute n'avait pas la tête pas très claire à ce moment. Un bourdonnement dans les oreilles fut écarté, mais quelque autre effet interne à l'oreille peut avoir créé la sensation".
Ma théorie est que les pulsations que l'astronaute ressentit pourraient avoir été les battements de son propre coeur.
Sur quoi ma théorie est-celle basée?
Sur cette phrase:
"The mission time for the reported pressure pulse, based on a sharp rise in the Lunar Module Pilot's heart rate, was determined to be between 133:09:00 and 133:12:00."
Soit:
"Le temps de la mission pour la pulsation de pression rapportée, basée sur une montée brève dans le battement cardiaque du pilote du module lunaire, fut déterminée être entre 133:09:00 et 133:12:00."












3.9) Arrêt du compteur de la caméra de surface lunaire.





Ils disent:
|i]"The exposure light on the lunar surface close-up camera came on for each exposure, but the mechanical exposure counter did not count every exposed frame. The counter is housed in the handle, which is a matte surface, uncoated aluminum casting. Postflight analysis has indicated that, during extravehicular activity, the camera reached a stabilized handle temperature of approximately 220 ° F, which is above the mechanical interference point for the counter."|/i]
Soit:
"L'indicateur de prise de vue de la caméra de surface lunaire s'alluma pour chaque cliché, mais le compteur mécanique de prise de vue ne compta pas chaque cliché. Le compteur est logé dans la poignée qui est une surface mate, en aluminium non recouvert. Des analyses post-mission ont indiquée que, durant l'activité extravéhiculaire, la poignée de la caméra atteint une température d'approximativement 220°F, ce qui est au dessus du point d'interférence mécanique pour le compteur".







Et, une fois de plus, les ingénieurs de la NASA ont trouvé une idée absolument géniale pour résoudre ce problème, une idée qui restera dans les annales de la science: Peindre la poignée de la caméra en blanc pour réduire sa température.







Et, si les ingénieurs en charge des tests pour Apollo 12 n'y ont pas pensé...c'est seulement parce qu'ils jouaient aux cartes!












3.10) Difficultés avec la caméra 70 mm de surface lunaire.





Pour les deux astronautes l'assemblage de la caméra devint lâche en nécessita un reserrage.
Ils disent:
"In the process of retightening on the lunar surface, the thumbwheel fell off the Lunar Module Pilot's camera assembly, making reassembly impossible"
Soit:
"En revissant la caméra sur la surface lunaire, la molette de serrage tomba de l'assemblage de la caméra du pilote du module lunaire, rendant impossible l'assemblage."







Ils trouvérent la solution pour les missions suivantes:
"For future missions, the cupped spring washer will be replaced by a star washer to resist rotation and loosening of the assembly screw, and the thumbwheel will be secured to the screw with a roll pin, instead of a setscrew."
Soit:
"Pour les missions futures, la rondelle arrondie sera remplacée par une rondelle en étoile pour résister à la rotation et empêcher que la vis ne prenne du jeu, et la molette sera rendue solidaire à la vis avec une broche traversant la molette au lieu d'une vis de maintien".







Les ingénieurs en charge des tests pour Apollo 12 auraient également pu appliquer ces solutions...s'il n'avaient pas été si occupés à jouer au cartes!












3.11) Une tonalité et du bruit durant l'activité extravéhiculaire.





Ils disent:
"An undesirable tone, accompanied by a random impulse noise signal, was present intermittently for the first l-l/2 hours of initial extravehicular activity. The same tone, but without the noise, was present for approximately 12 seconds during the second extravehicular period.
This condition did not degrade voice communication but was annoying to the crewmen."

Soit:
"Une tonalité indésirable, accompagnée par un bruit aléatoire, fut présente de manière intermittente pendant la première heure et demie de l'activité extravéhiculaire. La même tonalité, mais sans le bruit fut présente durant approximativement 12 secondes dans la seconde période extravéhiculaire.
Cette condition ne dégrada pas la communication orale, mais ennuya les astronautes."

En fait, une analyse de la densité spectrale de la tonalité révéle deux pics qui correspondent avec la fréquence du moteur du ventilateur.
Le signal du ventilateur devrait normalement être filtré par le régulateur de l'amplificateur du microphone, mais ce régulateur échoua à éliminer ce signal.
Ils disent:
"The normal operating voltage for the microphone amplifier is from 15.7 to 20.5 volts. When the microphone amplifier supply voltage is above the regulator threshold of 12.5 volts, the tone interference does not enter the audio system."
Soit;
"La ternsion normale de fonctionnement pour l'amplificateur du microphone va de 15,7 à 20,5 volts. Quand la tension d'alimentation de l'amplificateur du microphone est au dessus du seuil du régulateur de 12,5 volts, l'interférence tonale ne rentre pas dans le système audio."
En d'autres termes, les ingénieurs n'étaient pas capables d'appliquer une tension correcte à l'amplificateur du microphone.







