Affaire Alègre

My Favorite Web sites

Promotion Eva Joly à l'Ecole Nationale de la Magistrature : un signal fort d'espoir ?
Soutenons la juste lutte du peuple chinois qui revendique dans ses manuels scolaires 1 million de km2 volés par les prédécesseurs impérialistes de Poutine.
Censure sur Google.com
1905 séparation de l'église et de l'état, 2005 séparation de l'état et de la franc-maçonnerie
Le 14 Juillet 1993 le Conseil Supérieur de la magistrature a adopté une directive par laquelle il a affirmé l'incompatibilité de l'exercice de la fonction de magistrat avec l'appartenance à la maçonnerie
Lettre adressée à Mme Françoise MOTHES magistrat délégué auprès du directeur général de la gendarmerie nationale le 16 février 2004 par Jean Pierre JODET Président de PJPJ
Rwanda, Congo-Brazzaville : la France du génocide
Recherche 1 million de Françaises et de Français pour déposer plainte au titre du génocide par la France de 1 million de Rwandais
Noir Chirac : à chaque président français son génocide
Arrivée des Cobras en France : signal fort d'imminence de génocide dans la systémique de l'Ecole des escadrons de la mort français
Marilyn Manson
C dans l'air va-t-il censurer son forum sur Marilyn Manson ?
"Près de 200 journalistes, éditeurs et hommes politiques ont signé un appel pour la déclassification des dossiers d'Etat gardés secrets, à l'instar des procédures américaines" (Monde 27/4/04 p32)
La révolution de velours

Chômage, exclusion, corruption, crime contre l'humanité, en France : un paradigme pour Ezra Suleiman (Princeton)et une question à Cloe Madanes (FTI Washington)
Pour la création d'un collectif mondial affaires Dutroux, Alègre, disparues de l'Yonne , monstre de Florence et Ciudad Juarez
Kennedy et la lune, Chirac et la pile à combustible
Abstract (in english)
Systemic strategy (in english)
Systemique et stratégie
Systémique culture américaine versus culture française
Systémique du parasitisme
Systémique et knowledge management (in english at the end)
Systémique et géographie
Systémique de la rupture entre l'"élite" et le peuple en France
Chirac Prévaricator II Kakergète II : fin de civilisation hellénistique (1er siècle av JC)
Absence de Chirac à l'enterrement de Reagan : un scénario Deschanel ?
Raffarin Louis XVI, Chirac comte d'Artois-Charles X, Hollande de Dreux-Brézé, Sarkozy Bonaparte (sans le million de morts ?)
La France est un pays africain
Référendum d'initiative populaire : la promesse non tenue de Chirac
Non au référendum sur le traité établissant une constitution pour l'Europe
Baverez Président ?
La parole aux jeunes
Missions Locales Jeunes
Emmaus France Fondateur Abbé Pierre : la lutte contre l'exclusion engendre l'exclusion
Chirac, Seillère et l'ASS allocation de solidarité spécifique : comment organiser la Révolution
Plans sociaux
Think tank sur le secteur public en France
SOS-Justice
ACC Association Contre la Corruption : site
Association Police Judiciaire Pour la Justice créée par les gendarmes de l'affaire arsenal de Toulon
MIDEFF Mouvement d'Information sur la Délinquance Economique et Financière en France
Cour des comptes (Chirac et Boyon), Inspection des Finances (Juppé) et emplois fictifs du RPR
Comité d'entreprise CCAS d'EDF GDF
Yanacocha, Chirac, Allègre, Maugein : comment "perdre" 30 milliards
"Taiwan connection"
Executive Life : pas un sou des contribuables pour la mafia du Crédit Lyonnais.
Dysfonctionnements de la justice en France
Franc-maçonnerie et corruption
Midi : corruption, crime organisé, franc-maçonnerie
Affaire Alègre : French Connections
Une nouvelle affaire Dreyfus
Franc-maçonnerie et satanisme
Pédocriminalité et satanisme
Rapport de l'ONU sur la pédocriminalité en France
UN note about child abuse in France (in english)
Point de rupture du système France
Systémique de la rupture du système France
Monstre de Florence : paradigme des affaires Dutroux, Alègre et disparues de l'Yonne ?
Claude Imbert et l'enfant pervers polymorphe
Ciudad Juarez : 1375 femmes massacrées, violées, torturées ou disparues
Spoliation au quotidien
Harcèlement au quotidien
Tabagisme : Raffarin se dégonfle
"La vendetta française" : Coignard est-elle naïve ou ne veut-elle pas dépasser la ligne rouge ?...
Signez la lettre au ministre de la Justice
Gendarmes De Baets, Candela, Calliet, Jodet, Jambert, Roussel...
Chantal Guéroult (affaire Bédier), Djamel (affaire Alègre-Toulouse) : un suicide par semaine
Perben maire de Lyon ?
IGSJ Inspection Générale des Services de la Justice
Les Justes de la République
Chômage : 67% pour l'exclusion des exclus
Chômage, exclusion, précarité, auto-organisation
Pour qui je ne vote pas à la présidentielle
Les écoles de journalisme sont-elles des donjons sadomaso ?
Appreciative inquiry : une inversion de processus radicale

Erich Fromm "La passion de détruire. Anatomie de la destructivité humaine." Collection "Réponses", Robert Laffont, 1973, p330 : "... je continuerai jusqu'à ce que l'adversaire soit socialement et moralement banni des rangs de la société..." http://lucadeparis.free.fr/infosweb/alegre.htm

Figaro 1/7/03 p8 : "la cellule "Homicide 31" a travaillé sur 161 dossiers [Midi Libre 16/6/03 p15 : 191 dossiers ont été rouverts] de disparitions de personnes et de meurtres non élucidés." Midi Libre 16/6/03 p15 : "... ils retiennent une vingtaine de morts suspectes supplémentaires, DONT CERTAINES DE MINEURES, qui peuvent être rattachées à Patrice Alègre et à sa façon de tuer..." http://www.dignaction.org/Falegre.html

Figaro 12/5/03 sur Toulouse et l'affaire Alègre p9 : "... Trois hauts magistrats (Marianne du 26/5/03 p37 mentionne "cinq magistrats"), cinq policiers, trois hommes politiques de premier plan... l'information a été ouverte pour "proxénétisme en bande organisée, VIOLS, ACTES DE TORTURE ET DE BARBARIE ET COMPLICITES PAR PERSONNES AYANT AUTORITE SUR MINEURS."" (Figaro 24/6/03 p12 : à la demande du procureur Bréard, les juges Bergougnan et Perriquet étant chargé de ce volet). Monde 11-12/5/03 p8 (Alègre est suspecté d'une trentaine de meurtres, le Monde parle de pyramide du crime...): "Si les témoignages devaient se vérifier, il apparaîtrait que LES INSTITUTIONS POLICIERES, JUDICIAIRES ET POLITIQUES QUI ONT VOCATION A REPRIMER LE CRIME L'ONT AU CONTRAIRE FAVORISE. CE SERAIT UN GIGANTESQUE SCANDALE REPUBLICAIN."... "NOUS SOMMES EN PRESENCE D'UNE POSSIBLE DEFLAGRATION SOCIALE... Patrice Alègre aurait, selon les enquêteurs, "fourni" en filles et en cocaïne des SOIREES SADOMASOCHISTES ORGANISEES DANS LA BONNE SOCIETE TOULOUSAINE [TF1 20h 12/5/03 : 1 fois par semaine]. DES FILLES, SOUVENT MINEURES A CETTE EPOQUE, ONT ETE FORCEES D'Y PARTICIPER ET TEMOIGNENT DE LA VIOLENCE EXTREME DE CERTAINES SEANCES... TEMOIN ACTIF DE CES SOIREES, QU'IL A EN PARTIE ENREGISTREES EN VIDEO, CLAUDE MARTINEZ, LE TRAVESTI NE POURRA PAS TEMOIGNER : L'HOMME EST MORT ETRANGLE (égorgé selon le Point 16/5/03 p66)..." Figaro 28/7/03 p8 : "Il nous arrivait de faire des partouzes... Lorsque nous avons fait des séances ensemble c'est Claude qui frappait les clients." Un autre travesti attestera peu après que Martinez participait parfois à des soirées sadomasochistes..."

Selon Marianne du 26/5/03 p35 : "Ceux qui y ont eu accès [au dossier] le disent "effrayant"... Beaucoup savent que le dossier n'est pas vide... sur TF1, un nouveau témoin a confirmé qu'il y aurait eu des morts durant ces soirées très spéciales... certaines de ces soirées se seraient déroulées au château d'Arbas (y a-t-il analogie systémique avec Yonne et Belgique ?)... désaffecté... de 1983 à 2001" et pour lequel 2 plaintes sont enterrées... Marianne conclut : "Le monde est petit ou les complots très bien organisés"

Midi Libre 14/6/03 p16 : "Selon Patricia, celle qui refusait de se soumettre à ce viol collectif [l'essayage] était tuée...[Le policier proxénète Sentenac]... est président de l'association des loisirs police-préfecture..." Nouvel Obs 11/7/03 : ""Magalie" est la cinquième jeune femme à apporter son témoignage... Me Daniel Lalanne a confirmé que sa cliente avait porté plainte contre Patrice Alègre, le proxénète Lakhdar Messaoudène et une troisième personne dont il a refusé de révéler l'identité... L'avocat bordelais a affirmé que "Magalie" était mineure lorsqu'elle se prostituait et avait fait l'objet de "sévices sexuels extrêmement graves."" Figaro 12/9/03 p10 : "... L'expert écrit : "La présence de cicatrices anciennes, violentes, des marques de brûlures de cigarettes au niveau des seins sont compatibles" avec les dates avancées par la jeunes femme. Il note encore des marques "aux avant-bras CARACTERISTIQUES DES PRATIQUES SADOMASOCHISTES. Il ne peut s'agir d'automutilation."..."

Le témoignage de "Djamel" mentionné par le Monde du 27/5/03 p13 évoque Marion Wagon. Figaro 9/6/03 p7 : "Affaire Alègre. "Patricia" évoque des disparitions d'enfants... [elle] lui [Alègre]a demandé de dénoncer "toute cette merde..., les enfants qui sont en train de disparaître, ceux qui sont déjà morts, ceux qui sont partis à l'étranger pour la traite des blanches." Midi Libre 9/6/03 : "Oui, sur le trottoir, ça se disait qu'il y avait des enfants entre 10 et 15 ans. Moi, je n'en ai pas croisé. Mais ça m'est arrivé de voir un gamin ou une gamine dans la voiture quand Patrice passait. Ca arrivait que ces gens disent à Patrice : "Va me chercher de la chair fraïche."" Selon Patricia, les enfants "venaient d'orphelinat, de foyers, d'un centre de vacances pour enfants perturbés (y a-t-il analogie systémique avec l'Yonne ?). Oui, je pense qu'il y a eu des enfants dans ce réseau, mais je n'ai pas les moyens de le prouver. Mais je ferai tout ce qu'il faut pour que des petites filles et des petits garçons sortent de la tombe." Un témoignage qui, s'il s'avérait exact, marque encore un échelon supplémentaire dans l'horreur des faits dont est soupçonné Patrice Alègre." Monde 17/6/03 p 11 : ""Fanny" a même indiqué, lors de l'émission de Karl Zéro sur Canal+, dimanche 15 juin, y avoir vu [à la maison de Noé] "des mineurs de 12ans-13 ans." Monde 25/6/03 p 12 : ""Patricia va rester en prison... mise en examen... pour "complicité de dénonciation de crime ou délit imaginaire et témoignage mensonger... L'ancienne prostituée avait reconnu avoir piloté le jeune travesti "Djamel"... " pour son nouvel avocat "La justice est désormais comptable de la sécurité de ma cliente puisqu'elle a répété devant les juges cet après-midi qu'elle n'avait aucune envie de se suicider... "Patricia" a décidé de continuer son combat pour la manifestation de la vérité." Point 27/6/03 p75 : Patricia a un projet de livre chez Michel Lafon et Fanny avec Karl Zéro/Ramsay (avance de 15000 euros).. Figaro 3/7/03 p 10 : "Djamel a effectué... une nouvelle volte-face... il aurait bien été contraint en tant que mineur à participer à des soirées sadomasochistes organisées par des notables toulousains... Djamel aurait encore déclaré devant le juge d'instruction avoir été obligé "par les gendarmes à signer les déclarations au terme desquelles il indiquait avoir été manipulé"..." Reuters 2/7/03 : "Djamel a confirmé au juge avoir participé à des soirées sadomasochistes d'une violence extrême en compagnie de notables toulousains, notamment dans une maison proche du village de Noé. Il a été très précis dans ses propos", a dit Me Carrère." L'Etat est comptable de la sécurité de Djamel et de Patricia libérés début août 2003.

http://ecriture.virtualave.net/ecb.htm http://ecriture.virtualave.net/resist.htm http://www.chez.com/frenzy/mulder.htm http://www.google.com/search?hl=en&ie=ISO-8859-1&q=Haute-Savoie+p%E9dophilie&btnG=Google+Search http://www.google.com/search?hl=en&lr=&ie=ISO-8859-1&q=+p%E9dophilie+franc-ma%E7onnerie++CIDE&btnG=Google+Search

Le 28/5/03 le Figaro cite Sud-Ouest qui révèle avoir rencontré "Djamel" il y a environ 6 mois : "il pensait être le fils caché de Michael Jackson" (http://www.innocenceindanger.org/innocence_fr/actu203/actu_alegre.htm la Dépêche serait proche de la franc-maçonnerie http://www.nouvelobs.com/dossiers/p1988/a30000.html). Rioufol dans le Figaro du 30/5/03 mentionne : "Mercredi "Djamel" a été écroué pour "dénonciation de crime ou délit imaginaire" et "témoignage mensonger". Un affabulateur... A Toulouse une inquisition moralisatrice veut traquer les moeurs des puissants. Ce n'est pas le moindre des scandales." Le Figaro réserve la morale aux pauvres.

http://www.angelfire.com/wizard/solidaires/Dutroux2.html http://www.google.com/search?hl=en&ie=ISO-8859-1&q=sadomasochisme+franc-ma%E7onnerie&btnG=Google+Search

Deux points de systémique et de principe de précaution par rapport à la peste brune sadomaso, de retour depuis Auxerre-Appoigny : y a-t-il analogie systémique avec l'affaire Dutroux qui a vu la témoin X1 traitée de demi-folle par une haute personnalité politique et un marteau-pilon médiatique belges ? Le Monde du 30/5/03 p 7 mentionne que "Djamel" a tenté de se suicider vendredi : compte tenu du nombre de "suicides" dans un certain nombre d'affaires et en particulier dans celle du juge Borrel, le peuple français souverain (article 15 de la Déclaration des droits de l'homme) devrait être précisément informé sur les circonstances de cette tentative. La sécurité de "Djamel" et d'Alègre sera-t-elle assurée ? Midi Libre 28/5/03 : "Patrice Alègre est très malade et a perdu 20 kilos ces derniers mois" a révélé hier son avocat, Me Pierre Alfort. "Le médecin de la prison refuse pour l'instant de lui faire des analyses. Impossible donc de vous dire de quoi souffre Patrice Alègre, mais il va mal... " Nouvel Obs 26/6/03 p84 : "... Alègre traîne toujours un kyste sur l'un de ses testicules..." Monde 17/6/03 : "HENRI MASSE [ex-propriétaire de la maison de Noé] EST DECEDE RECEMMENT AU MOIS DE MAI D'UN TRAUMATISME CEREBRAL..." UN MORT DE PLUS "... SON CRANE PORTAIT UNE PLAIE AU COTE DROIT. SA DEPOUILLE DEVRAIT¨ETRE EXHUMEE DU CIMETIERE DE NOE POUR AUTOPSIE." QUELLE GARANTIE AURA LE PEUPLE FRANCAIS SOUVERAIN QUE L'AUTOPSIE NE SERA PAS DU TYPE BORREL...? Figaro 18/6/03 p9: Pour Samia Darolles (gorge tranchée, couche culotte au fond de la gorge, corde avec un noeud marin autour du cou [marqueur "donjon" sadomaso de Lille et http://www.geocities.com/Athens/Parthenon/3151/main.html]... les médecins légiste... rendent des conclusions radicales. Selon eux Samia Darolles s'est suicidée... Samia aurait téléphoné quelques heures avant sa mort pour acheter un terrain, laissant penser qu'elle n'avait guère l'intention de se suicider..." Pour Valérie Tariote (poignets liés, baîllonée, tête sur une casserole remplie d'environ 1,5 litre de liquide rougeatre, foulard enfoncé au fond de la gorge)... Conclusion des experts "une intoxication polymédicamenteuse" et rapport de police "La thèse du suicide est vraisemblable..."... Le 2 décembre 97 Patrice Alègre avoue le meurtre..." [y a-t-il analogie systémique des modes opératoires Alègre-Louis ?] Match 17/7/03 p54 (avant les pages 56-65 "Dès lors, le monde, tous sexes confondus, fut mûr pour une consommation massive de l'érotisme ; et ces messieurs de la censure pouvaient aller se rabiller...") : "... les gendarmes... s'aperçoivent que LES CARNETS DE CLAUDE MARTINEZ ONT ETE INSCRITS AU CRAYON SUR LA LISTE DES SCELLES PAR QUELQU'UN QUI ESPERAIT POUVOIR PAR LA SUITE EFFACER LA MENTION OFFICIELLE DE CES PIECES... les procès-verbaux ont été réfigés de telle façon qu'il est aujourd'hui très difficile de savoir quels enquêteurs étaient présent sur les scènes du crime. Les gendarmes sont donc obligés d'interroger les proches... UNE MERE A ETE OBLIGEE DE RACONTER LES PRESSIONS EXERCEES SUR ELLE PAR UN POLICIER QUI VOULAIT LUI FAIRE AVOUER QUE SA FILLE VIOLEE, TORTUREE PAR ALEGRE, ETAIT UNE PROSTITUEE... LE FIN LIMIER APPUYAIT SA CONVICTION SUR LE FAIT QUE, QUELQUES JOURS AVANT SA MORT, LA JEUNE FEMME AVAIT ACHETE DE LA LINGERIE DE DENTELLE NOIRE... "Tout ça va se payer, estime un policier toulousain : Cette semaine, les flics de Toulouse vont plonger dans les Quarantièmes Rugissants." Dans quelques jours, d'autres affaires de suicides aberrants devraient être rendues publiques et confirmer une complicité entre Alègre et quelques policiers et un membre du parquet." Figaro 28/7/03 p8 : "... la totalité des scellés ... concernant l'homicide de Martinez Claude avaient été détruits. Le 27 mars 1998 : cassettes vidéo et divers prélèvements ; le 26 mars : chèques, clés" et objets divers qui sont énumérés... L'agenda de Claude Martinez, retrouvé le 2 mars 1992, ne figure pas parmi les scellés "détruits" et, selon toute vraisemblance, n'avait pas été joint aux autres pièces à conviction de l'affaire. De surcroît, dans la procédure judiciaire initiale, que le Figaro a consultée, cet agenda n'apparaît à aucun moment après sa saisie..."

Selon le Monde du 30/5/03, citant le Figaro, le ministre de la justice lui-même se plaint de mauvaise information : "Le parquet général de Toulouse n'a pas informé le ministère de la justice sur ce dossier de manière satisfaisante." Il serait bon de préciser au peuple français en quoi. D'autant plus que le ministre considère cette affaire "comme extrêmement grave". Le peuple français aussi. Si elle s'avérait exacte, elle relèverait d'un tribunal de Nuremberg.

Si elle est inexacte, il y a contradiction avec le fait que, selon Marianne, les gendarmes ont relancé l'enquête du meurtre de Line à partir de fin 98 et d'un aveu fortuit d'Alègre passant devant l'hôtel concerné et ont retrouvé eux-mêmes les témoins "après plusieurs mois", ont mis du temps à les mettre en confiance ("Prises de terreur, elles se sont enfuies de Toulouse" selon Marianne): "elles expliquent, en début d'année, comment Alègre leur semblait protégé. Puis décrivent par le menu les éventuelles parties fines qui dégénèrent, selon elles, en séances de torture avec des mineures, en citant au fur et à mesure de plus en plus de noms. Parmi des photos d'anonymes, elles reconnaissent fermement cinq magistrats..." Il a donc fallu que la "manipulation", si manipulation il y a, se greffe sur une opération de longue durée des gendarmes (si les dates fournies par Marianne sont exactes), que les témoins soient longuement formatées, ce qui signifie qu'elles auraient été manipulées, après une longue reprise de contact à l'initiative des gendarmes, et qu'elles auraient été prises en main par des réseaux pornocrates, inversion de l'affaire Dutroux où les pornocrates constitueraient le réseau avec Wicca et Abrasax. Baudis a finalement renoncé à évoquer un complot pornocrate.

Figaro 16/6/03 p 10 : ""... un conseiller auprès des élus de la majorité municipale répand et accrédite la rumeur en ville. Le nouveau maire accepte de licencier son collaborateur et de l'exclure de l'UMP... " Point 13/6/03 p50 : "Il exige la révocation d'un adjoint qui s'est répandu en affirmant que "tout, dans cette affaire, est vrai."... un membre du CSA l'a traité de pervers... malveillance orchestrée... années de combat... avec la toute puissante famille Baylet..." L'historique de la querelle Baudis-Baylet est tracé dans le Point du 20/6/03 p60 (distillation de bruits dans les dîners parisiens pendant tout l'hiver, rendez-vous avec les gendarmes le 2 avril, guerre fille-mère, abus de biens sociaux en 97, article de la Dépêche sur "l'argent noir du Capitole", livre ravageur sur la Dépêche pendant la guerre et avec Bousquet comme administrateur...) et avec virulence par les parties adverses à "Mots croisés" le 23/6/03. Monde 24/6/03 p 11 : "La justice ne va pas tarder à mettre en exergue les artifices abominables qui ont été employés pour tenter de fabriquer de toutes pièces cette affaire. Certaines personnes ont dorénavant matière à être très inquiètes" a indiqué Me Guy Debuisson que M.Baudis a chargé de ses plaintes, Vice-président de la région Midi-Pyrénées, M.Debuisson est membre... du Parti radical de gauche (PRG), présidé par M.Baylet, et était jusqu'au 16 avril à la tête de la fédération PRG de Haute-Garonne." [""Dans cette boutique le poids des loges va au-delà des clivages politiques. Ce n'est pas gauche-droite, c'est frangin contre frangin. Aux situations inexplicables la franc-maçonnerie fournit une clé de lecture indispensable." affirme un ex-conseiller de Jospin."] Figaro 12/9/03 p10 :"... L'avocat [maître Szpiner]... a également prévenu les journalistes : ils ne pourront "plus impunément écrire et commenter cette affaire. Il a aussi dénoncé, mais sans les nommer, de mystérieux "avocats encagoulés" qui manipuleraient dans l'ombre... Il entend faire "une note en trois points" aux juges d'instruction, afin qu'ils accomplissent des actes susceptibles de déterminer "qui manipule les anciennes prostituées."..."

Match (après les pages 27 à 32 A LA GLOIRE DE L'ECHANGISME) 26/6/03 p44 : "... il les tuera - moralement et professionnellement... A l'entendre, Baylet, c'est le diable... Les "bons" et les "méchants" sont recensés dans un petit carnet..." AFP 27/6/03 " M.Baudis s'est plu, sans évoquer le fond, à décrire "le regard fuyant"et "les yeux baissés" de la jeune femme"."

Nouvel Obs 17/7/03 p57 : ""... le dernier avion de Paris arrive vers 23 heures, et le premier décolle vers 6 heures". Et il était aux environs de minuit quand Patricia aurait retrouvé Patrice Alègre et Dominique Baudis, cette nuit-là. L'ancien maire de Toulouse, qui avait "l'habitude" de se rendre "à Paris le mardi et d'en revenir le jeudi", n'a pas pu présenter les horaires précis de ses rendez-vous entre ces deux journées..." Figaro 10/9/03 p10 : "... les vérifications fournies récemment par l'Assemblée nationale à la justice toulousaine confirment ce qu'indiquait les agendas de l'ancien député : Dominique Baudis participait bien à des réunions au Palais-Bourbon l'après-midi du 20 novembre et dans la matinée du 21 novembre 1990. A la justice, Dominique Baudis a, en outre, eu l'occasion d'affirmer : le 20 novembre, "à 18 heures, j'avais rendez-vous avec une délégation de maronites libanais..."

"Dominique Baudis aussi avait estimé devant les caméras de TF1 qu'il y avait sans doute des vérités dans les dépositions des ex-prostituées, " mais pas en ce qui le concerne "" (source innocence in danger précitée). Figaro 12/9/03 p10 : "Entendu comme témoin assisté Baudis dénonce les "délires, mensonges et affabulations" de ses accusatrices. Marianne 9-15/6/03 p18 : selon le plus haut magistrat de Toulouse, "il y a peut-être à la base une parcelle de vérité..." Le peuple souverain a le droit de savoir quelle parcelle de vérité face à l'horreur, renouvelée après Auxerre-Appoigny et le CD ROM de Zandvoort.

