Questions sur le site, prise 2


On me demande si ce que j'écris est vrai, ou si je ne fais que jouer avec les lecteurs. On me demande si mon univers est totalement fermé, noir, blessant, ce qui me supposément, me rendrait austère.

Eh bien, plus mon site évolue, plus je me le demande. Je me demande si on peut encore considérer tout ça comme un journal en tant que tel. Est-ce un journal?
Au fait, qu'est-ce qu'un journal ? Si je regarde la majorité des sites recensés par la CEV, un journal est un recueil de textes écrits assez fréquemment, et qui parlent de la vie de l'auteur, plus ou moins détaillée, avec plus ou moins de style. Ça, c'est pour les journaux intimes. Les journaux d'opinion, bah, c'est plus simple, ce sont des recueils de textes qui décrivent les opinions de l'auteur. La définition d'un journal intime est beaucoup plus vague. On y fout beaucoup plus ce qu'on veut. Le style n'est pas défini. Autant il peut être vague et confus, autant il peut être ultra-détaillé, autant il peut être superflu, autant il peut être profond, autant il peut être concret, autant il peut être abstrait.

J'ai remarqué que la plupart des auteurs de journaux intimes ne recherchent pas un style, ne cherchent pas à peaufiner, à perfectionner leur écriture. Ils écrivent, point. Parce que ça fait du bien, ça libère, ça permet d'assouvir leur narcissisme. Ce que vous voulez, en fait. Il y a des exceptions, comme pour tout ce qui existe. C'est vrai. Ce texte est subjectif, je ne connais pas tout, alors...

Je cherche à peaufiner mon écriture, je cherche un style qui soit tout de même naturel, mais un style. Je ne me force pas pour donner ce style à mon écriture, mais je fais attention tout de même à ma syntaxe, à ma grammaire, à l'orthographe, aux mots. Je cherche à bien écrire, à construire des phrases, des textes, que j'aimerai. Des textes qui ne seront pas juste du défoulement, qui ne seront pas juste libérateur, je cherche à écrire. À écrire comme je veux écrire. Et je cherche à aimer ce que je fais, à le trouver beau, à vouloir le présenter à d'autres en disant, fièrement, regarde, c'est moi qui a écrit ça!

Sauf que pour avoir ce style, mon style, bah, il faut romancer. J'ai rarement vu quelque chose à l'état pur, naturel, totalement dépouillé de tout, et ce cette chose soit belle. Je ne parle pas ici de talent naturel, ça, c'est exceptionnel. Je parle plutôt d'un texte scientifique, un texte objectif. C'est le texte à l'état pur, l'idée originale. Cette idée n'a aucun superflu, aucune recherche de syntaxe, aucune émotion. C'est un texte, point. Est-ce qu'un texte de rapport de police sur un vol est beau? Non. C'est de ce genre que je parle.

Mes textes ne sont pas à l'état pur. Ils ont été travaillés, lus et relus, corrigés, jusqu'à ce que je juge le résultat acceptable. Ils ne font pas que décrire simplement mes émotions, ma vie, ils embellissent les faits réels. Toute action écrite ici n'est pas totalement vraie. Par contre, tout ce que j'écris ici et qui parle d'émotion ( le Vide, le Doute ), tout ce qui est intérieur, est certifié à cent pour cent vrai.

Ici, c'est mon monde intérieur. Mon monde extérieur est totalement différent. Je ne suis pas déprimée tout le temps, je ne passe pas mon temps à me plaindre, à chigner, à déprimer. Je ne suis pas gothique. Je ne vénère pas le suicide. Loin de là. Je suis quelqu'une d'heureuse en général. Je suis souriante, je déconne, je fais l'enfant, je joue. Mais je n'ai jamais envie d'écrire ces moments. Ou si je les écris, c'est parce que ce moment de bonheur intense a été vraiment exceptionnel. Comme avec l'Interlocuteur.

Tous ces textes partent de choses vraies. Tant qu'on reste dans mon monde intérieur, c'est vrai. Seulement, je m'arrange pour que ça soit beau lorsque je transfère mon monde intérieur par écrit. Parce que j'aime écrire. Ce site, c'est mon petit bébé. C'est mon atelier d'écriture. C'est ici que je développe mon style, mon écriture, mes histoires, c'est ici que je prépare ma peut-être future carrière d'écrivaine. J'aimerais beaucoup écrire pour vivre. Alors, je travaille là-dessus. On ne peut pas être un bon écrivain sans avoir fait un minimum d'efforts, de travail, sur nos écrits. Tout n'est pas naturel, mais il faut s'arranger pour que ça reste naturel.

Tous ces textes partent de moi. Le Vide, je le ressens vraiment. Le Doute, je le sens vraiment. J'ai parfois l'impression de ne pas exister, de ne pas être là, d'être vide. L'Interlocuteur existe vraiment. L'Interlocutrice existe vraiment. Même si elle en doute. Seulement, j'ajoute une touche spéciale à tout ça, soit en l'approfondissant, en le métaphorisant, en jouant avec les mots. Je m'amuse à écrire, car j'aime ça. C'est sérieux, pour moi.

Je n'écris pas juste pour me défouler. J'écris pour me comprendre. Je me comprends souvent mieux en transposant ma vie et mes actions réelles dans des histoires fictives. Et même dans ces histoires, tout n'est pas vrai. Sur ces textes, même moi j'ai de la difficulté à tracer la ligne entre la réalité et la fiction. Les deux se mélangent alègrément. Si le fait que je vous avoue que tout n'est pas totalement vrai ici vous dérange, comme si je vous avais trompés, dites-vous que ce site n'est pas un journal. Dites-vous que c'est un livre, un roman, un recueil de nouvelles, ce que vous voulez.

Parce que s'il est une chose que je comprends pas dans l'écriture, les films, tout ce qui raconte une histoire, c'est l'importance que certaines gens apportent à la véridité des faits ( sauf si c'est une histoire historique, un documentaire, etc., bien entendu ). Je ne comprendrai jamais pourquoi un très bon film totalement fictif serait moins bon que le même film, mais qualifié de fait vécu. Qu'est-ce que le fait que ce qui y est raconté s'est passé pour vrai apporte au cachet du film ? Je ne comprends pas. Un film est un film, point.

Ainsi, si vous vous inquiétiez pour ma santé mentale ou physique, ou à savoir si je vis dans un univers malsain, ne vous inquiètez plus. Je vis très bien, je n'ai aucun problème majeur, sinon celui de vouloir écrire, et de vouloir réussir à écrire. Alors, si vous êtes prêts à accepter la romancisation de faits réels, à accepter qu'ici, c'est un atelier d'écriture bien avant d'être un journal intime, eh bien, voici les clés... Sinon, chercher ailleurs.
Ici, je m'exerce. Je m'amuse, j'écris. Ce n'est pas un simple passe-temps, pour moi, écrire. C'est un art, un travail, que je ne lâcherai pas de si tôt.