Site hosted by Angelfire.com: Build your free website today!

ALICE SAPRITCH

 

 

 

 

Alice Sapritch

 

(décédée le 24 mars 1990)

 

"Je ne peux parler de Louis de Funès que professionnellement. J'ai vécu deux mois et demi en Espagne. J'avais très peur, entre Yves Montand et Louis de Funès, d'être le troisième larron. Je dois dire que l'un et l'autre ont été très corrects. Je crois que de Funès a tout de suite constaté que j'étais professionnelle, et il m'a absolument traitée comme égale, ce qui a été très agréable. Mes rapports avec lui ont été extrêmement courtois. Certains journalistes m'agacent beaucoup lorsqu'ils disent toujours: "Ah ! c'est dommage, s'il avait fait autre chose, quelle merveilleuse carrière il aurait eu !" Mais je leur réponds: "Faites donc la carrière de De Funès ! Ce n'est déjà pas mal du tout !" Il a joué ce qu'il devait jouer et il a été formidable. Il était extrêmement soucieux de tout ce qu'il faisait. Il était très méticuleux dans son travail. Il proposait des tas de choses à Gérard Oury, il recommençait, il revenait à la charge pour améliorer: c'était un perfectionniste. Par la suite, nous avons eu peu de contacts car il habitait très peu Paris. Mais je sais, par des gens que nous connaissions tous deux, qu'il m'estimait. Moi, je l'aimais bien et je trouve que faire ce qu'il a fait est une carrière formidable. C'est très difficile d'être vedette, et c'est surtout très difficile de s'y maintenir. La carrière qu'il a fait est une très, très belle carrière. Et qu'on lui fiche la paix ! Qu'on ne dise pas: "S'il avait joué Le Roi Lear ou Shakespeare, comme il aurait été admirable" Il a joué ce qu'il devait jouer. Et puis, il m'amusait beaucoup, il me faisait rire pendant qu'il travaillait. Quand je suis rentrée à Paris, des copains m'ont demandé: "Alors, comment est-il ? Est-il aussi drôle à la ville ? Je leur répondais: "Quelqu'un qui gagne 500 millions (anciens) par film ne va pas s'amuser à faire des pitreries à la ville". Non, à la ville il était réfléchi, il ne faisait pas de grimaces, à part les rares moments où il avait des mots, des drôleries. Mais ce n'était pas un comique. Il n'y a que les amateurs qui font rire les copains. C'était quelqu'un de tout à fait sérieux, tout à fait réfléchi, et pas du tout un gugusse à la ville. Voilà mon opinion sur lui. On parlait de son avarice, et ont m'a répété qu'il était très croyant. On m'a raconté une histoire, mais je ne sais pas si elle est vraie: il faut vérifier. Il paraît qu'un jour, il a rencontré un copain sur son chemin. Il lui a dit: "Je vais à l'église - Ah, pour prier... - Pour prier seulement sur moi". Je ne sais pas si c'est vrai, mais il était capable de ce genre de chose. Quant à son avarice, je n'ai pas eu à la constater non plus que sa prodigalité pendant le tournage.

 

 

Filmographie :

 

1989 ­ Catherine de Médicis

1987 ­ Marc et Sophie (Série TV)

1986 ­ Vipère au poing

1985 ­ European Vacation

1984 ­ Adam et Eve

1983 ­ Un bon petit diable

1979 ­ Les surs Brontë

1978 ­ L'horoscope

1977 ­ Drôle de zèbres

1974 ­ Gross Paris

1973 ­ Colinot

1973 ­ La raison du plus fou

1973 ­ L'affaire Crazy Capo

1973 ­ Le führer en folie

1973 ­ Le plumard en folie

1973 ­ Les vacanciers

1973 ­ La raison du plus fou

1973 ­ L'histoire très bonne et très joyeuse

1973 ­ L'événement le plus important

1972 ­ Elle court, elle court la banlieue

1972 ­ Les joyeux lurons

1971 ­ La folie des grandeurs (Dona Juana)

1970 ­ Sur un arbre perché (Mme Roubier)

1967 - Allô police ! (Série TV)

1966 ­ Qui êtes-vous, Polly Magoo ?

1963 ­ Janique aimée (Série TV)

1961 ­ La fille aux yeux d'or

1960 ­ Tirez sur le pianiste

1959 ­ Les tripes au soleil

1958 ­ Le joueur

1950 ­ Le tampon du capiston

Aller : Les femmes de FuFu