Est-ce l'ADN de la fille de Fanny et d'un substitut ? Nouvel Obs 12-18/6/03 p100 et http://permanent.nouvelobs.com/societe/20030708.OBS3375.html http://fr.news.yahoo.com/030611/5/390kk.html . Monde 24/6/03 p 11 : "... Nadia dit avoir remis, en 1991, une enveloppe à deux policiers de la brigade des moeurs, mais aussi passé une nuit "dans une maison de maître, loin de Toulouse", avec un homme dont elle a appris récemment par la presse qu"il était substitut du procureur. "Tu te fais pas payer, tout est arrangé avec moi", lui aurait précisé Lakhdar..." Est-ce le fait que "La coïncidence est peut-être anodine, mais force est de constater que trois des quatre prostituées qui témoignent aujourd'hui dans le dossier Alègre sont passées par L'Oustal, le foyer Pargaminières et Sauvegarde 31...qui a aussi pris en charge l'accompagnement de la fille de Patrice Alègre. Ainsi que les enfants de "Fanny", l'ex-prostituée qui a prétendu devant les gendarmes avoir été, alors qu'elle était mineure, la maîtresse du magistrat... En 1996, déjà, le substitut avait frôlé la correctionnelle : il avait fait réaliser des travaux au noir via une entreprise à laquelle le fisc s'est intéressé. La Sotrame était alors dirigée par... [l']ex-trésorier de Sauvegarde 31." (Point 4/7/03 p49) [marqueur Auxerre-Appoigny]. Figaro 16/7/03 p7 : "Ainsi a-t-il été surpris par un policier municipal, lors d'une réunion entre truands... Les gendarmes ont également enquêté sur une voiture qui, selon "Fanny", lui aurait été offerte par le substitut. Au fil des semaines le dossier s'est épaissi, sans que l'on sache de quelles preuves formelles pourrait disposer la justice..." Marianne 7/7/03 p14 : "Bizarrement on s'acharne contre Eric de Montgolfier, mais l'ancien procureur [substitut ?] de la ville de Toulouse, Marc Bourragué, que tous les témoignages désignent comme un sacré loulou, n'a pour l'instant été entendu par la justice que comme partie civile, c'est-à-dire comme victime." Le Figaro du 16/7/03 lui consacre sa page 7 : "... il a désigné ses ennemis : des journalistes, un juge d'instruction, des présidents de tribunaux de commerce, des francs-maçons... En 1998, une opération de déstabilisation avait été lancée contre moi, à laquelle participaient des magistrats consulaires et un juge d'instruction... En 1998, j'avais mis en cause des francs-maçons qui défendaient des intérêts privés et qui pouvaient avoir intérêt à me faire écarter de mes fonctions... Il existait un lien entre le juge d'instruction et des francs-maçons dont plusieurs étaient visés par des enquêtes pénales dont j'avais la charge."... voici donc venu le tour du complot maçonnique. "C'est vrai que cela manquait", s'amusent les vénérables des loges toulousaines. Mais ils rient jaune... Le plus surprenant est que que Marc Bourragué a longtemps été perçu, à Toulouse, comme membre d'une loge. Magistrats et avocats sont encore nombreux à le croire. Pourtant les trois grandes obédiences, le GO, la GLNF et la GL démentent avec une fermeté courroucée qu'il ait jamais été initié..." [marqueur "conflit d'obédiences au sein des RG" ?]

Match 17/7/03 p54 : "Marie Tiblemont, une prostituée aujourd'hui agée de 58 ans qui a raccroché il y a deux ans, est catégorique : "Marcus, je l'ai eu deux fois comme client, jusqu'au jour où j'ai refusé de faire ce qu'il me demandait. Trop compliqué. Ca ne rentrait pas dans mes compétences."

Nouvel Obs 17/7/03 p56 : "... 13 ans, c'est l'âge qu'elle avait quand elle a cru s'en sortir, quand elle a fugué du foyer Pargaminières à Toulouse... Elle tombe vite entre les mains de Maurice, un proxénète...Au commissariat, Z. promène des yeux voraces sur l'adolescente... La voici libre, mais qui continue de s'acquitter d'une dette envers le policier. Lequel ne rate pas une occasion d'abuser d'elle... Elle s'en va frapper à la porte du directeur de l'Oustal, un de ces établissements... où elle avait d'ailleurs croisé Fanny... Jena-François Curvale la reçoit, l'écoute se plaindre de Z. A deux de ses collègues de trottoir aussi Laurence demande de l'aide. Elles lui donnent "le numéro de LA POLICE DES POLICES". LAURENCE APPELLE UNE VOIX, RACONTE SON HISTOIRE AVEC Z. LA VOIX LUI REPOND DE CONTINUER A VOIR LE POLICIER, LA VOIX PROMET QU'IL SERA PLACE SUR ECOUTE TELEPHONIQUE. ET LAURENCE N'EST CONVOQUEE NULLE PART, MAIS Z. DISPARAIT DE SA VIE, D'UN COUP... [c'était en 91, Line Galbardi est morte en 92 : la justice fera-t-elle le point sur le rôle éventuel de la Police des polices avant ce meurtre ?]... Tout ça Laurence l'a raconté à la juge d'instruction Nicole Bergougnan, le 3 juillet.... Spontanément, l'ancien directeur de l'Oustal... a voulu s'expliquer de ce que Laurence n'avait pas encore confié à la juge... ses agendas Clairefontaine sous le bras. Pour dire que, oui, Laurence est venue le voir pour qu'il l'aide à échapper au policier Z. Qu'il se souvient avoir aussitôt prévenu son "ami magistrat" au parquet financier de Toulouse, Marc Bourragué. Que ce dernier lui aurait alors conseillé de prendre rendez-vous avec un autre fonctionnaire de police pour régler le problème. Rendez-vous où Jean-François Curvale assure avoir accompagné Laurence. Pourtant, Laurence est formelle : pas le moindre souvenir de cette rencontre. Mais un autre plus récent puisqu'il remonte au mois de NOVEMBRE 2002. ELLE ETAIT ALLE VOIR JEAN-FRANCOIS CURVALE, JUSTEMENT. POUR LUI DIRE QU'ELLE ETAIT DANS L'AFFAIRE ALEGRE, "ET LA IL M'A ENGUEULEE", AVANT DE LA JETER DEHORS..." Figaro 23/7/03 p10 : "Marc Bourragué rappelle Curvale, selon ce dernier : "Il me conseille de joindre un policier, C.G....C.G. est responsabble de la "division économique et financière" du SRPJ de Toulouse... "Je prends donc rendez-vous avec le policier C.G.. Je lui expose le problème, mais il est étonné et met ma parole en doute"... il se réfère à ses agendas de l'époque... "Je ne sais plus si c'est Bourraguéou C.G. qui m'a dit : c'est réglé, Z. a été viré à Blagnac [marqueur mutation de proxénète versus marqueur mutation de pédophile cf SOS-Justice ?] ." (Laurence dément un rendez-vous avec C.G.) ... "Si Jean-François Curvale dit la vérité, c'est une patate chaude qu'il refile à C.G. et à son ami Bourragué... Quant à Z., un syndicaliste policier affirme qu'"il n'a fait l'objet d'aucune sanction..." (Curvale) ... "le 10 décembre 2002, Laurence est venue (le) voir à l'association... Je ne pouvais la recevoir et je lui ai fixé un rendez-vous pour le lendemain. Mais elle n'est jamais venue..."... Si Curvale a menti : pourquoi et pour protéger qui ?" Figaro 1/8/03 p8 : "... De source policière, il nous a été confirmé que le commissaire G.C. avait bien reçu Jean-François Curvale par l'entremise de Marc Bourragué, mais en l'absence de la prostituée... Seulement le commissaire G.C. se serait rendu dans le bureau de Gérard Authié, alors chef de la sûreté urbaine de Toulouse, pour lui rapporter l'affaire. Quelles suites ce dernier a-t-il données ?"

Figaro 12/9/03 p10 : "... un rapport de synthèse des gendarmes a été communiqué aux magistrats... "Comment, après un simple contact en 1991 avec Patrice Alègre (un apéritif au domicile du magistrat. NDLR), a-t-il pu immédiatement se souvenir de l'intéressé en 1997 et envoyer Gilles Bivi (présent à cet apéritif. NDLR) aux enquêteurs chargés de l'affaire ?"

Point 20/6/03, Karl Zéro : "Dans cette affaire, selon le Parisien, 57% des Français pensent qu'on ne saura jamais la vérité. A mon humble niveau, j'essaie juste de faire en sorte que la tendance s'inverse, que la justice ne s'endorme pas pendant vingt ans (comme pour les disparues de l'Yonne)... Ce sont, curieusement, les journaux qui accusent "Le Vrai Journal" de faire de l'info-spectacle" qui ont le plus minimisé l'affaire Alègre au départ, avant de retourner leur veste... pour vendre du papier..."

Y a-t-il analogie systémique Dutroux, Louis, Alègre http://sociodroit.ifrance.com/sociodroit/tueurs.html par l'envergure du courant négationniste ? Pour ce qui concerne le Soir et la Ligue des Droits de l'Homme belges, les marqueurs manquent de discrétion. En est-il de même pour le Point et l'affaire Alègre ? Le Figaro a été mentionné pour ses soutiens fraternels. L'Express a été repris en main après le passage d'Ottenheimer à BFM. L'article sur l'affaire Dutroux en parallèle à l'affaire Alègre, dans le Monde du 3/6/03 p15, a été écrit par l'ancien rédacteur en chef-adjoint du Soir. Selon le Nouvel Obs 12-18/6/03 p 102, Caviglioli (pour avoir "considéré que Marc Dutroux n'était pas un tueur isolé mais qu'il aurait pu bénéficier d'un réseau de protection... affirmé que le renvoi de Jean-Michel Nihoul devant une juridiction criminelle avait été décidé malgré de fortes pressions politiques... fait de cet homme l'interface entre une équipe de tueurs et des gens hauts placés... " )"a provoqué une riposte furieuse, une protestation dans "le Soir" de Bruxelles du 21 mai 2003, une avalanche de lettres et d'e-mails qui se sont abattus sur le bureau de Jean Daniel. Une réaction collective qu'on pourrait croire orchestrée... " "Arrêt sur images" : voir Google.com avec les mots clés " Décryptage Bidonnage sur images ". Marianne est reprise en main dans le n° du 9-15/6/03 en p12-15 avec la même référence que le Point et avec la p19 sur le sadomasochisme, "nulle trace d'actes suicidaires ou criminels." Les affaires Dutroux, Alègre et Auxerre-Appoigny sont aussi issues de la mouvance échangisme-sadomasochisme et Yveline a été tuée dans le "donjon" Lille ! . Marianne du 7/7/03 p27 parle de "journalisme contemporain une barbarie à visage humain." [au moment où Lyon Mag sort un article sidérant sur "Les coulisses du milieu sadomaso dans la région" qui confirme l'existence de "donjons" de torture] tout en mentionnant p14 "Marc Bourragué que tous les témoignages désignent comme un sacré loulou..." Les médias juxtaposent allégeance négationniste et informations factuelles qui contredisent jour après jour le négationnisme. Il faut faire comme Carrère d'Encausse qui arrivait à décoder l'Empire éclaté dans la Pravda. Les radios démentent en bloc http://fr.news.yahoo.com/030616/5/39bq7.html . Le Nouveau Détective qui titrait le 4/6/03 "Qui veut la peau de Patrice Alègre ?" est repris en main le 11/6/03 "La machination... Et si tout cela était faux" en se contredisant "tables de maître décorées de chandeliers/il y a un os... il n'y avait ni eau ni électricité" ("Silence on tue des enfants. Voyage jusqu'au bout du réseau." de Régina Louf témoin X1 mentionne p149 : "Il n'y avait pas d'électricité et les bougies qu'ils utilisaient projetaient des ombres fantastiques..."et en donnant une information à propos "des pitons de fixation" dans une bastide. "L'ancien propriétaire, un restaurateur reconverti dans le monde de la nuit, ne faisait pas mystère de ses goûts sexuels particuliers. Le problème est donc de savoir si ces pitons ont été utilisés pour de vraies tortures ou pour des simulacres..." Puis le 25/6/03 après un éditorial promettant la vérité à un lecteur qui accuse le journal de prendre le parti des notables : "Affaire Baudis : tout était faux... Cette scène stupéfiante, où l'on voit un policier menacer de mort un témoin pour l'obliger à faire une fausse déclaration, s'est-elle vraiment produite ? Ce qui est sûr, c'est que Fanny l'a racontée en détail au juge toulousain Thierry Perriquet, le mardi 17 juin... Et c'est là un sacré pavé dans la mare... Quoi qu'il en soit, la manoeuvre a raté. Les témoins bidons n'ont pas été à la hauteur de leur mission..." " Match 12/6/03 titre p 108 "Les dénonciations de Patricia se retournent contre elle... "complice"... sous le coup de la loi, au minimum pour "proxénétisme" et "non-dénonciation de crime". Point 20/6/03 p65, Karl Zéro : "... les gendarmes ont insisté trois ans avant qu'elle accepte de se confier..." [Va-t-on appliquer l'article 40 du code de procédure pénale à toutes les autorités constituées susceptibles de se le voir appliquer ? Du point de vue systémique, Match montre que dès le 12 juin un témoin-partie civile est dans le collimateur] Le Nouvel Obs (dont l'enquête sur Auxerre-Appoigny avait été exceptionnelle)du 12/6/03 , après une introduction négationniste modérée " Jusqu'à présent les chercheurs de messes noires ont fait choux blanc." (Monde 17/6/03 p11 : "Les gendarmes sont convaincus qu'outre des soirées sadomasochistes, ce qu'ils appellent des "messes rouges" avec sacrifice d'animaux, se tenaient dans la maison [de Noé].") présente un travail remarquable et fournit des informations précieuses "Avec lui tout est sous contrôle..." [ Selon le Point 6/6/03 p68 Alègre veut de son côté "... manipuler et contrôler..."] et surtout pour Valérie Tariote "Les poignets sont liés, la tête baillonnée reposant sur une casserole pleine de sang , un foulard enfoui dans la gorge [marqueur SM , "Sexe et pouvoir. Enquête sur le sadomasochisme." Poutrain p101 : "... tu m'enfonceras le plus loin possible dans la bouche de vieux bas de nylon que je tiens prêts , et me bâillonneras avec un tel raffinement que je ne pourrai émettre le moindre son..."] Affaire classée. Suicide encore."

http://www.google.fr/search?q=cache:ldjuPnDdLO8J:www.humanite.presse.fr/journal/2002/2002-11/2002-11-04/2002-11-04-015.html+Jean+Claude+Disses+avocat+&hl=fr&ie=UTF-8

"Les disparues d'Auxerre" p 211 : "Emile s'occupe bien de ses quatre enfants et de ceux que la DDASS a confié à son épouse... Les jeux sont divers... simuler le cochon qu'on égorge... L'un des enfants joue la bête : il doit, sous peine de punition, imiter les cris de peur, les râles de l'agonie. Les autres enfants, avec Emile, jouent les bouchers... Emile s'amuse beaucoup. Vingt ans plus tard, il joue toujours à ce "jeu" : il attache sa dernière épouse, la baîllonne après l'avoir droguée puis, le plus souvent le vendredi soir, il lui fait des entailles sous les seins et recueille le sang ... (Note 1) Elle rapporte ces faits (proches des messes noires) à plusieurs journalistes, et à l'une de ses amies."

Le Nouvel Obs du 12-18/6/03 persiste et signe en la personne de Caviglioli p102 : il y a un réseau et une action d'étouffement de ce réseau dans l'affaire Dutroux. Le Monde du 17/6/03 p11 apporte un démenti à la presse négationniste (PNL : aucun, jamais, toujours, absolument, sont des marqueurs de propagande) et accumule les informations sur la maison des Noés (habitant connu des services de police et vivant avec une prostituée lui-aussi, anneaux meulés "à une cinquantaine de centimètres du sol, à hauteur d'enfants ou d'une personne devant se tenir accroupie ou à quatre pattes", appentis, pont, bouc, moquettes tâchées de sang, bruit, musique baroque, cris, draps ensanglantés, travaux dans les lacs...)...

Canal + 17/6/03 midi : le procureur dément (confirmation par le Monde et le Figaro).

[Figaro 16/9/02 p12 : "Le 12 septembre 1996... Cazals (procureur d'Auxerre) écrit à son supérieur hiérarchique, le procureur général de Paris : "Au terme de l'enquête de l'adjudant Jambert (accessible sur internet sur http://www.investigateur.ms/Yonne.htm)... aucun renseignement sérieux, aucun élément tangible ne vient étayer les soupçons précédemment évoqués." Une phrase à peine croyable puisque les enquêteurs du CSM qualifieront le rapport Jambert de "remarquable travail de recoupement"."

Nouvel Obs 10/7/03 p64 : "... soirées lilloises bien spéciales... richissime industriel de 70 ans... les policiers lillois, dit la rumeur, auraient conservé une liste complète des adeptes... "au cas où"... Yveline,jeune ingénieur informaticienne, [n']avait été retrouvée morte, chevilles entravées, corde au cou [marqueur Alègre]... croix de Saint-André... table d'élongation, écarteurs, cravaches, muselières, piloris, fouets, cagoules... René Bellefroid, propriétaire des lieux, est une personnalité du Nord. Il a des relations... même initiation : présentation yeux bandés, escapades très spéciales à Paris, tour de France des donjons SM... Les légistes diront que la strangulation n'est pas accidentelle... Le mystère demeure sur ce qui s'est réellement passé. QUESTIONS POLIES SANS REPONSES CLAIRES... ]

Figaro 19/6/03 ""Il y a quelques semaines, dans l'affaire sur le meurtre de Line Galbardi en 1992 instruite par le juge Lemoine, ce dernier jugeait recevable la constitution de partie civile de "Patricia" et "Fanny", contre l'avis du parquet... Le procureur de la République de Toulouse vient de décider de faire appel de cette ordonnance..." Figaro 18/7/03 p8 : "La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse a hier rejeté la constitution de partie civile des deux ex-prostituées..."

Figaro 18/6/03 p1 : "Plusieurs dossiers semblent entachés de ce que l'on appelle pudiquement des "dysfonctionnements". Au point de se demander si les enquêtes ont été délibérément sabotées ou bien seulement victimes de graves négligences judiciaires [y a-t-il analogie systémique avec l'affaire Dutroux et Auxerre-Appoigny ?]... La série d'erreurs d'appréciation, d'oublis, voire d'escamotages, ne cesse de surprendre..." La lecture de la page 9 du même Figaro conduit à se poser des questions systémiques : un certain nombre de victimes ont-elles été saignées ? Les dysfonctionnements concerneraient une quinzaine d'intervenants (les dysfonctionnements sont confirmés par un journaliste du Figaro, l'avocat de Fanny qui frappe par sa force tranquille, un ex-commissaire, à "Mots croisés" le 23/6/03 sur la 2 à 22h40) http://permanent.nouvelobs.com/societe/20030723.OBS3924.html : Eva Joly parle de "République occulte" dans son livre sur l'affaire Elf, est-ce le cas ? Figaro 19/6/03 p 8 : "comment le policier Z. a-t-il été informé du détail des investigations des gendarmes ?" Les marqueurs, désormais classiques et répétitifs, disparition de dossier, de tableau, de scellés (détruits en mai 98 selon le Figaro) apparaissent. AFP 4/7/03 : "LE CARNET D'ADRESSES DE CLAUDE MARTINEZ, SAISI QUELQUES JOURS APRES LA DECOUVERTE DU CORPS, A DISPARU [marqueur répétitif Auxerre-Appoigny]." En parallèle les témoins sont interrogés sur leurs dysfonctionnements, avec une mise en garde à vue (Monde 19/6/03 p 12). Express 19/6/03 p32 : "L'ancien procureur général de Toulouse... était opposé à l'ouverture d'une information judiciaire dans l'affaire Alègre. Dans ce même dossier, à la surprise des enquêteurs et du procureur de Toulouse... il s'est imposé à des réunions de travail... L'Inspection Générale n'y va pas de main morte : "... Son intervention dégage une impression de passivité." [argumentaire "paresse" du livre "Disparues de l'Yonne. La contre-enquête." p11] ..." Toujours selon l'Express, il ne transmet pas au procureur une écoute de suspects d'infraction aux moeurs transmise par Valence concernant un magistrat de Toulouse mis en cause... à plusieurs reprises il avait manifesté des doutes sur l'intérêt des investigations menées par la cellule Homicide 31..." Figaro 30/6/03 p1, l'ancien procureur général "se dit "déçu par les gendarmes." "Je les croyais plus rigoureux", dit-il. Il avance même une explication : "Peut-être ont-ils noué, durant ces trois dernières années, une relation trop affactive avec les ex-prostituées... après avoir si bien travaillé au départ, les enquêteurs N'ONT PAS SU PRENDRE LE RECUL NECESSAIRE, CE QUE CONFIRME D'AILLEURS LE RECADRAGE DE LEURS INVESTIGATIONS.... Il avait simplement été convenu avec les procureur que, sur certains aspects du dossier, une enquête préliminaire servirait d'abord à faire le tri, comme cela a toujours été ma politique... [ Thierry Jean-Pierre "Lettre ouverte à ceux que les petits juges rendent nerveux" : "Leçon n°3 : Faire a minima. Quand les médias s'en mêlent, et que l'affaire prend de l'ampleur, il faut bien sembler agir. L'ENQUETE DITE PRELIMINAIRE EST LA POUR CA. Elle permet de confier le dossier à un service de police judiciaire SANS SAISIR UN JUGE D'INSTRUCTION. Bien entendu, le service en question doit être choisi avec soin..."] Figaro 1/7/03 p8 : "Son départ à la retraite étant ipso facto reculé de 65 à 68 ans, comme pour tous les membres de cette haute juridiction." [marqueur sang contaminé] Figaro 19/6/03 p1 et 8 : "Fanny" confirme "avoir subi des sévices de "seulement" trois magistrats" mais indique qu'un policier, ancien de la brigade des moeurs (déjà mis en cause dans l'affaire), lui aurait demandé, avec menaces de mort, de désigner au hasard n'importe qui sur les photos des gendarmes ("Attention, tu risques de finir dans le canal comme les autres."). Tous sont présumés innocents, tous seront-ils traités comme Patricia ?

Figaro 20/6/03 p9 : "...le magistrat demande que le dossier [Lakhdar] soit joint à sa procédure. REPONSE DU SERVICE DES ARCHIVES : "LE DOSSIER A DISPARU." [marqueur perte de dossier] Le magistrat s'adresse "au directeur départemental des polices urbaines... la réponse ne satisfait pas le juge... "JE VOUS DEMANDE DE ME TRANSMETTRE LA DEUXIEME PARTIE ESSENTIELLE"... Nouvel Obs 26/6/03 p 84-85 : "Il y eut enfin l'étrange retour spontané [marqueur Schuller] de Lakhdar... Un voyage à l'orchestration médiatique, puisqu'il était accompagné de caméras de télévision pendant ce vol...Le proxénète prétend n'avoir jamais connu ni Patrice Alègre, ni les jeunes femmes qui le dénoncent aujourd'hui... Il a [pourtant suffi] au juge Serge Lemoine de consulter la procédure instruite contre lui en 1992 pour proxénétisme aggravé pour retrouver trace d'au moins deux des cinq jeunes femmes qui le dénoncent aujourd'hui dans le cadre du meurtre de Line Galbardi. L'une d'elle Nadia, avait à l'époque... porté plainte contre lui... avant elle, c'est une mineure interpellée pour racolage qui avait lancé les gendarmes aux trousses du proxénète. Celle qui est justement apparue, en fin de semaine dernière, pour faire aux gendarmes le récit des violences qu'elle aurait subies au début des années 1990 à Toulouse lors de soirées sadomasochistes..." Point 27/6/03 p80 : ""... Il me disait qu'il travaillait dans les produits pharmaceutiques pour Dominique Baudis". Un jour, le proxénète lui avait amené un "client", un substitut du procureur : "C'était ma première nuit entière avec un client. Lakhdar m'a dit : "C'est payé, tu le suis. J'ai reconnu ce type sur photo à la gendarmerie. Je suis formelle. Il m'a emmené dans une maison de maître..." Récemment, Nadia est revenue sur les lieux : le château d'Arbas..." Nouveau Détective 25/6/03 : "si son passeport n'a pas été trafiqué [marqueur chaîne d'union vrai-faux passeport Chalier], il n'existe AUCUNE raison pour ne pas croire en son innocence..." Monde 27/6/03 p34 : Lakhdar dans un entretien à Paris-Match déclare qu'il a "été manipulé par une société pourrie... le gendarme L... [lui] a demandé de [se]taire", "pour obtenir [son] expulsion" en 1995... [Match 26/6/03 p 47 : "Je pense qu'il m'a enfoncé pour obtenir mon expulsion. Dans l'arrêté d'expulsion, ils disent que je n'avais aucune attache familiale, alors que j'ai ma mère, mon frère et mes trois enfants en France. ILS M'ONT EXPULSE POUR ME METTRE AU VERT..." Point 11/7/03 p51 : ""Messaoudene dit ce qu'il veut", se défend le colonel Kouider Lakhal, l'officier mis en cause par le proxénète. Ancien commandant de la section de recherche de la gendarmerie, le colonel assure "sur l'honneur [... ] n'avoir jamais vu ni de près ni de loin cet individu"..."] Il explique enfin que "Patricia" proposait [des filles] à des gens hauts placés" et que c'est elle "qui organisait" des soirées SM "avec Alègre". Il y avait donc bien des gens hauts placés, des soirées SM avec Alègre et Lakhdar connaissait Alègre, les soirées SM et Patricia.