Les ingénieurs enj charge des tests d'Apollo 12 auraient probablement appliqué une tension correcte au régulateur, probablement...s'ils n'avaient pas joué aux cartes!












3.12) les sacs de pesage craquelés.





Ils disent:
PlayingCards.jpg

Cette solution aurait même pu être appliquée sur Apollo 12...Si les ingénieurs en charge des tests n'avaient pas joué aux cartes!
Mais, si vous saviez que tous les efforts que vous faites ne permettront pas à un module lunaire de se poser sur la lune, ne joueriez vous pas aux cartes également?











Cette dernière partie concerne l'usage du sac de survie (PLSS) dans Apollo 12.
Elle est basée sur une table dans le rapport de mission d'Apollo 12, à la page 8-20.







Sur cette animation, je montre la circulation de l'oxygène dans le sac de survie; c'étaient des valves automatiques, commandées électriquement, qui permettaient de réguler la circulation.







Sur cette animation, je montre la circulation de l'eau dans le sac de survie; c'étaient aussi des valves automatiques, commandées électriquement, qui permettaient de réguler la circulation.







Donc, autant pour l'oxygène que pour l'eau, des valves automatiques commandées électriquement permettaient de réguler la circulation, ce qui signifie que, plus l'astronaute consommait d'oxygène et d'eau, et plus il consommait aussi de la puissance électrique.
C'est une précision importante pour ce qui suit.







La table que j'ai utilisée contient deux colonnes pour chaque astronaute, l'une indique la valeur réellement utilisée, et l'autre la valeur prédite.







A présent, examinons les données de la première EVA.







Dans la première EVA, Conrad a utilisé 0,725 livres d'oxygène, alors qu'il était prédit qu'il en utiliserait 0,873 livres, et il en a donc utilisé moins que prédit.
Al Bean a aussi utilisé 0,725 livres d'oxygène, alors qu'il était prédit qu'il en utiliserait 0,873 livres, et il en a donc aussi utilisé moins que prédit.







Dans la première EVA, Conrad a utilisé 4,75 livres d'eau, alors qu'il était prédit qu'il en utiliserait 5,4 livres.
Et Al Bean a utilisé 4,69 livres d'eau, alors qu'il était prédit qu'il en utiliserait 5,2 livres.







Finalement, dans la première EVA, Conrad a utilisé 187 watt-heure de puissance électrique, alors qu'il était prédit qu'il en utilise 133 seulement, ce qui est étrange, car, comme il a utilisé moins d'oxygène et d'eau que prédit, il aurait aussi du utiliser moins de puissance électrique que prédit.
Al Bean a utilisé 188 watt-heure de puissance électrique, légèrement plus que Conrad, alors qu'il a utilisé un peu moins d'eau.







Maintenant, examinons les données de la deuxième EVA, et c'est là que commence le fun.







Dans la deuxième EVA, Conrad a utilisé 0,695 livres d'oxygène, alors qu'il était prédit qu'il en utiliserait 0,886 livres, et AL Bean a utilisé 0,720 livres d'oxygène, alors qu'il était prédit qu'il en utiliserait 0,849 livres; remarquez que, alors qu'il était prédit qu'Al Bean utiliserait moins d'oxygène que Conrad, il en a utilisé davantage au lieu de cela.







Dans la deuxième EVA, Conrad a utilisé 3,89 livres d'eau, alors qu'il était prédit qu'il en utiliserait 6,2 livres, ce qui signifie qu'il en a utilisé nettement moins que prédit.
Al Bean a utilisé 4,69 livres d'eau, alors qu'il était prédit qu'il en utiliserait 5,8 livres, et il a donc aussi utilisé moins d'eau que prévu, mais remarquez qu'il a utilisé plus d'eau que Conrad, alors qu'il était prédit qu'il en utiliserait moins.







Il apparaît donc que, alors qu'il était prévu qu'Al Bean utiliserait moins d'oxygène et d'eau que Conrad, il en a utilisé davantage à la place.
Vous direz que cela ne prouve rien, Al Bean aurait pu être plus zélé que prédit, et pourrait donc avoir utilisé plus d'oxygène et d'eau que prévu.
Mais voici qu'arrive la surprise.







Dans la deuxième EVA, Conrad a utilisé 177 watt-heure de puissance électrique, alors qu'il était prédit qu'il en utiliserait 130 seulement, et, comme il a utilisé moins d'oxygène et d'eau que prédit, il devrait aussi avoir utilisé moins de puissance électrique que prédit.
Et Al Bean a aussi utilisé 177 watt-heure de puissance électrique au lieu des 133 prédits, avec le même commentaire que pour Conrad.
Mais l'indice final est qu'Al Bean a utilisé la même puissance électrique que Conrad, alors qu'il a utilisé davantage d'oxygène et d'eau que Conrad, ce qui signifie qu'il aurait aussi du utiliser plus de puissance électrique!
Ceci est une incohérence manifeste!