Match 26/6/03 p47 : "Détenez-vous des informations compromettantes sur des notables ? POUR LE MOMENT, NON. [marqueur Le Floch Sirven] SI ON ME DONNE PLUS D'INFORMATION, JE POURRAI ME SOUVENIR DE BEAUCOUP DE CHOSES..." On peut supposer que Lakdhar n'a aucune intention de se suicider comme Homicide 31 et Patricia.

AFP 4/7/03 : "Les gendarmes de Carcassonne qui escortaient Lakhdar Messaoudenne ["deux gendarmes un peu perdus" http://fr.news.yahoo.com/030722/5/3baxr.html ] vers le Palais de Justice de Toulouse n'ont pas emprunté l'entrée réservée aux détenus, et ont conduit à pied le ressortissant algérien jusqu'au bureau du juge Serge Lemoine,suivis par une troupe de journalistes..." Lakhdar s'est alors démarqué d'Alègre, Patricia et Fanny... "Il y a une magouille...Il y a des gens qui manipulent..." En analyse de discours, des thématiques sont en train de se construire. [marqueur procès de Moscou]

Match 26/6/03 p 41 : [Lakhdar] "... s'est livré de son plein gré...", p47: "Pourtant, les autorités françaises ne se sont pas précipitées pour mettre la main sur Lakhdar... jamais aucun signal des enquêteurs français n'est arrivé jusqu'à l'ex-proxénète... Cet hiver, lors de l'affaire du bagagiste de Roissy, la police française avait su se montrer bien plus persuasive... son avocat... a dû batailler plusieurs heures avec les services de l'ambassade d'Alger pour pouvoir décrocher le visa... à l'aéroport... aucune mention n'est apparue à l'écran pour signaler le mandat d'arrêt international..."

Figaro 23/7/03 p10 : "L'ancien proxénète est suspecté d'avoir falsifié son passeport..." Figaro 29/7/03 p9 : "La justice se demande même si la plainte initiale de Nadia, le 24 janvier 1992, n'aurait pas été déposée sous la pression, afin de circonvenir les éventuelles poursuites contre le proxénète. Et ainsi de justifier son absence de Toulouse la nuit du meurtre de Line Galbardi. L'inspecteur Cabanne... a d'ailleurs été interrogé... sur cette hypothèse : "... Je suis stupéfait, je n'y crois pas. J'IRAI JUSQU'A DIRE QUE C'EST EFFRAYANT [marqueur "c'est inimaginable"]... Pour quelle raison s'était-elle adressée à Lionel Ziegler ? "Lakhdar m'avait dit : si un jour tu vas te faire ficher (au commissariat), demande Ziegler"...l'ancienne prostituée a catégoriquement changé son témoignage au sujet de l'absence de Lakhdar dans la nuit du 2 au 3 janvier 1992... le soir (de la mort de Line), il était là, puisque, c'est clair, je l'ai vu rentrer à l'hôtel de l'Europe."..." Figaro du 31/7/03 p8, EN FAIT UNE PROCEDURE AVAIT ETE LANCEE PAR LES GENDARMES DEUX MOIS AVANT LES POLICIERS, pour Magalie prostituée de 16 ans "qui affirme avoir été victime de viol."...

Le Point du 16/5/03 mentionne : "ELLES RACONTENT [les témoins de Toulouse] DES "SEANCES" DANS LES MURS DU PALAIS DE JUSTICE..." Selon Marianne du 26/5/03 p36 : "Elles décrivent des appartements privés du palais de justice, les moyens d'y accéder - "des choses qui ne s'inventent pas"..." Match 26/6/03 p 41 : [Lakhdar] "estime "fort possible" que des filles, pendant cette période, se soient prostituées au palais de justice de Toulouse." A GRENOBLE LE JUGE CARLE OPERAIT DANS LE PALAIS DE JUSTICE. http://www.chez.com/constit/4821.html "Le livre de la honte. Les réseaux pédophiles" p66 : "... un des accusés... habitait le palais de justice de Paris où une perquisition a été effectuée ! Cet individu avait l'habitude de se fournir dans les scellés, c'est-à-dire qu'il réintroduisait dans le circuit des documents pédosexuels déjà saisis par la police... Un des accusés a reconnu que DES DOCUMENTS VIDEO AVAIENT ETE FILMES DANS LES MURS DU PALAIS DE JUSTICE DE PARIS."

Figaro 16/5/03 p10 : parmi 60 internautes pédophiles, "un haut magistrat, adjoint au procureur général de la cour d'appel de Versailles"... FOURNISSEUR A CINQ REPRISES DE PHOTOS POUR ACCEDER AU FORUM PEDOPHILE, chargé de l'informatisation à la Chancellerie, ex-président de l'Union syndicale des magistrats, membre du Conseil Supérieur de la Magistrature de 1998 à 2002.

Le Point du 20/6/03 p62 relaie le Monde du 17/6/03 : "On l'aperçoit aussi [Alègre] au Club 39, un sauna échangiste... association loi 1901... dont certains [policiers] deviennent clients... "Une minorité d'adeptes exige toujours plus de sensations extrêmes : plus de violence, plus de douleur, plus de coke." Plus de folie... Les gendarmes établiront qu'un lieu échappe à toute survellance : le "donjon" du port Saint-Sauveur, dont l'adresse se chuchote au sein d'une poignée d'amateurs de sensations encore plus fortes. Le "donjon" ? Un endroit équipé pour des pratiques sadomasochistes extrêmes, qui nécessitent un rabatteur...une cave... sur les murs, des câbles et des planches [s'agit-il de croix de Saint-André ?], au plafond, des poulies... "J'y ai vu des clous et du sang. C'était sordide, mais j'ai remarqué que Gérard ["nous sommes chez Gérard B., un restaurateur homosexuel..."] s'était équipé de petites caméras assez sophistiquées [on retrouve le marqueur caméras]"... un coffre-fort, QU'IL PRESENTAIT COMME "SON ASSURANCE-VIE" [on retrouve le marqueur Le Floch-Prigent]. Gérard meurt en septembre 1996 d'un cancer [comme Méry et Pacary, le cancer peut résulter du stress]. Cette mort ne laisse pas de place au doute... Plus de 7000 photos, des vidéos sont ainsi discrètement mises à l'abri... "René"... un des plus gros avocats de la ville... a préféré attendre dans l'angoisse que les gendarmes le débusquent en 2002. Combien y a-t-il encore de René qui se terrent ?... Deux jours après avoir expliqué à la PJ et au juge qu'elle faisait son "métier" en bonne entente avec les policiers de la sûreté, la tenancière de l'hôtel Antoine meurt le 17 septembre 1999, dans une explosion. Le gaz. UN "SUICIDE". [on retrouve le marqueur suicide et morts collatéraux]. Sa déposition suscitait tant de questions que l'IGPN avait diligenté une inspection sur Toulouse... Marie-Ange B., l'épouse de Gérard... meurt le 17 septembre 1997 dans un accident de la route [marqueur mort collatéraux]. Cette jeune femme de 40 ans avait prévenu ses proches : "S'il m'arrive quelquechose, prenez mon trousseau de clé, vous y trouverez celle du coffre." Curieux testament." Marie-Ange détenait une partie des photos et des cassettes vidéos réalisées par Gérard", ont expliqué deux de ses amis aux gendarmes. Vrai... Le Point a retrouvé l'homme qui a mis la main sur ces images... sept ou huit albums, plus de deux cartons à chaussures, ainsi que cinq cassettes vidéos... Huit ou dix mille photos... j'en ai brûlé une partie... Sur le photos et diapositives, "des actes de torture... Il y a du sang, des déformations d'organes, des choses invraisemblables qui dépassent l'idée qu'on se fait du sexe"... Pour mes affaires, elles peuvent me servir de garantie, on ne sait jamais. Certaines des personnes qui figurent sur ces images ont aujourd'hui pris du poids dans la ville..." ... 1989-1997 : les gendarmes font peu à peu le tour de cette période... Il manque encore quelques maillons pour établir les liens entre tous les protagonistes qui organisent ou participent aux nuits noires de la Ville rose..." Le Point fera-t-il l'objet d'un démenti comme le Monde ?

Lyon Mag juilet-août 2003 "Les coulisses du milieu sadomaso dans la région." p49-55 mentionne un "sauna échangiste [comme le Point à Toulouse]... il y a les puristes et les amateurs... De nombreux échangistes esseyent la SM CAR ILS ONT BESOIN DE SENSATIONS NOUVELLES... les passerelles entre le monde échangiste et l'univers SM sont nombreuses... vente aux enchères d'esclaves [comme à Auxerre-Appoigny selon "Les disparues d'Auxerre. La contre-enquête." p103]... On trouve surtout du haut de gamme... Avocats, JUGES, médecins, chefs d'entreprise, ELUS, HAUTS FONCTIONNAIRES... Le site est tenu par Jean-Pierre, un prof d'université qui est une des figures de la SM à Lyon... C'est un milieu où l'on trouve beaucoup de dingues très cultivés... nouvelle égérie du milieu SM lyonnais... cette fonctionnaire... aime enfoncer une aiguille dans le sexe ou dans les seins de s[m]es soumis... le SM est un monde bizarre où on rencontre des gens étranges... le SM, c'est un plaisir très différent, très cérébral... Tout se passe dans la tête... c'est l'extase. CAR ON A UNE SENSATION DE TOUTE PUISSANCE... Il y aurait des dizaines de donjons dans l'agglomération lyonnaise, surtout dans l'ouest lyonnais. Car un donjon complet est composé d'un carcan, d'une cage, d'une potence, d'une croix de St André, c'est-à-dire en "X", mais aussi de poulies pour le soumis... les vrais amateurs aiment le raffinement... Bougies... chants grégoriens... des notables... "CA PEUT DEVENIR TRES VIOLENT ET SOUVENT, C'EST MEME N'IMPORTE QUOI", raconte un homo lyonnais en ajoutant : "UN JOUR IL Y AURA UN PROBLEME."... Parce que dans ce milieu, c'est comme dans les sectes, on ne sait jamais qui est derrière. C'est un monde de manipulateurs... Il y a dans ce milieu de VERITABLES DINGUES qui n'ont aucune morale... DROIT DE VIE ET DE MORT SUR DES ESPRITS FAIBLES... DES CHASSES A COURRE QUI SE SERAIENT TENUES EN SUISSE AVEC DES SADO-MASO LYONNAIS... IL Y A DES TORTURES, DE VRAIES TORTURES... IL Y A PARFOIS DES ACCIDENTS ET MEME DES MORTS, MAIS C'EST FACILE DE FAIRE PASSER CA POUR DE SIMPLES ARRETS CARDIAQUES, SURTOUT DANS CES MILIEUX PRIVILEGIES OU ON A BEAUCOUP DE RELATIONS [marqueur Toulouse-Nice/Vito]... "dressage" d'une jeune fille de 24 ans...: Tabassage, brûlures, viols : l'enfer avait duré trois jours... "MORTS SUSPECTES"... "TOUJOURS PRESENTEES COMME DES SUICIDES" [marqueur Toulouse/Nice-Vito]..." LE SYNDROME DE TOULOUSE COMMENCE A FAIRE REFLECHIR CERTAINS RESPONSABLES POLICIERS... Quand un sadique tient un maso, il ne le lâche pas comme ça !... DANS LES JEUX PERVERS TOUT EST INVERSE [MARQUEUR SATANISME]... " A Lille un décès a été jugé en cours d'assise (Nouvel Obs 10/7/03 p64)... Voir aussi http://www.google.com/search?q=Maudites+femelles&hl=en&lr=&ie=UTF-8&start=0&sa=N

LA FRANCE A DESORMAIS SES SA ET SES SS.

"Quand il parlait des handicapés, il se mettait à brailler... "Tiens, moi, je te zigouillerais tout ça..." ("Disparues de l'Yonne" p60). "Les bâtards, les orphelins, les enfants mal conformés devraient être condamnés à mort dès leur naissance..." Sade ("Les disparues d'Auxerre" p316).

Point 20/6/03 p53, l'analogie systémique Portugal(Casa Pia)/France (Zandvoort-Auxerre-Appoigny-Toulouse-Nice-Grasse-Antibes-Thonon-Angers-Mulhouse...) est la suivante : "Les gens tombent d'autant plus de haut qu'ils croyaient dans les institutions. Du coup la crise de confiance et le désenchantement atteignent ici des sommets!... il est capital que les citoyens voient que la justice fonctionne pour tout le monde, y compris les puissants [pan sur le nez pour la chaîne d'union négationniste]... Les Portugais sont en train de faire leur révolution mentale pour devenir majeurs en politique... " Figaro 24/6/03 p6 : "Emu par ce scandale, le président de la République, Jorge Sampaio, est intervenu le 29 mai dernier POUR PROMETTRE QUE "LE JOUR SERAIT FAIT SUR CE SCANDALE ET QUE LA JUSTICE SERAIT APPLIQUEE." On attend Chirac sur ce thème et sur la pédocriminalité crime contre l'humanité...

Gracian : "La vérité arrive toujours la dernière et fort tard, parce qu'elle a pour guide un boîteux qui est le temps." La "République occulte relativiste totalitaire" parasitoïde ne sera pas éternelle.

Au plan systémique, les gendarmes et/ou les magistrats instructeurs seront-ils mutés-sanctionnés, mutés-promus ? Si des mutations type Candela-Calliet-Jodet-Jambert, des évictions type Gaudino, se reproduisaient, il faudrait auditer qui les remplaceraient ? Pour le peuple français, la nomination de Barrau est un indicateur systémique comme l'envoi de Szpiner. La systémique des affaires Borrel-Dutroux-Chanal-Auxerre-Glencross/Doucé-Nice-Grasse-Thonon-Mulhouse-Toulon-Elf-Crédit Lyonnais-sang contaminé,etc... étant de plus en plus transparente (entre autres, grâce à Jean-Pierre, Fulgéras, Coignard, Ottenheimer, Gaudino, B.Méry, Garde, Montebourg pour 2 commissions parlementaires, à l'ADHY, au Bouclier, aux parents de Julie et Mélissa...), les scénarios du même type deviennent de plus en plus difficiles à gérer de façon discrète et leur ADN systémique de plus en plus décodable. Voir Google.com avec les mots-clés " Dutroux Borrel Toulouse Mourmelon Yonne " .

Réponse le 6/6/03 dans la Nouvelle République sur http://www.google.com/search?hl=en&ie=ISO-8859-1&q=Du+renfort+pour+l%27affaire+Al%E8gre+%2806%2F06%2F2003%29&btnG=Google+Search "Officiellement constitué en juin 2000 par l'état-major de la gendarmerie, le groupe de neuf enquêteurs de la section de recherches de Toulouse qui tente de reconstituer le parcours criminel du tueur en série est passé ces dernières semaines à une quarantaine de gendarmes. Ce groupe devrait, la semaine prochaine, s'étoffer d'une dizaine d'hommes supplémentaires. Ces troupes fraîches sont plus spécialement chargées de procéder aux « innombrables vérifications » rendues nécessaires par les déclarations récentes de deux anciennes prostituées, qui accusent Patrice Alègre d'avoir été l'homme de main d'un réseau de prostitution impliquant policiers, magistrats et personnalités toulousaines. Ce nouveau versant de l'enquête a pris une telle importance qu'il a justifié la création, au sein de la cellule Homicide 31, d'un groupe distinct, uniquement affecté à démêler l'écheveau de l'éventuel « réseau » dénoncé par les deux accusatrices de Patrice Alègre. Ces gendarmes ont notamment travaillé pour vérifier, et finalement rejeter, le témoignage de « Djamel »..." qui fait une tentative de suicide. Nouvel Obs 12-18/6/03 p 93 : "Ces derniers jours, le nombre de gendarmes affectés à l'enquête est passé d'une dizaine à une cinquantaine (certains s'employant, il est vrai, à "vérifier" le travail de leurs collègues). Accélération en vue ou marche arrière à venir ? Cela fait près d'un semestre que les filles ont parlé aux gendarmes. Pourtant aucun des magistrats mis en cause n'a été entendu. Certains policiers ont été convoqués chez le juge, mais en sont ressortis sans avoir été mis en examen. Jamais le décalage n'a été aussi vertigineux entre le temps judiciaire et le temps médiatique."

Libération du 31/7/03 p13 titre : "Alègre : deux poids, deux mesures... Au bout de trois mois et demi d'investigations, la justice toulousaine paraît s'attaquer plus aux anciennes prostituées victimes qu'aux hommes hauts placés désignés par ces filles..." (la journaliste de Libération ne paraît pas avoir lu le Figaro qui levait la contradiction 2e étage-13e étage : appartement de Lakhdar et de ses parents).

TF1 et Fr3 (16/3/03 journaux du soir) évoquent une reprise en main et la mise à l'écart du gendarme Roussel. http://fr.news.yahoo.com/030616/202/39bpv.html http://fr.news.yahoo.com/030616/85/39bqf.html

Figaro 19/6/03 p 8 : "Le "vrai-faux dessaisissement de Nicole Bergougnan"... Au Palais de Justice de Toulouse, on soulignait la "mésentente" entre Nicole Bergougnan et Thierry Perriquet, qui de conserve instruisent le volet sadomasochiste de cette affaire... Les plus retors croyaient eux savoir que, tandis que Nicole Bergougnan cherchait à avancer, Thierry Perriquet avait, lui, le pied sur le frein... Au plus fort de la rumeur est même "tombée" une dépêche AFP, dûment certifiée par une "source judiciaire", annonçant le remplacement de Nicole Bergougnan par Jean-Claude Vaucheret. Puis venant de Toulouse, le vent de la rumeur a peu à peu changé de camp. Et la Chancellerie a finalement officialisé que la juge Bergougnan gardait l'affaire Alègre... " Figaro 24/6/03 p12 : "Le juge Nicole Bergougnan a été dessaisie de cette affaire (la mise en examen de Patricia "suspectée d'avoir influencé et même incité Djamel à corroborer ses dires par de faux témoignages"), laissant le soin au juge Thierry Perriquet, épaulé par le juge Jean-Claude Vaucheret, de l'instruire." Figaro 25/6/03 p 9 : "Ses supérieurs seraient parvenus à la convaincre de poursuivre son enquête malgré L'HORREUR DES SCENES RELATEES, l'implication éventuelle d'anciens collègues et la tension politico-médiatique..." IL Y A DONC UNE HORREUR DES SCENES RELATEES [marqueur Auxerre-Appoigny "Disparues de l'Yonne o106 : "Les trois jours d'audience ont été insoutenables. Les magistrats et les avocats, pourtant rompus à ce type d'exercice, semblaient épouvantés."]. Nouvel Obs 26/6/03 : "Un non-évènement qui a bien failli tourner au ridicule puisque la chancellerie annonçait, à tort, le dessaisissement de la juge d'instruction dans l'autre volet de l'affaire Alègre : celui ouvert en avril pour "proxénétisme aggravé, actes de torture et de barbarie, viol par personne ayant autorité" contre Patrice Alègre "et tous les autres".

Figaro 25/6/03 p 9 : jeu de chaises musicales chez les avocats. La boîte noire systémique produirait-elle des ténors francs-maçons après une chaîne d'union occulte négationniste sur le modèle Dutroux ? La régulation systémique de l'affaire Alègre fonctionne-t-elle comme un art royal face à l'aboutissement d'années d'enquêtes ? Maître Catala, avocat de Fanny et de la famille de Line Galbardi, respirait la force tranquille à "Mots croisés" : "plus on est dans la tourmente, plus il faut se raccrocher aux valeurs fondamentales. La présomption d'innocence n'est pas l'exclusivité des personnes mises en cause, on doit aussi aux victimes de les considérer comme telles. Parce que ces filles ne sont pas arrivées là par hasard... il faut bien garder en tête l'ordre des choses dans cette affaire." (Nouvel Obs Elsa Vigoureux 26/6/03 p 85).

Point 20/6/03 p65, Karl Zéro : "L'ENQUETE DES GENDARMES DE LA CELLULE HOMICIDE 31 SEMBLE AVOIR ETE "TAMISEE" SUR ORDRE, MICHEL ROUSSEL ECARTE. POURQUOI ? QUE VAUT-ELLE SA PAROLE A LUI ?"

Monde 25/6/03 p 12 : "... le nouveau procureur général de Toulouse, Michel Barrau, a confirmé que Michel Roussel, chef de la cellule Homicide 31, "aurait formulé une demande de mutation... l'adjudant Roussel n'est pas le responsable de l'enquête"... http://www.investigateur.info/news/articles/article_2003_06_17_progresse.html http://www.investigateur.info/news/articles/article_2003_06_12_nuit.html

KARL ZERO ET LE POINT VONT-ILS ETRE MIS EN EXAMEN POUR DENONCIATION CALOMNIEUSE ? Figaro 24/6/03 p 12 : "Une enquête sur les violations du secret de l'instruction est également diligentée"

[Systémique : si Jambert et Line Galbardi avaient communiqué seraient-ils encore en vie ? Systémique des morts collatéraux des affaires Dutroux-Auxerre-Appoigny-Alègre-Toulouse : communiquer tous azimuts n'est-il pas la garantie de survivre ? Ce sont les gendarmes d'Homicide 31 qui ont, selon la presse, cherché les témoins qui avaient fui suite à l'assassinat de Line. Ils ont dit comme Patricia qu'ils n'ont aucune intention de se suicider. Lacroix a passé 28 jours, reconnus comme arbitraires, en prison pour avoir réagi face au système Mouillot. Y a-t-il la même délicatesse pour les deux personnes titulaires d'une fonction régalienne présumées innocentes, citées à répétition comme points clés systémiques, et les témoins-partie civile présumées innocentes ? En août 2003 celles-ci sont libérées.]

Wanadoo du 23/6/03 cite l'AFP qui annonce d'avance la correctionnalisation d'une partie de l'affaire

["Dossier pédophilie. Le scandale de l'affaire Dutroux." p27-29 et 83 : Dutroux, "souvent arrêté en flagrant délit", est régulièrement relâché à partir de 1983 "faute de preuves"... "Dutroux qui devait comparaître en cour d'assises y échappe... Il convient de signaler que les faits ont été correctionnalisés par le parquet général, contrairement à l'avis du substitut du procureur du Roi..." A Auxerre Louis ne passe pas aux assises pour viol de mineurs mais en correctionnelle "Disparues de l'Yonne. La contre-enquête." p48. Dans le Var, la qualification de viol est écartée pour E.Louis pour le camping de Roquebrune ("Les disparues d'Auxerre" p222), de même que Charrier directeur de l'IME APAJH d'Auxerre ne passe pas aux assises ("Les disparues d'Auxerre" p 52). Figaro 31/7/03 p8 : "... Jean-Jacques Ignacio, rend un réquisitoire définitif où il demande le renvoi de Messaoudene devant un tribunal correctionnel, et non une cour d'assises, pour les deux dossiers de "Nadia" et "Magalie". Quant à l'affaire de viol, elle n'a pas été retenue par la justice..."

En la matière, le livre de Fontenelle "La baie des affaires. Enquête sur les dysfonctionnements de la justice a Nice." a un dernier chapitre stupéfiant que toutes les françaises et tous les français devraient lire pour s'informer sur l'état de la justice : "...les dysfonctionnements de la justice à Nice ne sont pas une vue de l'esprit d'Eric de Montgolfier, contrairement à ce que semble penser l'Inspection générale des services judiciaires... Le juge Renard confie le dossier ["suicide Vito"] à la juge d'instruction Anne Vella [Point 12/1/01 p59 : Anne Vela, juge d'instruction... a joué la transparence et révélé sa propre appartenance à la franc-maçonnerie..."] ...Le parquet de Nice requiert... la mise en examen et le placement sous mandat de dépôt... la juge d'instruction rend une ordonnance de refus de plus ample informer... la chambre d'accusation... présidée par Yves le Bourdon [défenseur de Renard au CSM] ... confie le dossier Vito à... Jean-Paul Renard... La cour d'appel, en revanche, ne s'interroge pas - mais ce n'est pas sa vocation - sur les raisons pour lesquelles Anne Vella ne s'est pas livrée à ces vérifications les plus élémentaires... Et pourtant, le 23 janvier 2001, le juge Renard, comme avant lui Anne Vella, renvoie le docteur C. devant le tribunal correctionnel... les juges de la cinquième chambre constatent que "les faits déférés au tribunal correctionnel sous la qualification de délit sont de nature à entraîner une peine criminelle", et se déclarent incompétents... Les avocats de Cédric Vito... ont mis le doigt sur UN ASPECT ASSEZ TROUBLANT DE CE DOSSIER : ILS ONT DECOUVERT QUE PLUSIEURS DE SES PROTAGONISTES ETAIENT FRANCS-MACONS A LA ****. Ce n'est peut-être qu'un hasard, un de plus...

Madeleine Le Guillou Présidente d'Association Contre la Corruption met en exergue un point crucial du rapport de l'IGSJ sur de Montgolfier : grâce à celui-ci, LES ENQUETES SUR LES MORTS SUSPECTES SONT PASSEES A NICE DE 3 A 59 PAR AN. Merci M. de Montgolfier de remplir votre fonction régalienne malgré le harcèlement moral dont vous faites l'objet comme tant d'autres, harcèlement qui devrait être sanctionné pénalement.

Monde 10/7/03 p15 : "Plus qu'un état des lieux du tribunal, le document de l'IGSJ constitue UNE CHARGE AU VITRIOL A L'ENCONTRE DU CHEF DE PARQUET... M. de Montgolfier avait choqué plus d'un magistrat en évoquant publiquement [Borrel, Jambert, Line Galbardi, ne seraient-ils pas vivants s'ils avaient communiqué ?] les "influences" exercées par une "franc-maçonnerie d'affaires" sur le cours de certains procédures judiciaires. Disparition de dossiers au sein même du palais de justice [marqueur répétitif commun désormais à nombre d'affaires de La Boisse à la scientologie en passant par les carnets d'adresses d'Auxerre-Appoigny et Toulouse], instructions étouffées, procédures bâclées... L'Inspection consacre une bonne partie de son rapport à ces affaires. Sa conclusion ? "Si le traitement de certaines procédures n'était pas toujours exempt de critiques, les signalement effectués n'ont que très rarement permis de mettre en évidence des défaillances professionnelles ou déontologiques". PARADOXALEMENT, L'EXAMEN DE LA PLUPART DES DOSSIERS ETUDIES PAR L'IGSJ DONNE LE SENTIMENT EXACTEMENT INVERSE... s'il "peut être reproché à M.Renard d'avoir fait preuve de légèreté et d'imprudence en conservant des relations, même occasionnelles, avec une personne déjà condamnée dont les activités paraissent douteuses, rien, en l'état et sauf rebondissement, ne permet pour autant de douter de sa probité"... CONCERNANT L'EXISTENCE D'UNE "MACONNERIE D'AFFAIRES", L'INSPECTION ASSURE QUE SES INVESTIGATIONS "N'ONT PAS PERMIS DE CONFIRMER LA THESE DE L'EXISTENCE D'UN TEL RESEAU"... OUTRE LE DOSSIER QUI A VALU A M.RENARD D'ETRE POURSUIVI, CETTE AFFIRMATION SE HEURTE AUX DEVELOPPEMENTS DE L'ENQUETE SUR LES MARCHES PUBLICS DE NICE. CETTE INSTRUCTION, QUI A VALU A PLUSIEURS PROCHES DU MAIRE DE NICE D'ETRE MIS EN EXAMEN AU MOIS DE MARS, A PRECISEMENT MIS EN LUMIERE L'EXISTENCE D'UN "RESEAU" MACONNIQUE..."]

"Une réunion de synthèse doit rassembler lundi à Toulouse enquêteurs et magistrats après un week-end de travail sur l'affaire Alègre, qui pourrait conduire à l'abandon de certaines accusations et à des requalifications pénales de certains faits. La scène médiatique a été occupée dimanche par l'annonce du PDG de la Dépêche du Midi Jean-Michel Baylet que trois plaintes avec constitution de partie civile allaient être déposées contre le président du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, Dominique Baudis, qui a récemment accusé M.Baylet d'avoir organisé une "machination" contre lui... Pour la réunion de synthèse, juges d'instruction, magistrats du parquet et enquêteurs de la gendarmerie DOIVENT EXAMINER L'AFFAIRE SELON UNE NOUVELLE APPROCHE. Pour les cinq homicides reprochés à Patrice Alègre, il y a peu de surprise à attendre. MAIS SUR LE RESTE, NOTAMMENT LE VOLET DES "VIOLS AGGRAVES", DES "TORTURES ET ACTES DE BARBARIE" ET DU PROXENETISME EN BANDE ORGANISE(E?), LA DONNE PEUT CHANGER. Si des "faits criminels demeurent", des accusations pourraient tomber, CERTAINS FAITS POURRAIENT ETRE REQUALIFIES EN DELITS PASSIBLES DE LA CORRECTIONNELLE, D'AUTRES SOIT ETRE PRESCRITS SOIT RELEVER DE SIMPLES RELATIONS ENTRE PARTICULIERS", a-t-on estimé de source judiciaire..." Figaro 25/6/03 p 9 : "L'objet de cette réunion n'était donc pas de requalifier certains crimes en délits, de faire "tomber" certaines accusations, et encore moins de marquer le pas dans l'enquête..." Monde 27/6/03 p34 : "... le nouvel avocat de Patrice Alègre, Me Gilbert Collard, explique que, "à l'heure où je parle, EN L'ETAT DU DOSSIER, je ne crois pas que Dominique Baudis soit impliqué dans l'affaire. J'ai en tout cas le sentiment qu'IL N'A PAS COMMIS D'INFRACTION A CARACTERE PENAL... la cour d'appel dans son ensemble a adressé une motion de soutien" à l'ancien procureur..."". Figaro 1/7/03 p8 : "Jeudi dernier [Me Collard], RECONNAISSANT NE PAS AVOIR ENCORE CONSULTE LE DOSSIER JUDICIAIRE..."

Les indications fournies par le Nouvel Obs du 26/6/03 p84 sont gravissimes si elles sont réelles : "[Alègre] retourne DANS SA PRISON. LA OU "ON" LUI DONNE DES COUPS DE MAIN, OU "ON" L'ECLAIRE SUR SON DOSSIER PAR DES NOTES EN MARGE DES PROCES-VERBAUX , REMETTANT MEME EN CAUSE LA LEGITIMITE DE SES AVOCATS. CAR S'IL CROUPIT A L'ISOLEMENT, IL SEMBLE BIEN QU'ALEGRE NE SOIT PAS COUPE DE TOUT LE MONDE. SI BIEN QU'IL PREND DES INITIATIVES DERRIERE LES BARREAUX. IL AURAIT REDIGE UN COURRIER A L'ATTENTION DU NOUVEAU PROCUREUR GENERAL, "CELUI [DONT IL CROIT AVOIR COMPRIS] QU'IL A FAIT TOMBER HALPHEN". UNE MISSIVE DANS LAQUELLE IL REVIENDRAIT SUR TOUS SES AVEUX, JUSTIFIANT SES RETRACTATIONS PAR UN SIMPLE "CHANGEMENT D'AVIS".Le Point précise les choses le 4/7/03 p49 : "Pourquoi Gilbert Collard donne-t-il à croire qu'il a bel et bien défendu le Chinois [l'associé de Francis le Belge... contact d'Alègre "au secret"!] ?

Point 27/6/03 p77 interview de Jean-Michel Baylet : " [à propos de la "visite" du bureau du juge Lemoine]... Le procureur a livré la thèse officielle... Depuis quand les femmes de ménage travaillent-elles dans les lieux publics un jour férié ? [point aisé à vérifier]... VOUS N'IMAGINEZ PAS LES PRESSIONS QUE NOUS SUBISSONS DE LA PART DE LA JUSTICE... LE 2 AVRIL, NOTRE JOURNALISTE AVAIT RENDEZ-VOUS AVEC DES GENDARMES. ON L'INFORME QUE, SUR ORDRE DU PROCUREUR, IL EST PLACE EN GARDE A VUE. L'APRES-MIDI MEME, J'AVAIS LES GENDARMES DANS MON BUREAU. ET J'AI ETE CONVOQUE CHEZ LE JUGE D'INSTRUCTION, QUI M'A SIGNIFIE MA MISE EN EXAMEN... DANS L'AFFAIRE AZF ! Nous avions à l'époque démontré que les sacs de poudre n'étaient pas gardés. Et cette histoire - que tout le monde a oublié - resurgit alors que la société que nous mettions en cause a retiré sa plainte..."

Figaro 30/6/03, pour l'ancien procureur général : "La vengeance d'une certaine presse... ce n'est pas la piste la moins crédible... Il faut faire confiance à l'institution pour remonter la piste de ces crimes odieux, dont certains ont été qualifiés de suicides."

Figaro 1/7/03 p8, pour Barrau : "Penser qu'une telle affaire pourrait être classée ou enterrée... Il serait injurieux de porter un tel soupçon sur la magistrature, dans un dossier DE PUR DROIT COMMUN [y-a-t-il d'autres catégories ?]... Cette confrontation [Baudis-Patricia]... n'a pas été menée pour rien. Elle a permis de FIGER UNE SITUATION [que signifie figer une situation ?] ... Je ne peux pas laisser dire que la justice ne maîtrise pas cette affaire... à ce jour, il n'y a pas une preuve matérielle déterminante... A ce jour les éléments matériels manquent singulièrement...

[ Disparues de l'Yonne. La contre enquête." p43 : "En fait, tout accable Emile Louis dans cette affaire. Il est inculpé du meurtre de Sylviane Lesage... le procureur de la République René Meyer, qui a déjà classé la procédure concernant la disparition de Martine Renault, en 1979, requiert le non-lieu en sa faveur. Le juge d'instruction , Jacques Bourguignon, estime, comme son confrère du parquet, que les charges qui pèsent sur l'inculpé ne sont pas suffisantes... Près de quinze ans plus tard, les magistrats chargés du dossier des disparues de l'Yonne en resteront bouche bée... Les charges... leur sembleront a contrario énormes..." p116 : "... apprenant que Daniel Stilinovic comptait faire arrêter l'un des responsables de la police municipale auxerroise, soupçonné de pédophilie... Il était vraiment vert de rage... On avait l'impression qu'il voulait couvrir ce type...", p138-139 : "Les habitants de l'Yonne se souviennent probablement de ce commandant de gendarmerie à la retraite, qui, en 1994, avait été mis en examen pour le viol de deux femmes handicapées mentales. Elles étaient placées sous sa curatelle... Malgré les réquisitions du procureur général demandant le renvoi du commandant de gendarmerie retraité en cour d'assises... le militaire bénéficia d'un non-lieu pour charges insuffisantes. On sait aujourd'hui que les pressions de la hiérarchie militaire ont été très fortes.... Il est vrai que l'une de ses deux victimes s'était rétractée - sans doute lui avait-on conseillé de le faire -, et que l'autre était décédée..."

Les pages 103 à 129 du livre "Les disparues d'Auxerre" détaillent le blocage juridique de l'ADHY. La p23 de "Disparues de l'Yonne. La contre-enquête" confirme. Figaro 16/9/02 p12 : "Le 12 septembre 1996... Cazals (procureur d'Auxerre) écrit à son supérieur hiérarchique, le procureur général de Paris : "Au terme de l'enquête de l'adjudant Jambert (accessible sur internet sur http://www.investigateur.ms/Yonne.htm)... aucun renseignement sérieux, aucun élément tangible ne vient étayer les soupçons précédemment évoqués." Une phrase à peine croyable puisque les enquêteurs du CSM qualifieront le rapport Jambert de "remarquable travail de recoupement"." http://www.lyonne-republicaine.fr/dossiers/justice/disparues/20021002.YON_D8999.html . Le tout combiné avec l'affaire Crédit Agricole de l'Yonne "Disparues de l'Yonne. La contre-enquête." p126-127. Roussel sera-t-il "déchu professionnellement" comme Jambert ("Disparues de l'Yonne. La contre-enquête" p300) ? Point 11/7/03 p51 : "La procédure de l'époque, que le Point a pu consulter, démontre que N. a subi des viols de la part de Lakhdar et d'un client. Pourtant, aucune poursuite ne sera diligentée pour "violences sexuelles sur mineur". [marqueur Emile Louis] L'ENQUETE RENVOIT LAKHDAR EN CORRECTIONNELLE. "Dans une procédure pour proxénétisme aggravé, le suspect risque les assises. Mais c'est le parquet qui décide", note le colonel Lakhal..."]

Je vous répète que la justice ira au bout de cette enquête..." Figaro 11/7/03 p10 : "Une minutieuse "feuille de route" délivrée aux juges... "C'est la preuve, soulignait hier un magistrat, que la justice travaille et n'a nullement l'intention d'enterrer le dossier..." Le Monde du 12/9/03 p32 cite Me de Caunes, avocat de M.Bourragué :"Nous avons été entendu par le juge Perriquet à propos des accusations de "Fanny", qui apparaissent délirantes... DANS CE DOSSIER, RIEN DE CE QUI ETAIT VERIFIABLE N'A ETE VERIFIE, PUISQUE CELA N'EXISTE PAS."

L'expertise de l'agenda de Baudis et trois auditions sont demandées : la mère de Fanny, Claude de B. ex-proxénète de Fanny ("De source judiciaire, on reconnaît que le témoignage de Claude de B. pourrait se révéler "déterminant" pour la suite de l'enquête"), Wafa H. ("réseau de call-girls, dite "affaire de Niro" où Dominique Baudi aurait été cité... CETTE PROCEDURE INSTRUITE A PARIS A ETE JOINTE RECEMMENT AU DOSSIER TOULOUSAIN..."

Monde 9/7/03 p9 : Alègre cherche à "mouiller" le juge Lemoine pour sa lettre à Karl Zéro. "Nous allons demander que Karl Zéro soit convoqué par le juge d'instruction, explique Me Collard...." http://permanent.nouvelobs.com/societe/20030618.OBS2397.html

Figaro 23/6/03 p 11 et http://www.lyonne-republicaine.fr/dossiers/justice/disparues/20030624.YON_D4691.html: "Disparues de l'Yonne. Un autre magistrat sur la sellette. Le juge d'instruction Jacques Bourguignon a-t-il étouffé le rapport du gendarme Jambert... ? [Est-ce le juge dont Garde regrettait qu'il ne soit pas passé en CSM ? Est-ce le juge qui a perdu les carnets d'adresse du tortureur d'Appoigny ? Est-ce le juge qui a perdu des éléments de deux dossiers [marqueur systémique devenu classique] de pédophilie à Mulhouse ? Y a-t-il un lien avec l'affaire Wild ? Pourquoi n'a-t-il pas été convoqué en CSM, si c'est le cas, avec un tel faisceau de présomptions comme aurait écrit Jambert qui finalement a fait un remarquable travail de recoupement selon l'inspection du CSM ?]... D'autant plus que ce magistrat avait, le 4 mai 1984, accordé un non-lieu à Emile Louis dans l'affaire du meurtre de Sylviane Durand, une des "disparues"... Pour sa part Daniel Stilinovic mis à la retraite d'office en avril 2002 par Marylise Lebranchu, alors garde des Sceaux, pour avoir traité "dans la précipitation et avec désinvolture" le rapport Jambert [soulignons qu'il avait seul mis en cause la corruption de la justice dans cette affaire], vient de voir sa sanction annulée par le Conseil d'Etat [comme pour les gendarmes Calliet et Jodet]. Stilinovic va donc pouvoir rester fidèle à sa ligne de défense exposée en décembre 2001 dans Le Républicain lorrain (Figaro du 15/2/02 p7) : "C'EST BIEN DE CORRUPTION QU'IL S'AGIT. DES MAGISTRATS OU PERSONNELS DE JUSTICE ONT TRAFIQUE DES PROCEDURES POUR LE COMPTE DE GENS QU'ILS VOULAIENT PROTEGER." http://www.lyonne-republicaine.fr/dossiers/justice/disparues/20030623.YON_D4671.html

Midi Libre 27/6/03 : "[Le] revirement [d'Alègre] coïncide avec le "recadrage" des gendarmes et des magistrats..."Le "recadrage" de l'enquête semblerait consister à PROTEGER LES PERSONNES MISES EN CAUSE ET A L'AFFAIBLISSEMENT DES VICTIMES, a estimé l'avocat de Patricia..." AFP 27/6/03 : "Verdict d'un proche du dossier interrogé par l'AFP: "On voudrait enterrer l'affaire qu'on ne s'y prendrait pas autrement..."

Figaro 3/7/03 p10 : "Djamel aurait encore déclaré devant le juge d'instruction avoir été OBLIGE "PAR LES GENDARMES A SIGNER LES DECLARATIONS AU TERME DESQUELLES IL INDIQUAIT AVOIR ETE MANIPULE". "Patricia", passé l'effet de surprise, aurait de son côté maintenu avoir influencé le jeune travesti tout en confirmant ses déclarations sur l'existence de soirées spéciales..." Il serait encore plus nécessaire d'informer le peuple français souverain sur les circonstances exactes de la tentative de suicide de Djamel [comme le rapport sur de Montgolfier - que tous les français devraient lire tant il est transparent en analyse de contenu du discours - a été publié par le Ministère sur internet et vu par 40 000 personnes] et sur la situation précise des enfants de Patricia, Fanny et Alègre.

Nouvel Obs du 3/7/03 p75, avec Elsa Vigoureux : " Pourquoi tant de procédures bâclées, où l'on retrouve toujours LE MEME SERVICE DE POLICE sur les lieux des crimes, toujours LES MEMES MEDECINS LEGISTES qui signent les rapports d'autopsie ? Toujours les mêmes qui concluent... à des suicides, alors qu'à l'évidence ils avaient affaire à des meurtres. VOILA DES FAITS. Pas de "rumeurs" mais bien des crimes passés inaperçus, rangés dans l'oubli, classés [marqueur Auxerre-Appoigny]. Patrice Alègre n'avait alors jamais été inquiété. Révélées lors de son procès d'assises, les affaires Valérie Tariote et Martine Matias ont poussé les enquêteurs à fouiller un passé resté opaque. a exhumer aujourd'hui DES DOSSIERS, DONT LES CONTENUS LAISSENT COI TANT ILS SONT ABERRANTS. "C'EST D'ABORD CA L'AFFAIRE ALEGRE : DIX ANS D'INCURIE JUDICIAIRE", assène Me Georges Catala, avocat de nombreuses parties civiles dans l'affaire Alègre. Des enquêtes pliées en deux temps trois mouvements. A une époque où l'on ne parlait pourtant pas encore de "complot"..." L'analogie systémique avec les affaires Auxerre-Appoigny, Dutroux, Borrel, sang contaminé, etc... est sidérante. http://www.libertzone.org/misenligne.htm

Figaro 18/9/03 p1 et 10 : « Fanny » blanchit Baudis dans l’affaire Alègre… Pour marquer ce virage, « Fanny » avait décidé… de changer d’avocat… pour choisir Me Jean-Claude Guidicelli du barreau de Toulon… Me François Szpiner, a ajouté que l’ancienne prostituée… avait reconnu avoir été manipuléee. Par qui ? L’avocat préfère ne rien ajouter… De source proche du dossier… ELLE AURAIT MIS EN CAUSE SUR PROCES-VERBAL, LE GENDARME ROUSSEL A L’ORIGINE DES PREMIERES I NVESTIGATIONS, L’ANCIENNE PROSTITUEE « PATRICIA »… AINSI QUE LES AVOCATS QUI LA DEFENDAIENT PRECEDEMMENT [l’analogie systémique avec le revirement d’Alègre est frappante]… L’ancienne prostituée promettait de ne « rien retirer » des props qu’elle avait prononcés contre lui [ Marc Bourragué]… Durant près de quatre heures, « Fanny » a effectivement maintenu ses accusations en tutoyant le magistrat… Fanny s’assoit nerveusement face à son nouvel avocat, Me Jean-Claude Guidicelli… Le juge Perriquet a accordé une pause déjeuner d’une petite heure, « le temps de reprendre des forces avant la grande partie », souligne l’avocat… Devant une salade qu’elle ne touche pas, la jeune femme parle par saccades… Elle… dit en vouloir beaucoup aux gendarmes, à « Patricia »… LE PROPOS EST HESITANT, CONFUS… « Fanny » affirme connaître, « très, très bien » Marc Bourragué…. c’était mon cauchemar et contre lui, je maintiens tout. »… Elle ne veut pas donner plus de détails ET SE MET A PLEURER…. Entre deux sanglots, elle jure encore qu’elle veut se battre pour que justice soit faite, pour Line (Galbardi) et les autres copines qui ont été tuées. »… elle dit ne rien vouloir retrancher non plus à celles [les accusations] formulées contre les policiers… Ont-ils fait pression sur elle au mois de mars dernier pour qu’elle mette en cause Jean Volff, comme elle l’a déclaré ? « Oui ! » Elle maintient que la scène s’est passée dans un karaoké près de la gare et qu’ils l’auraient frappée. « Ils étaient trois, mais je ne connais le nom que d’un seul. » Les deux autres ? « Je pourrais les reconnaître. »… ELLE… DIT CRAINDRE POUR SA VIE ET CELLE DE SES ENFANTS. Son avocat lui promet de demander, à la justice, qu’elle bénéficie « au plus vite d’une protection». » [question systémique : Djamel qui a finalement confirmé ses mises en cause a-t-il des enfants ?] En même page Brézet du Figaro met en cause « la joie malsaine de salir les « puissants » » et met en cause un « mauvais démon »…

Affaire Alègre : French Connections

Monde 20/9/03 p13 Me Amar-Touboul : « … « Le magistrat devrait vérifier pourquoi elle se rétracte à nouveau. CETTE FILLE A PEUR DE QUELQUECHOSE … » » LE PV de synthèse des gendarmes [les "recadreurs" ?] du 5 juillet note « … les sévices physiques à caractère sexuel n’ont jamais été constatés, tant par ses partenaires que par le milieu médical… » . Libé la veille note en p 3 : « … elle n’a plus que trois dents et des bridges dans la bouche, des cicatrices sur les bras… Elle a des enfants, quatre….» (entretien de début juin 2003).

Libération 19/9/03 p2 : « … Je ne sais pas à qui pouvait profiter le fait que le nom de Dominique Baudis soit jeté en pâture, a indiqué Me Guidicelli [systémique du changement de défense d’Alègre]. Mais elle dit qu’effectivement ce sont surtout des gendarmes qui ont préconisé de mettre (son nom) en pâture… Selon Me Guidicelli, certains gendarmes, notamment celui « qui avait la paternité de cette enquête à l’origine », auraient « utilisé, instrumentalisé, manipulé » Fanny et lui aurait suggéré « de mettre en cause M.Baudis ». « On appelle ça aussi de la manipulation mentale ou de la manipulation procédurale. » Le directeur général de la gendarmerie, Pierre Mutz… s’est réservé le droit de « donner une suite judiciaire aux propos tenus « , qui constituent des « accusations d’une extrême gravité ». [systémique affaire Dutroux : De Baets, affaire Auxerre-Appoigny/disparues de l’Yonne : Jambert, affaire de l’arsenal de Toulon : Jodet Calliet, affaires de Nice-Grasse-Antibes : Murciano, de Montgolfier, Dorcet, Candela]

Maître Jean-Claude Guidicelli, nouvel avocat de Fanny, a été l’avocat de l’assassin de Yann Piat et de Perletto le caïd du Var http://www.angelfire.com/wizard/solidaires/Midi.html . Le Figaro du 19/9/03 note : « La conduite du tueur en série étonne le directeur de la prison… Ce détenu a interrompu son rythme de sortie… le directeur de la maison d’arrêt [d’Alègre]… rapporte au juge d’instruction et au ministre de la Justice [Jambert, Borrel, les morts régaliens de l’affaire Dutroux, les « suicidés » de la République auraient-ils survécu s’ils avaient informé tous azimuts ? il faudra suivre la carrière de Ribar comme celle de Lemoine, Roussel, Calliet, Jodet, Candela, Perrot, Lévy, Murciano, de Montgolfier, Dorcet, De Baets, etc…] un surprenant épisode qui s’est déroulé cet été… Pascal Payet a été écroué à l’établissement le 19 juillet 2003 en provenance de la maison d’arrêt de Grasse… figure du milieu marseillais… cerveau présumé de l’évasion par hélicoptère de trois détenus de la prison de Luynes, dans les Bouches-du-Rhône, le 14 avril, dont Franck Perletto. Ce dernier, décrit comme un des chefs du milieu varois , a d’ailleurs été arrêté en même temps que Pascal Payet – qui s’était lui-même évadé de la prison de Luynes par hélicoptère le 12 octobe 2001… »

LE NOUVEL AVOCAT DE FANNY QUI SE RETRACTE EST L’AVOCAT DE PERLETTO ET UN TUEUR BRAS DROIT DE PERLETTO SE RETROUVE AVEC ALEGRE QUI NE SORT PLUS…

Le Figaro poursuit [l’équipe de terrain du Figaro est remarquable : sera-t-elle mutée-promue ? (Point 19/9/03 : Rouart a quitté le Figaro après son analyse systémique des affaires sang contaminé, disparues de l’Yonne, Doucé, Alègre) aura-t-elle un accident ? elle ferait bien de donner des gages de non-envie de suicide républicain, comme l’équipe d’Homicide 31 qui fut prémonitoire au printemps. http://www.angelfire.com/wizard/solidaires/suicide.html Le général Mutz, directeur général de la gendarmerie, qui « s’est réservé le droit de donner une suite judiciaire aux propos tenus » contre Homicide 31, sera-t-il muté-promu ? Dans l’affaire Dutroux deux Justes (parmi un nombre sidérant d’autres victimes collatérales) un procureur et un responsable de la police se sont « suicidés ». ] :
« Le rapprochement que le directeur de la maison d’arrêt établit entre l’arrivée de ce personnage et l’isolement soudain de Patrice Alègre en rappelle un autre.
DEPUIS PLUSIEURS SEMAINES, EN EFFET, NOMBRE D’ACTEURS DE L’AFFAIRE JUDICIAIRE S’INTERROGENT SUR LE FAIT QUE RAYMOND MIHIERE, SURNOMME « LE CHINOIS », DETENU A SEYSSES, AURAIT AINSI CONSEILLE A PATRICE ALEGRE DE CHANGER SA STRATEGIE DE DEFENSE. MIHIERE LUI AURAIT SUGGERE ME GILBERT COLLARD. IL AVAIT MEME ECRIT A CELUI-CI LE 15 JUIN : « CHER MAITRE, JE VOUS RECOMMANDE MON VOISIN DE CELLULE QUI A BESOIN D’AVOCAT POUR UNE AFFAIRE INTERESSANTE. » DEPUIS LE CHINOIS A ETE TRANSFERE DANS UNE AUTRE MAISON D’ARRET… »

Le pointage des passagers des avions Paris-Toulouse a-t-il été opéré ? L’ADN de la fille de Fanny est comparé avec celui de deux militaires : sera-t-il comparé avec celui de l’intéressé puisque celui-ci est d’accord (par plusieurs laboratoires indépendants suite au autopsies biaisées de Borrel et d’une série de meurtres d’Alègre) ?

POUR LIBERATION DU 19/9/03 PAGE 3 : «… CE SOCLE DE L’AFFAIRE ALEGRE – CES ENIGMES, QUI NE SONT PAS SANS RAPPELER L’AFFAIRE DES DISPARUES DE L’YONNE – SUBSISTE, ENTIER…. LE PROCUREUR DE TOULOUSE … VEUT COMPRENDRE LES « MENSONGES ». TOUS LES MENSONGES ? … S’AGISSAIT-IL… PLUS GRAVEMENT, DE RESEAUX D’INFLUENCE ? C’EST CE QUE DOIT ABSOLUMENT DETERMINER LA JUSTICE… »

Monde 20/9/03 p13 Me Amar-Touboul : « … « Le magistrat devrait vérifier pourquoi elle se rétracte à nouveau. CETTE FILLE A PEUR DE QUELQUECHOSE … » » LE PV de synthèse des gendarmes [les recadreurs] du 5 juillet note « … les sévices physiques à caractère sexuel n’ont jamais été constatés, tant par ses partenaires que par le milieu médical… » . Libé la veille note en p 3 : « … elle n’a plus que trois dents et des bridges dans la bouche, des cicatrices sur les bras… Elle a des enfants, quatre [cinq selon l'Express]….» (entretien de début juin 2003).

Le Monde (p20) et le Figaro (Decouty p12, l’en-tête étant « politiquement correcte » sur la mort de Djamel), sont remarquables par la finesse de leurs analyses .

Le Monde (Bacqué, Arrêt sur image du 21/9/03 nous a appris que le journaliste auteur de l’article sur la maison des Noés na travaillait plus pour le Monde… comme Rouart a quitté le Figaro) évoque le silence assourdissant de la classe politique . Watzlawick de Palo Alto nous apprend qu’on ne peut pas ne pas communiquer. Le silence assourdissant de la classe politique est éloquent. « Ce qui frappe… c’est la tétanie qui a paru saisr la classe politique dans cette affaire… le monde politique est resté infiniment discret… Les soutiens publics venus des milieux du pouvoir se sont comptés sur les doigts d’une seule main… il leur paraissait tout bonnement impossible qu’un homme ayant fait preuve, tout au long de sa vie, D’UNE TELLE PRUDENCE ET D’UN TEL SOUCI DE SON IMAGE AIT PU PRENDRE LE RISQUE DE PARTICIPER A DES SOIREES SADOMASOCHISTES [deux points de la systémique de Toulouse évoquent la systémique Fromm dans la ligne systémique « toujours plus de la même chose »]… La majorité d’entre eux sont pourtant restés silencieux… Terrifiés devant l’hypothèse qu’une possible culpabilité achèverait de lessiver une classe politique qui a de moins en moins la confiance des citoyens… » [Point systémique : les affaires Mazarine et cancer de Mitterrand ont montré que la chaîne des décideurs nationaux peut occulter l’information dont elle a une parfaite connaissance (et dont le peuple pouvait avoir connaissance cf les articles parus sur Mazarine, « Le bon plaisir » aux éditions Mazarine et la rumeur sur le cancer) durant 10 ans.]. Nouvel Obs Etchegoin 25/9/03 p VII : "L'IGPN, la police des polices, enquête depuis le printemps dernier sur les policiers mis en cause. Dans un silence assourdissant. Le ministère de l'Intérieur se tait..."

Le Monde fait le lien avec le Figaro du même jour « … un os à ronger suffisamment satisfaisant pour dériver la nécessaire enquête sur les dysfonctionnements de la police et de la justice à Toulouse, il y a de cela dix ans. »

L’information au niveau national sur l’affaire Alègre et les affaires fonctionne maintenant en « story telling » (au sens de Denning dans « The springboard ») en auto-allumage et elle est donc efficace.

Decouty (aussi excellent que la journaliste du Nouvel Obs pour Auxerre-Appoigny et les disparues de l’Yonne) dans le Figaro cisèle avec maestria la systémique de l’affaire Alègre-Toulouse :
« … tout ou partie de la solution est peut-être dans le dossier criminel instruit par le juge Serge Lemoine visant les meurtres de Line Galbardi et Claude Martinez, au début des années 1990. « Un dossier éclairera probablement l’autre… Difficile en effet de croire que des gendarmes aient « suggéré » le nom de Dominique Baudis aux jeunes femmes… gendarmes de Toulouse , parmi lesquels sont nés des dissenssions, des rivalités, pour aboutir aujourd’hui à de VERITABLES FRACTURES [systémique De Baets, Calliet, Jodet, Jambert, Candela… « recadreurs » versus Homicide 31 (qui annonçait au printemps sa non-volonté de suicide et des doubles des dossiers… pour éviter les morts collatérales ?) ?]… l’éventuelle proximité nouée par quelques reporters avec les anciennes prostituées est légitimement critiquable [« Arrêt sur images » du 21/9/03 a précisé que Baudis a aussi appelé FR 3 pour faire passer la’incarcération de Patricia et qu’il le regrette et l'Express du 25/9/03 mentionne que Baudis prépare un livre : il serait utile pour la vérité que l'ensemble des parties s'expriment]… « Fanny » confiait au Figaro avoir peur pour sa vie et celle de ses enfants, au point que Me Guidicelli demande officiellement qu’elle bénéficie d’une protection [Djamel, qui a maintenu son témoignage sur le volet pédocriminalité, est mort : c’était systémiquement prévisible sur la base des morts collatéraux déjà listés par le Point pour Toulouse, plus ceux des affaires Dutroux+Auxerre-Appoigny+Nice-Grasse, etc…]… une expertise dentaire a confirmé qu’elle s’était bien fait casser une dent… le policier qu’elle a désigné est accusé par plusieurs prostituées… « Fanny » a encore prétendu avoir fait l’objet de pressions du substitut… qu’elle continue d’accuser… certains policiers, informés des avancées des enquêtes des gendarmes, en février et mars derniers, auraient commencé à craindre d’être mis en cause…Ils auraient alors fait pression sur les prostituées… pour créer une diversion… la démonstration des mensonges des anciennes prostituées décrédibilisant ensuite l’ensemble de leurs témoignages… De l’investigation du juge Lemoine… pourrait peut-être venir une part de vérité... Le milieu ? Il n’apparaît pour l’instant qu’en filigrane, mais son ombre plane sur l’affaire Alègre. Deux « détails » [systémique signaux faibles] l’attestent : … « le Chinois »… a influencé Patrice Alègre pour qu’il change d’avocat et désigne Me Gilbert Collard. Mihère aurait même annoté certains PV… (Alègre) ne quitte pratiquement plus sa cellule depuis l’incarcération de Pascal Payet, autre personnalité du milieu marseillais… le tueur en série a fait savoir à plusieurs reprises qu’il craignait pour sa vie, y compris en prison. Sans dire pourquoi. LE MILIEU EXERCERAIT-IL DES PRESSIONS SUR ALEGRE, COMME SUR « PATRICIA » et « FANNY », AFIN QUE LEURS TEMOIGNAGES ORIENTENT LES ENQUËTEURS DANS UNE AUTRE DIRECTION QUE CELLES DE SES VERITABLES ACTIVITES (prostitution et drogue) DANS LA REGION TOULOUSAINE… Cette piste… ne peut être écartée. »

[Question systémique pour Decouty : pourquoi Me Colliard, s’il est bien arrivé par le Chinois, a-t-il commencé par défendre Baudis, comme d’ailleurs le nouvel avocat de Fanny, défenseur de Perletto, caïd du Var, dont Payet est proche ?]

Le Nouvel Obs du 25/9/03 (Etchegoin et pas Vigoureux http://216.239.59.104/search?q=cache:k4Ll_adGKL0J:www.absolufeminin.com/dossiers/dossier50ss.html+%22Marie-France+ETCHEGOIN%22&hl=en&ie=UTF-8 http://www.google.com/search?hl=en&ie=ISO-8859-1&q=%22Marie-France+Etchegoin%22+franc-ma%E7onnerie+Marseille&btnG=Google+Search ) présente le dossier d’instruction [il serait bon de préciser d'où parle le Nouvel Obs : qui a fourni le dossier ?] dans sa totalité dans la ligne « recadrage » : « Dès le 12 mai un nouveau groupe d’enquêteurs est constitué (autour de l’adjudant-chef Patrick Mouret, lui aussi issu de la cellule Homicide 31… C’est à ce groupe qu’appartient le gendarme Majesté qui signale très vite (PV …du 14 mai que « Patricia est décrite par sa mère comme une affabulatrice »… "Les albums établis dans l’urgence au cours de l’enquête préliminaire ne présentent pas les garanties suffisantes de par leur nature sélective", écrira, le 17 juillet, François Heinisch, l’un des substitut de Toulouse qui suit l’affaire [ce qui paraît contredire le Point]… (La sœur de Fanny l’) « accuse d’avoir brisé son ménage. »… LES 13 ET 14 MAI (dès le lendemain donc de la mise en place de la deuxième équipe d’enquêteurs !), elles [PATRICIA ET FANNY] s’en vont frapper à la porte de la brigade d’Artix, dans les Pyrénées-Atlantiques… M.André Labarrère, M.Douste-Blazy et M.Baudis seraient impliqués dans une affaire de pédophilie. Elles précise que des séances sadomasos allant jusqu’à la mort se déroulaient tout en étant filmées. Elle nous déclare verbalement que la petite Marion ainsi que d’autres corps seraient enterrés dans 12 mètres de béton sous l’autoroute… [Patricia] est terrorisée, elle tremble à la limite de l’affolement et de la panique. » [SELON LE POINT DU 6/6/03 p 67, ALEGRE "TREMBLE LITTERALEMENT DE PEUR... SA PEUR ETAIT PERCEPTIBLE EXPLIQUE Me LAURENT BOGUET..." (la veille le tueur en série a écrit à Karl Zéro et il vient avouer pour Galbardi et Martinez)…]… il précise [Djamel] qu’il a assisté à des scènes de mise à mort d’adultes et d’enfants (dont la petite Marion) qu’il était chargé de filmer…. [ A Florence Bouquillat, de France 2 , dont l’évolution de carrière devra être suivie suite à l’Arrêt sur images du 21/9/03] « Djamel, attention c’est très chaud. IL NE FAUT PAS QUE TU LE VOIS, C’EST TRES DANGEREUX. ATTENTION, LA TU TOMBES DANS AUTRE CHOSE. » Elle s’est mise à sangloter en me disant de na pas y aller [Le fait est que Djamel est mort dans les meilleurs délais]… Fais-lui parler de Marion, je t’en supplie (…) C’est pas des conneries ce que dit Djamel [qui est en prison et qui a reconnu avoir tout inventé ! LE NOUVEL OBS/ETCHEGOIN OUBLIE DE MENTIONNER A CET ENDROIT QU’IL A RECONFIRME SES DIRES, MIS EN CAUSE DES GENDARMES POUR SA RETRACTATION [lesquels ?] ET QU’IL EST MORT AVANT DE VOIR LE JUGE COMME LE GENDARME JAMBERT]

En systémique, Patricia tremble le 13 mai quand elle parle des enfants, Alègre tremble le 30 quand il avoue : SI C'EST UNE INTOX, IMPOSEE PAR LES POLICIERS DU KARAOKE OU ROUSSEL, ILS DEVRAIENT ETRE DETENDUS, la Justice en France en théorie ne tue pas. Mais si c'est vrai, et en référence aux affaires Dutroux, Angers, à Le Floch-Prigent, aux témoignage des psychiatres américains, ils ont toutes les raisons d'avoir peur : Djamel qui a finalement maintenu son témoignage d'enfant-victime est mort dans les meilleurs délais et c'était systémiquement prévisible. "Il y a un psy qui le connaît bien c’est le Dr Zagury. Il m’a dit un jour que dans ce profil là, il fallait aussi que l’on s’intéresse à des mineurs... Ca, Alègre a toujours nié. Si l’on découvrait un meurtre de mineur dans son parcours, la peine incompressible de surêté passerait de 22 à 30 ans. Il resterait huit ans de plus en prison." http://www.armees.com/breve.php?id_breve=247

… (l’achat de la voiture de Fanny a été effectué avant l’interview, payé par M.Malaussena producteur à Canal + qui a donné son permis de conduire ( ?) )…»

L’Express du 25/9/03 titre en couverture « Manipulations, intox, machination. Les dessous de l’affaire Baudis ». En pages 80-88, l’Express procède à un « recadrage » ( « On trouve là un fantasme récurrent des affaires d’abus sexuels et de pédophilie, qui veut que les « puissants » locaux abusent toujours des « faibles » dans une totale impunité. » : ce leitmotiv négationniste récurrent est contredit par le Nouvel Obs pour l’affaire Dutroux, par le Nouvel Obs avec Vigoureux pour Auxerre-Appoigny et le livre du journaliste de l’Yonne-Républicaine où Dunand confirme l’existence d’un réseau à la fois de notables et international, pour Nice le journaliste est mort avant de publier son livre) intelligent et documenté qui pose les questions systémiques suivantes : à ce niveau de précision quelles sont les sources du dossier (d’où parlent les journalistes http://www.google.com/search?hl=en&lr=&ie=ISO-8859-1&q=%22Jean-Marie+Pontaut%22+%22Francis+Szpiner%22+%22l%27%C9tat+hors+la+loi%22&btnG=Google+Search)? pour le point du 14 mai, que s’est-il passé de décembre au 8 janvier, que signifie concrêtement « caractère d’une extrême gravité », le juge Lemoine (phrase de Raimond le cathare : « Il émanait de ce personnage une violence allègre… »), le substitut Heinisch (qui apparaît pour la première fois), Roussel, le psychiatre Penin (« qui manquera lui-aussi singulièrement de discernement » : sur ce point le scénario Toulouse duplique Dutroux [voir la post-face du psychiatre Reisinger dans « Silence on tue des enfants »]) sont mis en cause : systémiquement y a-t-il duplication du scénario du recadrage de l’affaire Dutroux ? la mise en cause de Patricia pour complicité avait été évoquée à l’arrivée des recadreurs : si c’est le cas, il y a bien eu des crimes. Fanny appelle les gendarmes persuadée d’être suivie par des tueurs : la mort de Djamel, les morts collatéraux listés par le Monde et le Point [systémique Dutroux, Auxerre-Appoigny, Nice], le fait que l’ex-avocate de Fanny dise qu’elle a peur, l’arrivée d’un tueur dans la prison d’Alègre qui ne sort plus, posent la question systémique de la présence d’exécuteurs. Le point « … cette phrase terrible de Patricia, placée devant ses contradictions : « J’avais l’impression que vous vouliez entendre certaines choses, alors je les ai dites, même s’il s’agit de conneries… » ne peut-il s’appliquer dans tous les sens ? « des moyens considérables sont déployés pour protéger les filles » : la réalité concrête est que Djamel qui avait maintenu son témoignage sur le volet pédocriminel est mort ? L’Express mentionne 200 dossiers non élucidés : d’autres chiffres sont mentionnés, quel est le bon ? Me Szpiner [ http://www.reffait.net/ http://www.google.com/search?hl=en&ie=ISO-8859-1&q=Szpiner+Borrel&btnG=Google+Search http://www.google.com/search?hl=en&ie=ISO-8859-1&q=Voirain+Szpiner+Bongo&btnG=Google+Search http://www.google.com/search?hl=en&ie=ISO-8859-1&q=Voirain+Szpiner+Bongo&btnG=Google+Search http://216.239.59.104/search?q=cache:O1qsBiHFGLkJ:www.teleologie.org/deboard/6074.html+%22Francis+Szpiner%22&hl=en&ie=UTF-8]« Tous les gendarmes n’ont pas failli dans cette affaire … » : lesquels ont failli, lesquels n’ont pas failli, pourquoi ? (idem pour Dutroux, pour Auxerre-Appoigny, Grasse et Toulon) Voirain a-t-il failli en allant valider l’élection de Bongo (cf « Une guerre » de Lorenz et « Secrets d’Etat d’un Président" de Bassi) http://216.239.59.104/search?q=cache:Ij_eY6gdsL4J:www.bdpgabon.org/ancien_site/bdp/president1-98.htm+%22Francis+Szpiner%22&hl=en&ie=UTF-8 http://www.google.com/search?hl=en&ie=ISO-8859-1&q=Voirain+Szpiner&btnG=Google+Search ? Roussel sera-t-il « déchu professionnellement » comme Jambert ? Rousselet dans « Renseignements Généraux. La machine à scandale » mentionne que des articles de presse sont télécommandés : cet article a-t-il été alimenté par les « recadreurs » [systémique affaire Dutroux] ? « la médiatisation de l’affaire constitue la meilleure protection contre un enterrement de l’« affaire de Toulouse » » : ou la meilleure garantie de survie ? en fait les gendarmes d’Homicide 31 ont précisé au Nouvel Obs qu’ils n’avaient aucune intention de se suicider. La mort de Djamel et la systémique des morts collatéraux de l’affaire Dutroux, Auxerre-Appoigny (dont la mort du gendarme Jambert « déchu professionnellement »), Nice-Grasse questionnent. Le scénario est-il ? : on est déchu professionnellement et le suicide devient « naturel ». Enfin « engrenage infernal » : les circuits SM décrits par le Point, les morts collatéraux mentionné par le Point, la mort de Djamel témoin pour les mineurs (il avait cet âge à l'époque), l’analyse fine de Decouty dans le Figaro et la question sur le rôle de la filière mafieuse, dessinent un système ? la pénétration de la filière mafieuse dans «la République occulte (Eva Joly) » mentionnée par les commissions parlementaires Montebourg (qui fait l’objet lui-aussi de menaces de mort à répétition) incite à la prudence et à la minutie, surtout après les palinodies Dutroux, Auxerre-Appoigny et la mise en cause de de Montgolfier qui a fait passer les enquêtes sur les morts suspectes de 3 à plus de 50 par an (en se faisant descendre [est-ce neutre ? cf la systémique inverse des affaires Vito, Voirain et Verita], par la régulation de la régulation)

Une information p 84 « Patricia porte des cicatrices de brûlures de cigarette sur les bras », comme Fanny selon Libé…, comm Magali au niveau des seins selon le Point du 19/9/03 p 62.

Le Figaro du 24/9/03 mentionne que l’analyse de l’ADN d’un substitut est lancée. En référence aux antécédents (autopsies bidon) qu'est-ce qui en garantit l'honnêté ? précision d’autant plus indispensable qu’un substitut a participé au traitement de l’une des morts en cours d’investigation, morts dont le Figaro a disséqué le traitement étonnant en particulier en ce qui concerne les expertises.

Djamel (affaire Alègre-Toulouse) se suicide moins d'une semaine après Chantal Guéroult (affaire Bédier). Il avait maintenu son témoignage sur le volet pédocriminalité de l'affaire Alègre-Toulouse. Sa mort était systémiquement prévisible. Masse, l'ancien propriétaire de la maison des Noés est mort en mai : quel est le résultat de son autopsie ? Alègre et des fonctionnaires régaliens vont-ils mourir ? Il y a beaucoup de monde dans le circuit. http://www.google.com/search?hl=en&ie=ISO-8859-1&q=Djamel+mort+Al%E8gre&btnG=Google+Search http://www.nouvelobs.com/articles/p2017/a205777.html

Le Nouvel Obs, l’Express et le Monde (24/9/03 « L’enquête des gendarmes [les « recadreurs » ou Roussel/Homicide 31 ?] démonte une à une les accusations de « Fanny » contre M.Bourragué. ») suivent au fil de l’eau (avec des dossiers construits et fournis et, pour le Monde, le témoignage d'un ancien supérieur de Roussel qui ramène à lui-même les aveux d'Alègre) la ligne « recadrage ». Selon le Nouvels Obs du 25/9/03 pVII : "... les gendarmes [lesquels ?] dans leur PV de synthèse du 5 juillet... font enfin cette remarque capitale : Sa fréquentation (celle d'Alègre] des "prostituées, proxénètes, établissements de nuit" n'a pu être "confirmée"... " Rejoue-t-on novembre 1991 ? En face de 160 à 200 meurtres et disparitions, la prise de position vaut d'être enregistrée pour l'avenir... Midi Libre 15/6/03 p17 : "... en 1987... il aurait [Alègre] commis le premier meurtre dont la justice le soupçonne : celui d'une prostituée, Josette Legoy, pour lequel il a été mis en examen le 30 mai 2002..." Point 19/9/03 p 62 : «… un nouveau témoin jette le trouble. Magali… porte plainte contre l’Etat français pour « faute lourde et déni de justice ». Son avocat bordelais, Me Daniel Lalanne pose la question qui dérange : POURQUOI LES GENDARMES CHARGES DE L’ENQUETE PUIS LA JUSTICE ONT-ILS OCCULTE LES SEVICES SEVERES ET LES DEUX VIOLS DONT ELLE A ETE VICTIME EN NOVEMBRE 1991 ? … UNE INFORMATION EST OUVERTE POUR « PROXENETISME AGGRAVE »… LAKHDAR MESSAOUDENE, SON PROXENETE… ELLE FERA 12 JOURS D’HOPITAL. UNE EXPERTISE MEDICALE ORDONNEE AU MOIS D’AOUT REVELE « LA PRESENCE DE CICATRICES ANCIENNES, DES MARQUES DE BRULURES DE CIGARETTES AU NIVEAU DES SEINS, COMPATIBLES » AVEC LES ACTES AVANCES PAR LA JEUNE FEMME. ELLE NOTE PAR AILLEURS DES TRACES « AUX AVANT-BRAS CARACTERISTIQUES DES PRATIQUES SADOMASOCHISTES » QUI NE PEUVENT ETRE « DE L’AUTOMUTILATION »… OUTRE SON PROXENETE, ELLE ACCUSE PATRICE ALEGRE ET « UNE PERSONNALITE »…

Le Figaro (Decouty et sa synthèse toute en finesse) et le Point du 26/9/03 p choisissent la voie systémique, tout en s’obligeant à des courbettes convenues au « recadrage ». LE POINT EST EN MEME TEMPS LE PREMIER A NOTER LE LIEN ENTRE LE NOUVEL AVOCAT DE FANNY, PATRICIA ET PERLETTO. En ce sens le story-telling et l’OODA percutent. Il ne sera pas possible de « suicider » tous les intéressés des années 90 (l’article documenté et fin du Point sur les réseaux SM de Toulouse a dressé la toile de fond et listé les premiers morts collatéraux ; il est utilement complété par l’article aussi documenté et fin de Lyon Mag sur la SM à Lyon et ses morts étouffées y compris par des médecins) et lorsque le premier maillon de la chaîne craquera tout le système s’écroulera… ou alors nous saurons tout dans 10 ans comme pour Mazarine et la prostate (sauf que 160 à 200 morts sont en jeu)…

Point 26/9/03 p 72 : « … entre 1989 et 1992 Patricia et Fanny et bien d’autres prostituées se sont retrouvées mêlées à une série de meurtres sans auteurs, des décès hâtivement classés en « suicide » et des disparitions inexpliquées… S’agissait-il d’incompétence ou, plus grave, de réseaux d’influence ?… Line Galbardi… Par deux fois… [Alègre]… a avoué, par deux fois il s’est rétracté… Un subsitut… est présent sur les lieux du crime… LES POLICIERS ET LES MAGISTRATS DE L’EPOQUE ONT PERDU LA MEMOIRE… Line Galbardi… avait [un protecteur]… Lakhdar Messaoudène… expulsé vers l’Algérie en août 1995, COMME SI ON AVAIT VOULU L’ELOIGNER [IL A CHANGE DE PRISON : VA-T-IL SE SUICIDER ?]… Aujourd’hui l’ombre du milieu plane sur l’affaire Alègre… changement du comportement du tueur en série à l’arrivée de Seysses… un proche de Franck Perletto, un des chefs supposés du milieu varois… L’AVOCAT DE CE DERNIER, JEAN-CLAUDE GIUDICELLI, EST AUSSI DEPUIS PEU LE CONSEIL DE FANNY… le « Chinois » avait écrit à Me Collard pour lui recommander Patrice Alègre… SUR LE PROCES-VERBAL DU 12 MAI 2003, PATRICIA EXPLIQUE AU JUGE LEMOINE QU’ELLE A OBTENU GRACE AU CAID UNE « PLACE A SAINT-LAURENT-DU-VAR … »… L’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE CRAINT QUE LE TUEUR EN SERIE NE SE SUICIDE. CETTE INQUIETUDE EST D’AUTANT PLUS FORTE DEPUIS LA MORT DU TRAVESTI DJAMEL . » LA SYSTEMIQUE DU « RECADRAGE » ET DU TRAITEMENT DES PARTIES CIVILES [en référence à l’ADHY, au fils Vito, à l’affaire Dutroux… ] VA ETRE A SUIVRE DE PRES. IL NE SERA PAS POSSIBLE DE RENOUVELER A REPETITION LES SCENARIOS RECADRAGE http://www.angelfire.com/wizard/solidaires/Alegre.html . http://216.239.59.104/search?q=cache:tjDHofW71ikJ:www.investigateur.info/news/articles/article_2003_06_2_danger.html+Djamel+mort+Al%C3%A8gre&hl=en&ie=UTF-8

Monde 23/10/03 p 12-13 : « … Je ne la comprends plus, elle change d’avis comme de chemise : (…) elle est complètement manipulée » a expliqué « Patricia » au juge Perriquet, le 9 octobre au sujet de « Fanny »… « Je maintiens pour ma part l’avoir connue en 1990-1992, sur le trottoir. »… LES DIVERGENCES DE VUE SONT NOMBREUSES ENTRE LE JUGE SERGE LEMOINE, CHARGE D’ENQUETER SUR LES MEURTRES IMPUTES A PATRICE ALEGRE, ET SON COLLEGUE THIERRY PERRIQUET. Michel Roussel, l’adjudant de gendarmerie, qui a retrouvé les ex-prostituées, partageait une ancienne complicité avec le juge Lemoine. Ses méthodes ont pourtant été mises en cause par M.Perriquet, qui l’a entendu le 9 octobre. « Je ne pense pas que l’on puisse mettre en cause les enquêteurs, tout cela se déroule dans des conditions extrêmement difficiles, mais transparentes », relève le procureur, M.Bréard. M.PERRIQUET SE RETROUVE ESSEULE [sic], malgré le renfort d’un deuxième magistrat dans le volet « proxénétisme », Nicole Bergougnan [dont la Chancellerie avait annoncé prématurément le retrait de l’affaire… ]… Le 14 mai, l’adjudant Michel Majesté était chargé de rédiger un procès-verbal d’analyse et de constatations… DESTINATAIRE DE CE PROCES-VERBAL PREMONITOIRE, MME BERGOUGNAN A POURTANT MIS EN CAUSE, SELON UN PROCES-VERBAL DE SYNTHESE PARTIELLE DU 5 JUILLET, « L’OBJECTIVITE DE SON REDACTEUR » [sic]… « … C’est avec le concours de la Croix-Rouge, contactée par M.Bréard [procureur de Toulouse], que son déménagement [celui de Fanny] a été organisé. » … Deux groupes d’enquêteurs ont été finalement créés à la gendarmerie pour travailler sur l’affaire Alègre [scénario affaire Dutroux]. Des jalousies se sont fait jour, et bientôt des sarcasmes sont venus quand Michel Roussel a été désavoué par « Fanny »… [pour M.Bourragué] « « Fanny », c’est une menteuse pathologique. Ces filles sont manipulées, on leur a dicté leur histoire [ Fanny est ou menteuse pathologique ou manipulée : elle ne peut être les deux. La question de fond est : qui manipule Fanny aujourd’hui ?]… LE ROLE DU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE, C’EST D’ABORD DE CALMER LE JEU. [le peuple français souverain pourrait penser que c’est de le représenter pour que justice soit rendue]… JE M’ETAIS EGALEMENT ATTAQUE AUX INTERETS DE LA FRANC-MACONNERIE… lui a-t-on demandé [à Roussel] de ne rien vérifier… PATRICE ALEGRE N’EST PAS LA POUBELLE CRIMINELLE DE LA REGION TOULOUSAINE. [il y a 160 à 200 morts ou disparitions en jeu selon les médias !]… [Jean Volff] « Il n’est pa exclu qu’il puisse y avoir des policiers ripoux, ou un substitut ripou. Mais prétendre l’existence d’un réseau, c’est incohérent. »… « SI CERTAINS MEURTRES ONT ETE RECLASSES EN SUICIDES, CE N’EST JAMAIS LE MEME MAGISTRAT QUI ETAIT DE PERMANENCE… QU’ON NE ME PARLE PAS D’UN RESEAU DE COMPLAISANCE. »… DES POLICIERS SONT TOUJOURS ACCUSES D’AVOIR TOUCHE DES ENVELOPPES [le Monde mentionne que l’IGPN ne pouvait pas rencontrer les ex-prostitués qui se sont constituées partie civile : cela signifie-t-il que des parties civiles ont été acceptées ? La presse a annoncé le rejet de celles de Patricia et Fanny : y a-t-il eu trop de parties civiles pour les rejeter toutes ?]… Le juge Perriquet dispose d’autres témoignages [que Fanny]. Georgette T…. Patrick S…. [pour le juge Bergougnan] Isabelle L… Nadia C…. « Patricia »… Z. a pris sa retraite le 15 septembre [1992 ou 2003 ?]…"

TéléCinéObs 17/9/03 p26 Dimanche 21 septembre 22h40 France 2 Documentaire. "Faites entrer l'accusé : Pierre Chanal, les disparus de Mourmelon". "Cette nouvelle édition... DEMONTE LES ENORMES INCURIES DE L'ENQUETE..."

Figaro 3/10/03 p 11 : « Fermé comme un poing… Baudis… s’est mué en guerrier implacable. La « pieuvre » qui l’a sali et qui a cherché à l’étouffer, il la tuera… »

Monde 13/11/03 p 12 : « S’estimant « humiliée », l’ex-prostituée « Fanny » refuse d’être entendue par un des juges de l’affaire Alègre. Elle annonce qu’elle ne se rendra pas à une confrontation organisée par Thierry Perriquet et souhaite « changer de juge ». Son avocat estime que le magistrat n’est « pas équitable ». [les scénarios de ce type suite aux affaires Murciano, Lévy, Calliet, Jodet… vont se multiplier jusqu’à l’explosion de la bulle]… selon Me Guidicelli, « … Quand M.Bourragué parle, ON NE VERIFIE RIEN… POUR MA PART, JE ME REFUSE D’ALLER A TOULOUSE [ ?]… Ce n’est pas une fuite mais la recherche d’un débat loyal… Ma cliente serait disposée à répondre aux questions que pourrait Mme Nicole Bergougnan », la juge cosaisie avec M.Perriquet [celle dont le Ministère de la Justice avait mentionné un peu trop vite qu’elle se retirait de la procédure]… »

Point 16/1/04 p58 "Les confessions d'un gendarme". Affaire Alegre. Michel Roussel, parti précipitamment à la retraite parle... "Pièces à conviction" diffusé le 29/1/04 sur France 3 et livre chez Denoël le même jour... ""Si j'étais resté, j'aurais trahi mon honneur, mon passé..."... C'est un autre groupe de gendarmes qui sera chargé des vérifications. Des gendarmes dont Michel Roussel critique les méthodes dites de "tamisage". "Vous êtes témoin. LA PERSONNE QUI RECOIT VOTRE DECLARATION DECIDE DE CE QU'ELLE PREND OU DE CE QU'ELLE NE PREND PAS. DE QUEL DROIT ? ET LE MAGISTRAT AU-DESSUS, IL FAIT COMMENT ? CELA FAUSSE TOTALEMENT LA MACHINE." Les confessions de Michel Roussel font partie des nombreux témoignages inédits que révèle l'enquête de "Pièces à conviction". Une enquête qui pointe LES GRAVES LACUNES QUI ONT ENTOURE PLUS DE VINGT ASSASSINATS, CLASSES A L'EPOQUE EN SUICIDES OU AYANT FAIT L'OBJET DE NON-LIEUX."

Aujourd'hui en France 23/1/04 p 1 à 3 (repris par France-Info) : "191 mortes ou disparues. Les accusations du gendarme Roussel... La rage de Michel Roussel est bien pire. Elle est froide, réfléchie, immense [les françaises et les français non-bobos-échangistes-SM partagent cette rage froide]... lex-adjudant VEUT DESORMAIS AIDER LES FAMILLES DES VICTIMES D'ALEGRE A "POURSUIVRE LES ENQUETES". CEUX QUI LE CROYAIENT PARTI SE TROMPAIENT ENCORE [bien au contraire, il est libre, mais on peut faire le pari systémique au 24/1/04 qu'il sera assassiné, comme Alègre avec ou sans évasion, et les témoins de l'affaire Alègre (dont on attendra les vrais rapports d'autopsie selon le modèle du début des années 90 et le modèle Borrel, avant l'intervention de la veuve du magistrat elle-même magistrate, et qui seront incinérés comme les victimes de Ciudad-Juarez sont dissoutes à la chaux)]... C'est au nom des victimes d'Alègre... "qu'il a décidé de ne jamais lâcher"... Accablant, son témoignage fait état d'une "lente neutralisation" de la cellule... Sur le volet "notable", Michel Roussel dessaisi du dossier au profit d'une deuxième équipe [scénario affaire Dutroux], affirme ici QU'IL AURAIT FAIT L'INVERSE DE CE QUI A ETE FAIT... entre 1985 et 1997, il y a eu sur Toulouse 191 cas de disparitions et morts suspectes DE FEMMES [le silence des féministes est étrange et on attend une commission d'enquête parlementaire : sommes-nous à Ciudad-Juarez ?]... IL FAUT ENQUETER SUR CES 191 CAS... tout a éclaté avec l'apparition des "notables". Le raz de marée a tout emporté. JE SAIS MAINTENANT QUE CES DOSSIERS SONT ENTRAIN D'ETRE REFERMES LES UNS APRES LES AUTRES [la non-poursuite des assassinats des sociétés secrètes a été la caractéristique de la phase prétotalitaire durant l'entre deux-guerre au Japon et en Allemagne]... Tout ce que je raconte est non seulement vrai, mais aussi largement en deça de ce qui s'est passé... des meurtriers sont aujourd'hui en liberté. Ne pas enquêter sur ces 191 disparitions, c'est ne rien faire contre eux. Avec ce genre de raisonnement, Alègre a ainsi pu tuer en toute impunité pendant dix ans !... Il y a un psy qui le connaît bien... Il m'a dit un jour qu'avec ce profil là, il fallait aussi QUE L'ON S'INTERESSE AUX MINEURS... CA ALEGRE L'A TOUJOURS NIE. SI L'ON DECOUVRAIT UN MINEUR DANS SON PARCOURS, LA PEINE INCOMPRESSIBLE PASSERAIT DE VINGT-DEUX ANS A TRENTE ANS. IL RESTERAIT HUIT ANS DE PLUS EN PRISON... Un de ses anciens amis m'a averti. Il m'a dit : "Faites attention, PATRICE S'EVADERA."... Patricia et Fanny... s'appellent en fait Christèle et Florence... Le seul point commun qu'elles ont eu pendant des semaines, c'est d'être terrorisées. Elles répétaient tout le temps : "Arrêtez, vous ne savez pas où vous mettez les pieds."... Quand elle m'a raconté des scènes de viol au tribunal, je l'ai tout de suite mise dans une voiture et nous sommes allés chez un magistrat. C'est devant lui qu'elle a tout raconté. Là encore, je n'étais pas seul... j'ai toujours dit à Florence et Christèle : "attention, si vous racontez n'importe quoi, vous serez poursuivies."... Le capitaine... m'a demandé si j'avais envoyé le procès-verbal de Fanny au juge Lemoine... Il m'a demùandé d'aller le récupérer. Le juge Lemoine, qui est un magistrat exemplaire, m'a dit que cela n'était évidemment pas possible. On m'a reproché d'être "trop près des juges". Ensuite, on m'a dessaisi de ce volet pendant mes congés, en avril 2003... D'ENTREE DE JEU, SELON MOI, L'ENQUETE A ETE SABORDEE... Je sais ainsi qu'une troisième ancienne prostituée, qui n'était en relation ni avec Christèle ni avec Florence, et que moi je n'ai jamais vue, a fait des confidences. Je sais qu"elle a évoqué un repas entre un proxénète et un notable de Toulouse. Le nom de ce notable n'a pas été acté sur le procès-verbal. J'écris aussi dans mon livre qu'elle l'a aussi mis en cause devant une équipe de télévision qui n'a pas diffusé l'enregistrement. Selon moi la justice aurait déjà dû saisir la bande... Je peux vous décrire chaque scène de crime, chaque détail est gravé dans ma tête pour toujours. Ces femmes ont été torturées, brûlées vives... [Alègre] raconte souvent que son protefeuille ne pouvait pas contenir tout son argent et qu'il "perdait des billets" [les chômeurs apprécieront]. Il a été aussi en contact avec Franck Perletto, un parrain présumé du Var... JE VAIS AIDER LES FAMILLES DES VICTIMES. ELLES VIENNENT DE CREER UNE ASSOCIATION ET M'ONT DEMAND2 D'ETRE LEUR "CONSULTANT". SI ELLES ME DEMANDENT DE CONTINUER D'ENQUETER, JE LE FERAIS, BENEVOLEMENT BIEN SUR. ALEGRE EST LIBRE DANS 16 ANS. C'EST DEMAIN... JE N'ABANDONNERAI JAMAIS... J'AI RECU LES REVELATIONS DE QUELQU'UN QUI NE VEUT PAS APPARAITRE, POUR SA SECURITE. C'EST QUELQU'UN QUI N'A RIEN A VOIR AVEC LE MILIEU DE LA PROSTITUTION. CE QU'IL M'A DIT EST EN LIEU SUR. ET C'EST PLUS EFFRAYANT QUE TOUT CE QUE VOUS POUVEZ IMAGINER..."

Hommage à Laurent Valdiguié et à Aujourd'hui en France, "justes de la République".

Pièces à conviction France 3 29/1/04, remarquable de pondération et de fermeté :
Les familles des victimes ont créé une « Association des familles de victimes oubliées » 49 Bd Gambetta à Cahors… Magali et ses parents ont assigné l’Etat pour déni de justice… Son père parle de gestion de rideau de fumée par un fonctionnaire régalien qui l’a accablé de reproches… l’avocat de Magali parle de scandale judiciaire majeur… les agendas de Baudis ont été réclamé par le parquet depuis 6 mois sans suite de la part du juge concerné… L’IGPN n’a rien à signaler mais… a subi des entraves et n’a pas enquêté sur des faits précis mais des rumeurs… Pour Roussel : « La république est en danger. »

Hommage à Roussel et Lucet, « justes de la République ».

Roussel « Homicide 31. Au cœur de l’affaire Alègre. L’ex-directeur d’enquêtes parle. » , remarquable de pondération et de fermeté :
« … Interrogeant un fonctionnaire de police sur la victime et les circonstances de cette mort, le journaliste dit avoir obtenu une réponse qu’il n’oubliera jamais : « T’emballe pas, de toute façon je te fiche mon billet que cette affaire ne sortira jamais. »… Un de ces témoins aurait en sa possession des photos et des secrets plus ou moins compromettants pour les uns et les autres, ce qui lui assurerait une solide « protection »… il s’est adressé en guis de seconde « assurance-vie », à des journalistes auxquels il a parlé de photos qu’il détiendrait « depuis des années ». Il ne nous a livré que des clichés mettant en lumière le comportement sexuel, pour le moins particulier, d’individus qui ne sont cités dans la procédure. A-t-il voulu faire passer un message à d’autres personnages concernés, de près ou de loin, par l’enquête ? … Nous avons perquisitionné chez des pervers détenteurs de films de soirées très spéciales…

Au cours de l’été 2003, alors qu’il n’était pas encore question de mon départ à la retraite, des supérieurs m’ont demandé à deux reprises si j’avais l’intention d’écrire un livre ( !)… Un livre : voilà apparemment ce qu’ils redoutaient le plus. La crainte de l’homme libre…

… je suis indirectement « vengé » par le directeur de l’autre enquête lui-même : il nous informe que le juge Bergougnan [celle dont la Chancellerie avait annoncé trop tôt le départ] critique son travail. La voix blanche il propose d’être retiré de l’enquête. Un autre fait de même. Le lieutenant-colonel refuse. A l’issue de cette réunion, il me fait signer ma demande de mutation…

Les propos… se sont fait confidence. « On » ne nous laisserait pas aller jusqu’au bout : on touchait au pouvoir, au financement des partis politiques par les municipalités ET LA FRANC-MACONNERIE… Jusqu’à présent les filles n’étaient pas vraiment en danger, mais si ça continuait, elles risquaient vraiment de l’être… Aujourd’hui on peut faire tuer quelqu’un pour cinq mille francs. En Belgique, DANS L’AFFAIRE DUTROUX, LES SEULS TEMOINS VIVANTS SONT CEUX QUI ONT ETE TENUS POUR FOUS… Et il vaut mieux passer pour fou que de se faire tuer. Lui-même, on pourrait le faire passer pour fou ou dépressif… [on est aux antipodes de d’Estienne d’Orves, de Maridor, de Guedj, de Marin la Meslée, de Saint-Exupéry…]

En 1995, alos que Patrice Alègre est hébergé chez un ami, une mineure du voisinage remarque plusieurs matins de suite qu’un individu la suit lentement sur le chemin du lycée ou s’embusque dans une 205 blanche. Son père décide de piéger seul l’individu qui menace sa fille. Un matin, il a suivi sa fille discrètement et, dès qu’il a vu la voiture, il s’est précipité sur le capot. A travers le pare-brise, il a distinctement discerné le visage du conducteur qui a immédiatement démarré en trombe, le jetant du même coup à terre. Des années plus tard, le père de l’adolescente, lorsque nous lui avons présenté des photos de Patrice Alègre, a été formel… [ce mode opératoire est celui de Dutroux]

Une femme, officier de police ( !), a envoyé de l’argent à Patrice Alègre et a multiplié les demandes de parloir. Sa hiérarchie s’est toutefois émue de ses démarches…"

France-Soir 28/1/04 p6 : « La justice ouvre à nouveau le dossier d’Edith, morte en 1990, hâtivement classé en suicide après une procédure bâclée… Une jeune femme à moitié dévêtue dans un fossé [à Cintegabelle le fief de Jospin]… L’autopsie incomplète ne révèle pas de viol… les gendarmes du groupe de recherche de Muret… rendent leur copie un an plus tard… Les scellés ont disparu. [combien de pièces ont disparu dans les affaires Alègre, Chanal, Auxerre-Appoigny ?] Des témoins capitaux n’ont pas été entendus. « Il y a eu de graves fautes et tout le monde, enquêteurs, juge et magistrats, sont passés à travers », estime une source proche de l’enquête … « et si à l’époque on avait vraiement mené une bonne enquête, on aurait peut-être pu empêcher la mort d’autres jeunes filles »… LE NOM D’EDITH SCHLEICHARDT EST APPARU PAR HASARD EN SEPTEMBRE 2003 LORS D’UNE CONFRONTATION ENTRE FLORENCE K (« Fanny ») ET MARC BOURRAGUE… L’ANCIENNE PROSTITUEE A FOURNI UN FAIT TROUBLANT. « ELLE DEVAIT SORTIR LE SOIR AVEC LUI QUAND BRUSQUEMENT UN EVENEMENT EXTERIEUR A BOULEVERSE LEURS PLANS »… C’ETAIT LE MEURTRE D’EDITH SCHLEICHER QUI A AMENE LE MAGISTRAT A SE DEPLACER SUR LES LIEUX. MARC BOURRAGUE AURAIT NIE CET EPISODE. LE 11 OCTOBRE 2003, LA DEPECHE DU MIDI PUBLIAIT UN ARTICLE SUR L’AFFAIRE ILLUSTRE PAR UNE PHOTO MONTRANT LE MAGISTRAT SUR LA SCENE DU CRIME. DEVANT CETTE EVIDENCE, L’ANCIEN SUBSTITUT TOULOUSAIN A ENSUITE EVOQUE UN PROBLEME DE MEMOIRE. « C’EST D’AUTANT PLUS ETONNANT QU’IL ETAIT CHARGE DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET FINANCIERES. ON N’OUBLIE PAS CE GENRE D’EVENEMENT », ajoute Jean-Claude Guidicelli. Ce dernier tente aujourd’hui de prouver que sa cliente, témoin contreversé, n’a pas raconté que des choses abracadabrantes. VOILA POURQUOI IL A DEMANDE AU JUGE PERRIQUET DE VERSER LA PROCEDURE SCHLEICHARDT DANS LE VOLET « VIOLS, PROXENETISME ET ACTES DE BARBARIE » DE L’AFFAIRE ALEGRE. LE MAGISTRAT INSTRUCTEUR AYANT REFUSE, IL A SAISI LA CHAMBRE DE L’INSTRUCTION DE TOULOUSE POUR OBTENIR SATISFACTION [un jour quelqu’un fera une analyse comparée du mode opératoire de tous les intevenants régaliens pour les 191 morts et disparus de l’affaire Alègre]… La décision pourrait surprendre. C’est la division nationale pour la répression des atteintes aux personnes et aux biens (DNRAPB), service central de la police judiciaire (PJ), qui enquêtera sur le meurtre d’Edith Schleichardt [s’est-on assuré de la non-appartenance des intervenants à des sociétés secrètes ?]… « Le Parquet souhaitait un service extérieur qui ne puisse être impliqué dans une guéguerre entre les gendarmes et les policiers locaux ET IL VOULAIT EGALEMENT PRESERVER LA POLICE JUDICIAIRE LOCALE », explique un observateur averti. Un nouveau service de police pourrait donc mettre un pied dans l’affaire Alègre, tout comme un nouveau juge d’instruction, puisque Fabrice Rives a été chargé de l’information judiciaire… »

Aujourd’hui en France 3/2/04 p13 : « … Les certitudes de l’ancien juge… devenu député UMP de la Gironde, en poste de 1985 à 1991 à Toulouse… Selon l’enquête de l’époque, Edith Schleichardt est présentée comme une marginale…elle se lève tous les matins pour aller travailler à Pamiers comme secrétaire… L’autopsie ne fait mention d’aucun prélèvement biologique. Le viol n’est même pas envisagé. LES DEUX MEDECINS LEGISTES… ONT DEJA ETE MIS EN CAUSE DANS D’AUTRES AFFAIRES SUSPECTES CLASSEES ELLES AUSSI EN SUICIDE APRES LEUR EXPERTISE.Des dossiers dans lesquels Alègre a été condamné, mis en examen ou soupçonné, comme ceux de Valérie Tariotte, Hadja Darroles, Martine Matias. Pour Edith, les légistes ont conclu à un suicide par intoxication médicamenteuse et délivré le permis d’inhumer avant même que le rapport toxicologique leur soit transmis… le PV de synthèse comporte de nombreuses erreurs de date qui n’ont jamais été relevées… »

LUCET FRANCE 3 12/5/04 19h45 : DES POLICIERS ONT DECLARE A L'IGPN QUE BOURRAGUE ETAIT PRESENT SUR LES LIEUX APRES LA MORT DE LINE GALBARDI ALORS QU'IL N'ETAIT PAS SUBSTITUT DE SERVICE.

Le scénario Boucheron paraît se confirmer. Point 13/5/04 p100 : "Affaire Alègre. A Toulouse, la bataille bat son plein entre gendarmes et magistrats... le cataclysme n'est sans doute pas terminé. La bataille est en partie secrète mais violente. Le 10 mai, le procureur de la République Michel Bréard tire une salve. Il envoie deux missives, l'une au parquet général, avec copie à Dominique Perben, l'autre au directeur général de la gendarmerie , Pierre Mutz. Dans ces courriers, le magistrat s'indigne de sa propre mise en cause et de celle d'un de ses substitut et d'un juge d'instruction dans un "rapport" de gendarmerie... Roussel... "... Je constate que ceux qui m'accusent d'irrégularité sont les premiers à en commettre..."... HEINISCH NE CONNAISSAIT PAS BOURRAGUE. LE PREMIER EST ARRIVE A TOULOUSE APRES LE DEPART DU SECOND. A la chancellerie, les allégations de la gendarmerie jettent un froid. Un conseiller du cabinet de Dominique Perben déclare qu'il s'agit d'une affaire interne à la gendarmerie [les Françaises et les Français ne payent pas des impôts pour financer des problèmes internes face à 191 meurtres ou disparitions avec viols et actes de barbarie]... Michel Bréard... dans un courrier au parquet général, défend l'enquête de Michel Roussel. Conclusion officielle : "Il n'est pas prévu que l'inspection de la justice enquête à son tour."...

Aujourd’hui en France 3/2/04 p13 : «Affaire Alègre. "On fait un mauvais procès au gendarme Roussel" Christiane Vignau-Rabastens, ex-procureur adjointe à Toulouse... Christiane Vignau-Rabastens, 60 ans, est un magistrat en colère. Elle a longtemps supervisé le travail "remarquable" des gendarmes de la cellule "homicide 31" C'st son intuition de femme qui lui a fait rouvrir neuf dossiers criminels où le tueur Patrice Alègre est suspect... Elle dénonce les inerties de la hiérarchie de la gendarmerie. Le patron de la cellule de recherche de Toulouse vient d'être sérieusement recadré par le procureur Michel Bréard pour des déclarations hasardeuses sur le dossier de la mort suspecte d'Edith Schleichardt. Le procureur a alerté la chancellerie sur ces incidents, ce que le ministère a confirmé hier soir... "Aujourd'hui, il y a des dissensions dans la cellule... Il y a bien moins d'effectifs aussi... l'équipe de Roussel... J'étais très satisfaite de leur travail. Il y avait une équipe soudée et motivée, surtout enthousiste pour aller plus loin... Il n'y avait pas d'erreurs de procédure de leur part. On fait un mauvais procès au gendarme Roussel, car c'est un autre gendarme qui reconnaît d'ailleurs avoir signé le procès-verbal antidaté [cela peut-il faire annuler la procédure ?]. ET IL Y AVAIT UN DIRECTEUR A LA CELLULE "HOMICIDES 31", UN OFFICIER QUE JE N'AI JAMAIS VRAIMENT VU TRAVAILLER. C'EST D'AILLEURS LUI QUI M'A DIT UN JOUR... QUE CELA NE VALAIT PAS LE COUP D'ALLER PLUS LOIN, DU TEMPS PERDU, DISAIT-IL. C'ETAIT AVANT LE PROCES DE 2002... JE ME DEMANDE TOUJOURS POURQUOI LE JUGE PERRIQUET N'A PAS SAISI LES AGENDAS DE M.DOMINIQUE BAUDIS... LE GENDARME ROUSSEL EST UN SOLDAT DU RANG. IL N'AVAIT AUCUN INTERET A PORTER ATTEINTE A QUI QUE CESOIT... SUR LES MEURTRES NON ELUCIDES, CELA VA ABOUTIR. POUR L'AUTRE VOLET, JE NE LE CROIS PAS..."

"Nous avons un problème. Il est certain que les légistes ne sont définitivement pas bons à Toulouse", constate Michel Bréard... Deux experts-judiciaires, médecins-légistes, les docteurs Pierre-Marie Bras et Danièle Alengrin sont en cause. ILS ONT NEGLIGE DE RELEVER DES TRACES DE TRAUMATISME SUR CINQ DOSSIERS QUI SE SONT REVELES ETRE DES AFFAIRES CRIMINELLES... L'ACCUMULATION DES FAITS APPARAIT SUSPECTE..." Aujourd'hui en France signale des traumatismes (coups violents au visage) qui font penser à la mort de Marie Trintignant.

Le gendarme Jambert aurait parlé « de faisceau de présomption de fonctionnement en bande organisée ». Le paradigme est-il celui de l’affaire du monstre de Florence ? Les affaires Dutroux-Nice-Antibes, disparues de l’Yonne-Appoigny, Alègre, Ciudad Juarez et monstre de Florence ont-elles un même paradigme fondé sur des sociétés secrètes ? Dans l'affaire "monstre de Florence" magistrat et policier sont mis en examen dans le cadre d'une loge satanique. Monstre de Florence : paradigme des affaires Dutroux, Alègre et disparues de l'Yonne ?
Si c'était le cas, la complicité des plus hauts niveaux de l'Etat relèverait d'un tribunal de Nuremberg ou de Tokyo.

Monde 10/2/04 p10 : "LE PARQUET DE TOULOUSE REFUSE LA MISE EN EXAMEN DE "FANNY" RECLAMEE PAR LE JUGE [PERRIQUET]. Le procureur veut faire entendre des policiers. La relation entre le parquet de Toulouse et le juge Perriquet, en charge des dossiers "viols et proxénétisme" et "témoignages mensongers" dans le cadre de l'affaire Alègre, prend des allures de guérilla judiciaire. Lundi 26 janvier, le procureur de la République adjoint Renaud Soubelet a ainsi refusé au juge Perriquet par voie de réquisition, la mise en examen de 'Fanny", l'ex-prostituée dont les accusations avaient motivé l'ouverture de l'enquête judiciaire... Rien [rien qui inverse le rien des campagnes négationnistes dans l'affaire Alègre] dans le dossier lui-même ne démontre que "Fanny" ait tenu des props volontairement faux à P"atricia", a ainsi indiqué LE PROCUREUR SOUBELET QUI A RAPPELE AU MAGISTRAT INSTRUCTEUR QU'IL CONVENAIT D'"INSTRUIRE A CHARGE ET A DECHARGE DANS UN TEL DOSSIER".... Le procureur de Toulouse, Michel Bréard lui réclame de nombreux actes supplémentaires : "IDENTIFIER LES SUPERIEURS DE MARC BOURRAGUE, ET LES ENTENDRE", ENTENDRE LES PARTIES CIVILES [LES EX-PROSTITUEES] SUR LES ACTIVITES DES POLICIERS DE LA BRIGADE DES MOEURS" OU ENCORE "PROCEDER A TOUTES LES CONFRONTATIONS NECESSAIRES ENTRE LES PARTIES CIVILES ET LES PERSONNES QU'ELLES METTENT EN CAUSE" LE PARQUET ESTIME EGALEMENT QUE LE MAGISTRAT INSTRUCTEUR DEVRAIT ENTENDRE PAS MOINS DE VINGT POLICIERS, DONT CERTAINS N'ONT PAS ETE ENTENDUS DANS LE CADRE DE L'INSPECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE (IGPN) [?], ET LES CONFRONTER LE CAS ECHEANT AUX PARTIES CIVILES [dont ont espère que la vie sera mieux protégée que celle de Djamel : le rapport d'autopsie de celui-ci a-t-il été communiqué et a-t-il fait l'objet de vérifications suite aux autopsies antérieures des affaires Alègre et Borrel ?]. Intimidations physiques. Les ex-prostituées ont affirmé avoir remis des "enveloppes" à plusieurs policiers en poste à Toulouse dans les années 1990. M.Bréard souhaite qu'une confrontation soit organisée entre "Fanny" et un policier, ancien de la brigade des moeurs. L'ex-prostituée l'accusait de multiples pressions et intimidations physiques. Le procureur demande enfin au juge d'auditionner une nouvelle fois Nathalie A. ex-prostituée. La jeune femme avait dénoncé un viol, en mettant en cause Patrice Alègre, l'ancien proxénète Lakhdar Messaoudene et un troisième agresseur, une "personnalité" qu'elle n'avait pas nommée. Ces auditions, souhaitées par le parquet, vont prolonger la durée de l'instruction et provoquent déjà la colère des avocats des personnalités mises en cause dans le dossier Alègre. Me Laurent de Caunes, le conseil de l'ex-substitut Marc Bourragué [présent sur les lieux pour Edith Schleichardt comme l'a prouvé la photo de La Dépêche"], estime que le "parquet s'obstine à ne pas poser les bonnes questions[sic "Comment des professionnels de la police et de la justice peuvent-ils considérer comme possibles des choses ahurissantes ?", s'interroge-t-il, en regrettant une "manifestation incompréhensible du parquet". Pour Me de Caunes "on a ouvert la boîte de Pandore de la calomnie, et on ne veut pas la refermer". Est-il délicat de la part d'un avocat de mettre en cause un parquet ?]

Midi Libre 13/02/04 : "Affaire Alègre. "Patricia" refuse de revenir chez le juge Perriquet... "... qui la traite "comme une coupable" et VEUT "ENTERRER" L'AFFAIRE... je ne veux plus être interrogé par M.Perriquet sans la présence d'un procureur", a déclaré l'ex-prostituée. "Nous considérons aujourd'hui que LE PARQUET A UNE ATTITUDE LOYALE DANS CE DOSSIER ET PAS M.PERRIQUET", a ajouté son avocat, Me Pierre Darribère, en indiquant que le juge devait interroger Patricia "sur réquisition du parquet CONCERNANT LE ROLE DE CERTAINS POLICIERS DANS LES ANNEES 1990-1992", CE QUI N'A PAS ETE FAIT SELON L'AVOCAT."

Aujourd’hui les Femmes 8/3/04 p1, 14 et 15 : « Alègre : pourquoi l’affaire n’est pas finie… Les vraies zones d’ombre de l’affaire Alègre… L’inspection générale de la police est à Toulouse, ce matin pour entendre témoins, enquêteurs et familles de victimes dans trois dossiers précis… un ancien capitaine de police, Alain Vidal, aujourd’hui à la retraite, a décidé de parler pour la première fois et revient sur – selon lui - les curieuses méthodes des policiers dans les années 1990 à Toulouse… Il avait conclu, dès le départ, à un crime [pour Martine Matias], comme l’atteste l’extrait de procès-verbal que nous publions. Ses collègues et sa hiérarchie, contre toute évidence, conclueront au suicide… sous prétexte que la jeune femme avait de la « lingerie noire » et écoutait des disques de Mano Negra, ce qui en faisait une « grande dépressive » !… le meurtre de Martine Matias sera le premier que reconnaîtra Patrice Alègre… Patrice Alègre est déjà soupçonné d’avoir tué, depuis 1985, dix autres jeunes femmes : Martine Escadeillas, Hadja Darroles-Benyoucef (d’abord classé en suicide), Suzanne Mortesagne, Hélène Loubradou (diqparue), Marie Lombrassa (d’abord classé sans enquête), Valérie Réorda, Corrine Lazzari (disparue), Hélène Rodes (d’abord classé en suicide) et Anne-Marie Nayral de Puybusque (disparue). La liste des meurtres est donc loin d’être close… Alain Vidal, ancien capitaine de police à Toulouse… A 11h15, le 11 février 1997, il se rend dans l’appartement de Martine Matias et détecte d’emblée « deux foyers d’incendie » et la « fouille » du logement. Deux indices très suspects. Il évoque un « acte criminel » dans ses conclusions. LE SOIR MEME, L’UN DE SES COLLEGUES, LE LIEUTENENT PORTA, A 20H15, ASSURE QUE L’APPARTEMENT « N’A PAS ETE FOUILLE » ET QUE LE DESORDRE EST « UNE MISE EN SCENE » DE LA VICTIME…UN COMMANDANT DE LA BRIGADE CRIMINELLE, TOUJOURS EN POSTE, M’A DIT : C’EST UN SUICIDE, TU T’ES MIS LE DOIGT DANS L’ŒIL, EN INVOQUANT UNE DECEPTION SENTIMENTALE COMME ARGUMENTS. C’est très faible. J’avais derrière mois trente ans de police et du flair. JE N’AI PAS SUPPORTE CETTE DEFIANCE ET J’AI PRIS UNE RETRAITE ANTICIPEE [comme Roussel]… Arrêtons de jouer les hypocrites. Il n’est pas possible qu’à Toulouse il y ait eu autant de suicides… les faits m’ont donné raison pour l’une des victimes… LE LIEUTENANT QUI A FAIT L’ENQUETE SUR CE DOSSIER A JOUE LE ROLE DE BOUC-EMISSAIRE CAR IL ETAIT DERNIER ARRIVE AU SERVICE ET INFLUENCABLE. MOI, JE DEBARQUAIS, ON N’AVAIT PAS DE PRISE SUR MOI. CERTAINS AVAIENT SANS DOUTE DE BONNES RAISONS DE FAIRE PASSER DES CRIMES EN SUICIDE [ce qui constitue une félonie et une forfaiture par inversion de la fonction régalienne].. IL FAUT SAVOIR QUI TIENT QUI POUR COMPRENDRE. [sommes-nous dans le scénario des chantages vidéos ?]… Aujourd’hui, J’AI REPRIS TOUTE L’ENQUETE A TITRE PERSONNEL [comme Roussel soutient l’association des familles de victimes]. J’AI LA CONVICTION QUE MARTINE MATIAS A ETE EXECUTE SUR COMMANDE. CE N’EST PAS LE MEURTRE D’UN SIMPLE TUEUR EN SERIE COMME ON A VOULU LE FAIRE CROIRE. C’EST UN CONTRAT. SON ASSASSINAT EST LIE AU MONDE DE LA NUIT TOULOUSAINE. MON ENQUETE PROGRESSE [espérons que ni Vidal ni Roussel ne seront assassinés, ce qui constituerait un marqueur validant leurs positions]… Le président de la cour d’assises, Michel Treilles, lors du procès d’Alègre en février 2002 AVAIT VIVEMENT MIS EN CAUSE LE LIEUTENANT PORTA, AUTEUR DU RAPPORT DE SYNTHESE. LE POLICIER AVAIT EVOQUE LA « HIERARCHIE » AVANT DE FUIR LA SALLE EN COURANT… [« L’œil était dans la tombe et regardait Cain » Victor Hugo « La légende des siècles »]

Trois dossiers chauds pour la police des polices… Claude Martinez… un carnet de rendez-vous qui ne figure pas curieusement parmi les scellés détruits en mars 1998. Aucune investigation n’avait été menée sur les noms portés sur cet agenda… Une boucle de ceinturon appartenant au tueur avait été retrouvée sur place… Line Galbardi… MAIS LE PLUS ETONNANT, C’EST L’AMNESIE DES POLICIERS INTERVENUS SUR PLACE CE JOUR-LA POUR DESIGNER LE MAGISTRAT DU PARQUET PRESENT SUR LES LIEUX. L’UN D’EUX, LE COMMANDANT ZERR, A DESIGNE LE SUBSTITUT MARC BOURRAGUE QUI A TOUJOURS NIE TANDIS QUE LA MAGISTRATE DE PERMANENCE CETTE SEMAINE-LA, BLANDINE GROSJEAN, A DECLARE NE PAS S’ETRE RENDUE SUR LES LIEUX. C’EST D’AILLEURS UN AUTRE PROCUREUR, PIERRE VIGNOLLES, QUI A SIGNE LA DEMANDE D’AUTOPSIE… »

Hommage à Vidal, à Ducos, à « Aujourd’hui les Femmes », justes de la République. Les félons, les nouveaux nazis, peuvent trembler : ils passeront un jour en tribunal de Nuremberg et de Tokyo par la volonté du peuple seul souverain.

Monde 6/5/04 titre principal de page 1 : "Alègre : la gendarmerie met en cause sa propre enquête. L'inspection interne accable l'ex-adjudant Michel Roussel et critique le parquet de Toulouse... le 18 février, le juge d'instruction toulousain Thierry Perriquet avait demandé à l'inspection technique de la gendarmerie nationele d'éclairer les conditions dans lesquelles la cellule Homicide 31 avait mené ses investigations... Roussel aurait alors oeuvré en solitaire avec le soutien de MM.Heinisch et Lemoine, deux magistrats du tribunal de Toulouse... Heinisch, substitut du procureur de Toulouse, qui a demandé sa mutation à Rennes... Serge Lemoine, juge d'instruction chargé du volet meurtres de l'affaire Alègre... Aymerich, tout frais retraité de la gendarmerie... : ... Comme Michel Roussel était absent, j'ai établi ce procès-verbal à son nom... je l'ai remis personnellement à M.Heinisch... j'ai dû l'antidater... capitaine Jean-Claude Brunt... Une stratégie d'enquête a été mise en place à laquelle je n'adhérais pas. Je ne veux pas la critiquer aujourd'hui... onze gendarmes sont sortis de leur devoir de réserve pour réfuter les critiques de Michel Roussel... maréchal des logis-chef Stéphane Bonillo... : "Michel Roussel a beaucoup cru en tout ce que pouvaient raconter les filles, a-t-il estimé. Ce sentiment de vérité a été relayé par les magistrats (...) qui, je pense, le confortaient dans ses croyances." M.Roussel... s'est enfin offusqué que son interrogatoire, par le juge Perriquet, en octobre 2003, ait été largement diffusé : "Je n'ignore pas que mon interrogatoire a été adressé à la chancellerie et qu'au cours de la même nuit il est sorti du dossier d'instruction [Perben va-t-il engager une procédure à ce titre ?]

Figaro 6/5/04 page 1 en bas : "Affaire Alègre : l'enquête judiciaire mise en cause [rappel : c'est le Figaro qui a dénoncé la série d'autopsies faisandées]... Le Figaro avait pointé du doigt dès le début de l'année "les Mémoires sélectifs" de cet adjudant à l'occasion de son livre Homicide 31 [lecteur-"ami de 30 ans" du Figaro je recommande la lecture des pages qui concerne ce journal dans "Les frères invisibles" d'Ottenheimer]... Cette enquête sur l'enquête n'a pas été commandée depuis Paris. C'est un juge d'instruction local, Thierry Perriquet qui l'a réclamée le 18 février... Réponse de Roussel à l'inspection sur ce point : "Je n'ai pas le souvenir d'être à l'origine de cette ébauche."... A ses collègues qui le pressent de question, Roussel dit : "Le rapprochement avec M.Bourragué n'a pas été fait par la cellule mais par des magistrats... le maréchal des logis-chef Philippe Dassibat, affirme aux gendarmes inspecteurs : "Certaines informations qui me sont parvenues pourraient laisser penser que la mise en cause de Bourragué arrangeait certains magistrats de Toulouse, qui souhaitaient régler des comptes avec lui pour d'autres faits."... "L'institution ne saurait être confondue avec ces agissements qui relevaient de la seule responsabilité du judiciaire, tonne un très haut gradé. Nous voulons nous-aussi la vérité sur cette affaire."..."

Le peuple français seul souverain aussi : sommes-nous dans un scénario affaires Juppé/Dutroux/disparues de l'Yonne/arsenal de Toulon/Piat/Borrel ? allons-nous finir avec un scénario Boucheron ? Le peuple français seul souverain s'étonne que l'on mette une fois de plus en cause les intervenants efficaces pour le protéger, que l'on ne parle pas des autopsies faisandées à répétiton (le gendarme Jambert aurait parlé de faisceau de présomption de fonctionnement en bande organisée), aimerait avoir l'autopsie de Djamel et des autopsies complémentiaires et indépendates sur le modèle de Borrel et Jambert, en fin de compte , sur le modèle hellénistique, il serait utile pour le peuple français seul souverain que ces procédures soient confiées à des fonctionnaires régaliens scandinaves.

La commande du 18 février suit de quelques jours le refus de Soubelet et la commande de Bréard. Pour muter ces magistrats comme dans l'affaire Juppé, on ne ferait pas mieux. Boucheron s'est fait valider ses délits en attaquant en diffamation le chômeur qui le mettait, à juste titre, en cause. Monde 10/2/04 p10 : "LE PARQUET DE TOULOUSE REFUSE LA MISE EN EXAMEN DE "FANNY" RECLAMEE PAR LE JUGE [PERRIQUET]. Le procureur veut faire entendre des policiers. La relation entre le parquet de Toulouse et le juge Perriquet, en charge des dossiers "viols et proxénétisme" et "témoignages mensongers" dans le cadre de l'affaire Alègre, prend des allures de guérilla judiciaire. Lundi 26 janvier, le procureur de la République adjoint Renaud Soubelet a ainsi refusé au juge Perriquet par voie de réquisition, la mise en examen de 'Fanny", l'ex-prostituée dont les accusations avaient motivé l'ouverture de l'enquête judiciaire... Rien [rien qui inverse le rien des campagnes négationnistes dans l'affaire Alègre] dans le dossier lui-même ne démontre que "Fanny" ait tenu des propos volontairement faux à "Patricia", a ainsi indiqué LE PROCUREUR SOUBELET QUI A RAPPELE AU MAGISTRAT INSTRUCTEUR QU'IL CONVENAIT D'"INSTRUIRE A CHARGE ET A DECHARGE DANS UN TEL DOSSIER".... Le procureur de Toulouse, Michel Bréard lui réclame de nombreux actes supplémentaires : "IDENTIFIER LES SUPERIEURS DE MARC BOURRAGUE, ET LES ENTENDRE", ENTENDRE LES PARTIES CIVILES [LES EX-PROSTITUEES] SUR LES ACTIVITES DES POLICIERS DE LA BRIGADE DES MOEURS" OU ENCORE "PROCEDER A TOUTES LES CONFRONTATIONS NECESSAIRES ENTRE LES PARTIES CIVILES ET LES PERSONNES QU'ELLES METTENT EN CAUSE" LE PARQUET ESTIME EGALEMENT QUE LE MAGISTRAT INSTRUCTEUR DEVRAIT ENTENDRE PAS MOINS DE VINGT POLICIERS, DONT CERTAINS N'ONT PAS ETE ENTENDUS DANS LE CADRE DE L'INSPECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE (IGPN) [?], ET LES CONFRONTER LE CAS ECHEANT AUX PARTIES CIVILES [dont ont espère que la vie sera mieux protégée que celle de Djamel : le rapport d'autopsie de celui-ci a-t-il été communiqué et a-t-il fait l'objet de vérifications suite aux autopsies antérieures des affaires Alègre et Borrel ?]. Intimidations physiques. Les ex-prostituées ont affirmé avoir remis des "enveloppes" à plusieurs policiers en poste à Toulouse dans les années 1990. M.Bréard souhaite qu'une confrontation soit organisée entre "Fanny" et un policier, ancien de la brigade des moeurs. L'ex-prostituée l'accusait de multiples pressions et intimidations physiques. Le procureur demande enfin au juge d'auditionner une nouvelle fois Nathalie A. ex-prostituée. La jeune femme avait dénoncé un viol, en mettant en cause Patrice Alègre, l'ancien proxénète Lakhdar Messaoudene et un troisième agresseur, une "personnalité" qu'elle n'avait pas nommée. Ces auditions, souhaitées par le parquet, vont prolonger la durée de l'instruction et provoquent déjà la colère des avocats des personnalités mises en cause dans le dossier Alègre. Me Laurent de Caunes, le conseil de l'ex-substitut Marc Bourragué [présent sur les lieux pour Edith Schleichardt comme l'a prouvé la photo de La Dépêche"], estime que le "parquet s'obstine à ne pas poser les bonnes questions[sic "Comment des professionnels de la police et de la justice peuvent-ils considérer comme possibles des choses ahurissantes ?", s'interroge-t-il, en regrettant une "manifestation incompréhensible du parquet". Pour Me de Caunes "on a ouvert la boîte de Pandore de la calomnie, et on ne veut pas la refermer". Est-il délicat de la part d'un avocat de mettre en cause un parquet ?]

Midi Libre 13/02/04 : "Affaire Alègre. "Patricia" refuse de revenir chez le juge Perriquet... "... qui la traite "comme une coupable" et VEUT "ENTERRER" L'AFFAIRE... je ne veux plus être interrogé par M.Perriquet sans la présence d'un procureur", a déclaré l'ex-prostituée. "Nous considérons aujourd'hui que LE PARQUET A UNE ATTITUDE LOYALE DANS CE DOSSIER ET PAS M.PERRIQUET", a ajouté son avocat, Me Pierre Darribère, en indiquant que le juge devait interroger Patricia "sur réquisition du parquet CONCERNANT LE ROLE DE CERTAINS POLICIERS DANS LES ANNEES 1990-1992", CE QUI N'A PAS ETE FAIT SELON L'AVOCAT."

« La vendetta française » Coignard p 109-110 : « … A Toulouse, un magistrat instructeur s’interroge en 1997 sur les agissements d’un de ses collègues du parquet, chargé des affaires financières et représentant à ce titre le ministère public au tribunal de commerce. Il se heurte à une chape de plomb… Aujourd’hui, Laurent Nion, le juge d’instruction qui émettait auprès de sa hiérarchie des réserves sur le comportement de Marc Bourragué, est de nouveau écouté par ses collègues. En juin 2003, Serge Lemoine, chargé de l’information judiciaire sur d’éventuels nouveaux asssassinats commis par Patrice Alègre ; l’a entendu « en off »… Laurent Nion voit débarquer les fameux inspecteurs du ministère de la Justice… Deux ans après la première, il est l’objet d’une seconde inspection. Seul Jean-Pierre Murciano a eu droit à un traitement équivalent !… »

FIGARO 11/5/04 p11 : "AFFAIRE ALREGRE MEURTRE MAQUILLE EN SUICIDE. EDITH SCHLEICHARDT, JEUNE FEMME RETROUVEE MORTE EN 1990 EN HAUTE-GARONNE ET DONT LA MORT AVAIT ETE CLASSEE EN SUICIDE, A ETE VICTIME DE COUPS EXTREMEMENT VIOLENTS AU VISAGE, SELON LES PREMIERS RESULTATS D'UNE NOUVELLE AUTOPSIE. EDITH SCHLEICHARDT FAIT PARTIE DES PERSONNES DECEDEES DE FACON SUSPECTE AU DEBUT DES ANNEES 1990 ET DONT LES DECES AVAIENT ETE CLASSES COMME SUICIDE..."

France-Soir 28/1/04 p6 : « La justice ouvre à nouveau le dossier d’Edith, morte en 1990, hâtivement classé en suicide après une procédure bâclée… Une jeune femme à moitié dévêtue dans un fossé [à Cintegabelle le fief de Jospin]… L’autopsie incomplète ne révèle pas de viol… les gendarmes du groupe de recherche de Muret… rendent leur copie un an plus tard… Les scellés ont disparu. [combien de pièces ont disparu dans les affaires Alègre, Chanal, Auxerre-Appoigny ?] Des témoins capitaux n’ont pas été entendus. « Il y a eu de graves fautes et tout le monde, enquêteurs, juge et magistrats, sont passés à travers », estime une source proche de l’enquête … « et si à l’époque on avait vraiement mené une bonne enquête, on aurait peut-être pu empêcher la mort d’autres jeunes filles »… LE NOM D’EDITH SCHLEICHARDT EST APPARU PAR HASARD EN SEPTEMBRE 2003 LORS D’UNE CONFRONTATION ENTRE FLORENCE K (« Fanny ») ET MARC BOURRAGUE… L’ANCIENNE PROSTITUEE A FOURNI UN FAIT TROUBLANT. « ELLE DEVAIT SORTIR LE SOIR AVEC LUI QUAND BRUSQUEMENT UN EVENEMENT EXTERIEUR A BOULEVERSE LEURS PLANS »… C’ETAIT LE MEURTRE D’EDITH SCHLEICHER QUI A AMENE LE MAGISTRAT A SE DEPLACER SUR LES LIEUX. MARC BOURRAGUE AURAIT NIE CET EPISODE. LE 11 OCTOBRE 2003, LA DEPECHE DU MIDI PUBLIAIT UN ARTICLE SUR L’AFFAIRE ILLUSTRE PAR UNE PHOTO MONTRANT LE MAGISTRAT SUR LA SCENE DU CRIME. DEVANT CETTE EVIDENCE, L’ANCIEN SUBSTITUT TOULOUSAIN A ENSUITE EVOQUE UN PROBLEME DE MEMOIRE. « C’EST D’AUTANT PLUS ETONNANT QU’IL ETAIT CHARGE DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET FINANCIERES. ON N’OUBLIE PAS CE GENRE D’EVENEMENT », ajoute Jean-Claude Guidicelli. Ce dernier tente aujourd’hui de prouver que sa cliente, témoin contreversé, n’a pas raconté que des choses abracadabrantes. VOILA POURQUOI IL A DEMANDE AU JUGE PERRIQUET DE VERSER LA PROCEDURE SCHLEICHARDT DANS LE VOLET « VIOLS, PROXENETISME ET ACTES DE BARBARIE » DE L’AFFAIRE ALEGRE. LE MAGISTRAT INSTRUCTEUR AYANT REFUSE, IL A SAISI LA CHAMBRE DE L’INSTRUCTION DE TOULOUSE POUR OBTENIR SATISFACTION [un jour quelqu’un fera une analyse comparée du mode opératoire de tous les intevenants régaliens pour les 191 morts et disparus de l’affaire Alègre]… La décision pourrait surprendre. C’est la division nationale pour la répression des atteintes aux personnes et aux biens (DNRAPB), service central de la police judiciaire (PJ), qui enquêtera sur le meurtre d’Edith Schleichardt [s’est-on assuré de la non-appartenance des intervenants à des sociétés secrètes ?]… « Le Parquet souhaitait un service extérieur qui ne puisse être impliqué dans une guéguerre entre les gendarmes et les policiers locaux ET IL VOULAIT EGALEMENT PRESERVER LA POLICE JUDICIAIRE LOCALE », explique un observateur averti. Un nouveau service de police pourrait donc mettre un pied dans l’affaire Alègre, tout comme un nouveau juge d’instruction, puisque Fabrice Rives a été chargé de l’information judiciaire… »

Aujourd’hui en France 3/2/04 p13 : « … Les certitudes de l’ancien juge… devenu député UMP de la Gironde, en poste de 1985 à 1991 à Toulouse… Selon l’enquête de l’époque, Edith Schleichardt est présentée comme une marginale…elle se lève tous les matins pour aller travailler à Pamiers comme secrétaire… L’autopsie ne fait mention d’aucun prélèvement biologique. Le viol n’est même pas envisagé. LES DEUX MEDECINS LEGISTES… ONT DEJA ETE MIS EN CAUSE DANS D’AUTRES AFFAIRES SUSPECTES CLASSEES ELLES AUSSI EN SUICIDE APRES LEUR EXPERTISE.Des dossiers dans lesquels Alègre a été condamné, mis en examen ou soupçonné, comme ceux de Valérie Tariotte, Hadja Darroles, Martine Matias. Pour Edith, les légistes ont conclu à un suicide par intoxication médicamenteuse et délivré le permis d’inhumer avant même que le rapport toxicologique leur soit transmis… le PV de synthèse comporte de nombreuses erreurs de date qui n’ont jamais été relevées… »

LUCET FRANCE 3 12/5/04 19h45 : DES POLICIERS ONT DECLARE A L'IGPN QUE BOURRAGUE ETAIT PRESENT SUR LES LIEUX APRES LA MORT DE LINE GALBARDI ALORS QU'IL N'ETAIT PAS SUBSTITUT DE SERVICE.

Le scénario Boucheron paraît se confirmer. Point 13/5/04 p100 : "Affaire Alègre. A Toulouse, la bataille bat son plein entre gendarmes et magistrats... le cataclysme n'est sans doute pas terminé. La bataille est en partie secrète mais violente. Le 10 mai, le procureur de la République Michel Bréard tire une salve. Il envoie deux missives, l'une au parquet général, avec copie à Dominique Perben, l'autre au directeur général de la gendarmerie , Pierre Mutz. Dans ces courriers, le magistrat s'indigne de sa propre mise en cause et de celle d'un de ses substitut et d'un juge d'instruction dans un "rapport" de gendarmerie... Roussel... "... Je constate que ceux qui m'accusent d'irrégularité sont les premiers à en commettre..."... HEINISCH NE CONNAISSAIT PAS BOURRAGUE. LE PREMIER EST ARRIVE A TOULOUSE APRES LE DEPART DU SECOND. A la chancellerie, les allégations de la gendarmerie jettent un froid. Un conseiller du cabinet de Dominique Perben déclare qu'il s'agit d'une affaire interne à la gendarmerie [les Françaises et les Français ne payent pas des impôts pour financer des problèmes internes face à 191 meurtres ou disparitions avec viols et actes de barbarie]... Michel Bréard... dans un courrier au parquet général, défend l'enquête de Michel Roussel. Conclusion officielle : "Il n'est pas prévu que l'inspection de la justice enquête à son tour."...

Aujourd’hui en France 3/2/04 p13 : «Affaire Alègre. "On fait un mauvais procès au gendarme Roussel" Christiane Vignau-Rabastens, ex-procureur adjointe à Toulouse... Christiane Vignau-Rabastens, 60 ans, est un magistrat en colère. Elle a longtemps supervisé le travail "remarquable" des gendarmes de la cellule "homicide 31" C'st son intuition de femme qui lui a fait rouvrir neuf dossiers criminels où le tueur Patrice Alègre est suspect... Elle dénonce les inerties de la hiérarchie de la gendarmerie. Le patron de la cellule de recherche de Toulouse vient d'être sérieusement recadré par le procureur Michel Bréard pour des déclarations hasardeuses sur le dossier de la mort suspecte d'Edith Schleichardt. Le procureur a alerté la chancellerie sur ces incidents, ce que le ministère a confirmé hier soir... "Aujourd'hui, il y a des dissensions dans la cellule... Il y a bien moins d'effectifs aussi... l'équipe de Roussel... J'étais très satisfaite de leur travail. Il y avait une équipe soudée et motivée, surtout enthousiste pour aller plus loin... Il n'y avait pas d'erreurs de procédure de leur part. On fait un mauvais procès au gendarme Roussel, car c'est un autre gendarme qui reconnaît d'ailleurs avoir signé le procès-verbal antidaté [cela peut-il faire annuler la procédure ?]. ET IL Y AVAIT UN DIRECTEUR A LA CELLULE "HOMICIDES 31", UN OFFICIER QUE JE N'AI JAMAIS VRAIMENT VU TRAVAILLER. C'EST D'AILLEURS LUI QUI M'A DIT UN JOUR... QUE CELA NE VALAIT PAS LE COUP D'ALLER PLUS LOIN, DU TEMPS PERDU, DISAIT-IL. C'ETAIT AVANT LE PROCES DE 2002... JE ME DEMANDE TOUJOURS POURQUOI LE JUGE PERRIQUET N'A PAS SAISI LES AGENDAS DE M.DOMINIQUE BAUDIS... LE GENDARME ROUSSEL EST UN SOLDAT DU RANG. IL N'AVAIT AUCUN INTERET A PORTER ATTEINTE A QUI QUE CESOIT... SUR LES MEURTRES NON ELUCIDES, CELA VA ABOUTIR. POUR L'AUTRE VOLET, JE NE LE CROIS PAS..."

"Nous avons un problème. Il est certain que les légistes ne sont définitivement pas bons à Toulouse", constate Michel Bréard... Deux experts-judiciaires, médecins-légistes, les docteurs Pierre-Marie Bras et Danièle Alengrin sont en cause. ILS ONT NEGLIGE DE RELEVER DES TRACES DE TRAUMATISME SUR CINQ DOSSIERS QUI SE SONT REVELES ETRE DES AFFAIRES CRIMINELLES... L'ACCUMULATION DES FAITS APPARAIT SUSPECTE..." Aujourd'hui en France signale des traumatismes (coups violents au visage) qui font penser à la mort de Marie Trintignant.

Aujourd’hui en France 14/5/04 p13 : «Affaire Alègre. Un rapport gênant pour le procureur Bourragué [et pour le Figaro, le Monde et France Info : nous passons au scénario affaire Dreyfus/Roussel ]. Un ancien substitut du procureur de Toulouse, Marc Bourragué, 48 ans, aujourd'hui en poste à Montauban (Tarn-et-Garonne), a été identifié, comme le magistrat fantôme ayant supervisé le meurtre de Line Galbardi, une prostituée assassinée en janvier 1992 dans la Ville rose. Une enigme depuis douze ans. "JE NE DEMENS PAS QUE DEUX ANCIENS POLICIERS ONT DESIGNE UN MAGISTRAT, M.BOURRAGUE, QUI ETAIT PRESENT SUR LES LIEUX DE DECOUVERTE DU CORPS DE LINE GALBARDI", CONFIRME MICHEL BREARD, LE PROCUREUR DE TOULOUSE [connaîtra-t-il un scénario "procès Juppé" ?]. L'enquête de l'inspection générale de la police nationale a permis de retrouver deux fonctionnaires de police, qui ont désigné "formellement" Marc Bourragué, l'ancien substitut de Toulouse, alors qu'il a nié être sur les lieux ce jour-là [LE NOM D’EDITH SCHLEICHARDT EST APPARU PAR HASARD EN SEPTEMBRE 2003 LORS D’UNE CONFRONTATION ENTRE FLORENCE K (« Fanny ») ET MARC BOURRAGUE… L’ANCIENNE PROSTITUEE A FOURNI UN FAIT TROUBLANT. « ELLE DEVAIT SORTIR LE SOIR AVEC LUI QUAND BRUSQUEMENT UN EVENEMENT EXTERIEUR A BOULEVERSE LEURS PLANS »… C’ETAIT LE MEURTRE D’EDITH SCHLEICHARDT QUI A AMENE LE MAGISTRAT A SE DEPLACER SUR LES LIEUX. MARC BOURRAGUE AURAIT NIE CET EPISODE. LE 11 OCTOBRE 2003, LA DEPECHE DU MIDI PUBLIAIT UN ARTICLE SUR L’AFFAIRE ILLUSTRE PAR UNE PHOTO MONTRANT LE MAGISTRAT SUR LA SCENE DU CRIME. DEVANT CETTE EVIDENCE, L’ANCIEN SUBSTITUT TOULOUSAIN A ENSUITE EVOQUE UN PROBLEME DE MEMOIRE. « C’EST D’AUTANT PLUS ETONNANT QU’IL ETAIT CHARGE DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET FINANCIERES. ON N’OUBLIE PAS CE GENRE D’EVENEMENT », ajoute Jean-Claude Guidicelli. Ce dernier tente aujourd’hui de prouver que sa cliente, témoin contreversé, n’a pas raconté que des choses abracadabrantes. VOILA POURQUOI IL A DEMANDE AU JUGE PERRIQUET DE VERSER LA PROCEDURE SCHLEICHARDT DANS LE VOLET « VIOLS, PROXENETISME ET ACTES DE BARBARIE » DE L’AFFAIRE ALEGRE. LE MAGISTRAT INSTRUCTEUR AYANT REFUSE, IL A SAISI LA CHAMBRE DE L’INSTRUCTION DE TOULOUSE POUR OBTENIR SATISFACTION [un jour quelqu’un fera une analyse comparée du mode opératoire de tous les intervenants régaliens pour les 191 morts et disparus de l’affaire Alègre]… La décision pourrait surprendre. C’est la division nationale pour la répression des atteintes aux personnes et aux biens (DNRAPB), service central de la police judiciaire (PJ), qui enquêtera sur le meurtre d’Edith Schleichardt [s’est-on assuré de la non-appartenance des intervenants à des sociétés secrètes ?]… « Le Parquet souhaitait un service extérieur qui ne puisse être impliqué dans une guéguerre entre les gendarmes et les policiers locaux ET IL VOULAIT EGALEMENT PRESERVER LA POLICE JUDICIAIRE LOCALE », explique un observateur averti.]. Il y avait un magistrat du parquet que j'ai immédiatement identifié comme étant Marc Bourragué. Je suis affirmatif, il était dans la chambre d'hôtel", a déclaré Alain S..., un ex-capitaine de police à ses collègues de l'IGPN dans un rapport au juge Serge Lemoine. Un premier rapport est déjà arrivé chez son collègue, le juge Perriquet. Ce policier de la sûreté était ce jour-là de permanence "cadavre" et avisé de cette affaire. Un autre policier, un ancien de la sûreté aussi, passé par la PJ, a indiqué à l'IGPN : "Je me souviens très bien. On est arrivé sur les lieux plus tard que la sûreté. La PJ voulait être saisie de l'affaire et on s'est renseigné pour savoir qui était le procureur, on nous a répondu que c'était M.Bourragué. J'en suis sûr." DES TEMOIGNAGES QUI INTERVIENNENT BIEN TARDIVEMENT ALORS QUE CE MAGISTRAT FANTOME EST RECHERCHE DEPUIS DES LUSTRES PAR LE JUGE LEMOINE? QUI A INTERROGE TOUS SES COLLEGUES DE L'EPOQUE. EN VAIN.CELA FAIT DOUZE ANS QUE LE NOM DU SUBSTITUT PRESENT SUR CETTE SCENE DU CRIME EST ABSENT DE LA PROCEDURE... MARC BOURRAGUE, QUI N'ETAIT PAS DE PERMANENCE CE 3 JANVIER 1992, A ECRIT AU JUGE D'INSTRUCTION LEMOINE L'AN DERNIER POUR LUI ASSURER QU'IL NE S'ETAIT JAMAIS RENDU SUR LES LIEUX. "JE NE VOIS PAS L'INTERET DE SE FOCALISER SUR LA PRESENCE OU PAS DE TEL OU TEL MAGISTRAT" COMMENTES SON AVOCAT, Me LAURENT DE CAUNES, QUI SE REFUSE A TOUTE AUTRE ANALYSE. UNE ABSENCE DE SOUVENIRS TROUBLANTE MEME SI, SELON UN AUTRE MAGISTRAT, "ON NE PEUT PAS LUI REPROCHER DE NE PAS SE SOUVENIR, CE QUI N'EST PAS UN DELIT, MAIS CELA S'AJOUTE A D'AUTES CHOSES" [LE NOM D’EDITH SCHLEICHARDT EST APPARU PAR HASARD EN SEPTEMBRE 2003 LORS D’UNE CONFRONTATION ENTRE FLORENCE K (« Fanny ») ET MARC BOURRAGUE… L’ANCIENNE PROSTITUEE A FOURNI UN FAIT TROUBLANT. « ELLE DEVAIT SORTIR LE SOIR AVEC LUI QUAND BRUSQUEMENT UN EVENEMENT EXTERIEUR A BOULEVERSE LEURS PLANS »… C’ETAIT LE MEURTRE D’EDITH SCHLEICHARDT QUI A AMENE LE MAGISTRAT A SE DEPLACER SUR LES LIEUX. MARC BOURRAGUE AURAIT NIE CET EPISODE. LE 11 OCTOBRE 2003, LA DEPECHE DU MIDI PUBLIAIT UN ARTICLE SUR L’AFFAIRE ILLUSTRE PAR UNE PHOTO MONTRANT LE MAGISTRAT SUR LA SCENE DU CRIME. DEVANT CETTE EVIDENCE, L’ANCIEN SUBSTITUT TOULOUSAIN A ENSUITE EVOQUE UN PROBLEME DE MEMOIRE. « C’EST D’AUTANT PLUS ETONNANT QU’IL ETAIT CHARGE DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET FINANCIERES. ON N’OUBLIE PAS CE GENRE D’EVENEMENT », ajoute Jean-Claude Guidicelli. Ce dernier tente aujourd’hui de prouver que sa cliente, témoin contreversé, n’a pas raconté que des choses abracadabrantes. VOILA POURQUOI IL A DEMANDE AU JUGE PERRIQUET DE VERSER LA PROCEDURE SCHLEICHARDT DANS LE VOLET « VIOLS, PROXENETISME ET ACTES DE BARBARIE » DE L’AFFAIRE ALEGRE. LE MAGISTRAT INSTRUCTEUR AYANT REFUSE, IL A SAISI LA CHAMBRE DE L’INSTRUCTION DE TOULOUSE POUR OBTENIR SATISFACTION [un jour quelqu’un fera une analyse comparée du mode opératoire de tous les intervenants régaliens pour les 191 morts et disparus de l’affaire Alègre]… La décision pourrait surprendre. C’est la division nationale pour la répression des atteintes aux personnes et aux biens (DNRAPB), service central de la police judiciaire (PJ), qui enquêtera sur le meurtre d’Edith Schleichardt [s’est-on assuré de la non-appartenance des intervenants à des sociétés secrètes ?]… « Le Parquet souhaitait un service extérieur qui ne puisse être impliqué dans une guéguerre entre les gendarmes et les policiers locaux ET IL VOULAIT EGALEMENT PRESERVER LA POLICE JUDICIAIRE LOCALE », explique un observateur averti.]. Hier, la chancellerie a fait savoir qu'aucune inspection des services judiciaires n'avait été décidée [merci Coignard]." http://www.liberation.fr/page.php?Article=205646

Aujourd’hui en France 15/5/04 p16 Ducos honnête opère une démarche contradictoire: «Affaire Alègre. "Ces policiers font une erreur..." Marc Bourragué, ancien substitut du procureur de Toulouse. Inlassablement, l'ex-substitut Marc Bourragué dément avoir été le magistrat ayant supervisé l'enquête sur le meurtre de Line Galbardi... "On fait trop vite un amalgame douteux entre la prétendue présence de ce magistrat sur place et le rôle qu'il aurait joué dans l'affaire Alègre. Il n'y a rien à charge. Rien n'implique pour le moins Marc Bourragué dans la scène du crime", constate la gendarmerie de Toulouse [dont le jeu de rôle, en analyse de contenu au sens de Marie-Christine d'UNrug, paraît de charger Roussel et de défendre Bourragué comme les nouveaux avocats d'Alègre et Fanny ont d'abord proclamé l'innocence de Baudis]... Les témoignages des deux policiers sont déjà entachés, car ils sont très tardifs et les fonctionnaires concernés ne se sont guère empressés d'aller témoigner de leur plein gré. C'est l'IGPN qui les a retrouvés [à l'époque de Sarkozy ? à voir quel va-être le jeu de rôle de Galouzeau et s'il a été nommé par Chirac pour verrouiller]... Le jour de la découverte du corps d'Edith Schleichardt, en septembre 1990, Marc Bourragué, de permanence, est présent... c'est le juge d'instruction Jean-Paul Garraud qui avait ordonné le non-lieu et pas l'ancien substitut. Le dossier Schleichardt est touché par la prescription depuis 2001. Son meurtrier présumé ne pourra donc être inquiété [cela signifie-t-il que les 191 meurtres ou disparitions d'Homicide 31 vont subir le même sort ? les meurtres type Dutroux-Alègre-Louis-monstre de Florence-Ciudad-Juarez et la pédocriminalité devraient être imprescriptibles comme les génocides du Rwanda et du Congo-Brazzaville] "Sauf à le raccrocher contre vents et marée à l'affaire Alègre", constate un magistrat, qui voit là une manipulation de plus." [manipulation en quel sens ?]

Aujourd’hui en France 18/5/04 p14 : "Baudis... au fil des semaines de nouveaux soupçons se tissent. Le témoignage d'une autre prostituée, les déclarations soupçonneuses d'anciens gendarmes ou d'anciens magistrats en charge du dossier... Francis Szpiner ne dément pas. "Je ne resterai pas inerte", promet l'avocat. De nouvelle plaintes en perspective... la cellule Homicide 31 se concentre sur dix dossiers... malgré "un climat exécrable", comme l'a écrit le patron de la section de recherches, le lieutenent-colonel Henry, au juge Perriquet en février dernier... priorité... Line Galbardi, Claude Martinez, Hadja Benyoucef et aussi Valérie Réorda... AU MOMENT OU LES AUTOPSIES REALISES A L'EPOQUE SONT CONTESTES PAR DE NOUVELLES EXPERTISES [COMME POUR JAMBERT ET BORREL : CELA FAIT BEAUCOUP POUR LES FRANCAISES ET LES FRANCAIS, POUR LE PEUPLE FRANCAIS SEUL SOUVERAIN]... la gendarmerie réfute toute intention de "ralentir les enquêtes"... les gendarmes ont de mandé des crédits pour vider le lac de Flourens... en attente Suzanne Mortessagne, Martine Escadeillas, Marie Lombrassa, Janine Nayral de Puybesque et Corrine Lazzari..."

[Le peuple français seul souverain souhaiterait aussi, en référence à Borrel, Jambert et à la chaîne d'autopsies faisandées dans l'affaire Alègre (et qu'il soit enquêté au niveau national sur un éventuel faisandage des autopsies "en bandes organisées") avoir trois autopsies indépendantes pour Djamel et les autres intoxications médicamenteuses "à la chaîne" et un audit des listings d'Air Inter, garantis authentiques, et des analyses d'ADN, par trois experts indépendants chaque fois. Les rétro-commissions, les affaires Borrel, Jambert, Alègre, les tribunaux de commerce, ouvrent la voie, comme l'aurait écrit le gendarme Jambert, à une présomption de fonctionnement de l'Etat "en bandes organisées" et de viol de la Constitution "Aucune section du peuple ne peut s'approprier la souveraineté nationale".]

Aujourd'hui en France 7/6/04 p15 : trois témoins (un chauffeur, un serveur, un bijoutier) pour Hélène Loubradou dans l'affaire Alègre. ""CE DOSSIER N'ETAIT PAS PRIORITAIRE DANS NOS INVESTIGATIONS, MAIS DESORMAIS IL FAUT LE TRAITER", indique la gendarmerie de Toulouse qui doit faire face A UN FLOT DE CRITIQUES SUR LA "LENTEUR DES INVESTIGATIONS", notamment de l'association Stop à l'oubli. La cellule homicides 31, DONT LA FERMETURE AVAIT ETE EVOQUEE, faisant craindre le pire pour les familles, devrait être, selon, nos informations, prolongée pour deux ans."

Aujourd’hui en France 17/6/04 p15 : « Dominique Baudis confronté à Patricia et à Alègre… Face-à-face explosif aujourd’hui dans le bureau des juges d’instruction Perriquet et Bergougnan… l’avocat de Patricia… ENVISAGE DE METTRE EN CAUSE L’IMPARTIALITE DU JUGE PERRIQUET ET DE DEMANDER SA RECUSATION… [l’article reparle de l’appartement du 12e étage]… Lors de ses dépositions mettant en cause Dominique Baudis, Patricia a également cité le nom de deux autres élus, Philippe Douste-Blazy… et André Labarrère… Le 13 février 2003, l’ex-prostituée affirme avoir vu passer « des mallettes remplies de billets de 500 F ». « Une fois, une mallette était destinée à chaque député-maire, Dominique Baudis et André Labarrère », affirme-t-elle avant d’évoquer un réseau de proxénétisme régional ». Le mois suivant, devant les gendarmes, l’ancienne prostituée parle « de soirées très spéciales avec Dominique Baudis et Philippe Douste-Blazy ». Concernant ces élus, elle assurera devant les enquêteurs qu’ils avaient « acquis une garçonnière à Tarbes », puis parlera « d’un château acheté en commun près de Lourdes ». André Labarrère et Philippe Douste-Blazy n’ont jamais été entendus dans ce dossier… » 18/6/04 p14 : "... Baudis et Patricia campent sur leurs positions... "Elle est allée jusqu'à m'accuser d'avoir tué des enfants en compagnie de policiers, de magistrats, d'André Labarrère (maire de Pau) et de Philippe Douste-Blazy (ministre de la Santé) : un véritable délire !" a lâché d'una voix blanche l'ancien maire de Toulouse... Calme... Christèle Bourre dit "avoir regardé droit les yeux Dominique Baudis [rappel d'une audition précédente]" en renouvelant ses accusations de viol..."... M.Baudis avait le temps de faire l'aller-retour en train cette nuit-là... Pour le meurtre de Line Galbardi, ce que j'ai dit est confirmé par les experts... Et mes cicatrices, mes tortures, elles sont attestées par des médecins-experts..."...SUR LES MISES EN CAUSE D'ANDRE LABARRERE ET DE PHILIPPE DOUSTE-BLAZY, CHRISTELE BOURRE NIE LES ACCUSATIONS ET TIENT A PRECISER : "... JAMAIS ILS NE M'ONT TOUCHEE.""

Match 17/6/04 couverture « Exclusif. L’affaire « Executive Life » va coûter des milliards à la France. L’homme qui a dénoncé la fraude à la justice américaine révèle tout dans Match » p56 photo de Marc Bourragué qui a fait mettre en prison Marland 10 jours en 1994 à Toulouse… « monde d’indignités : les nuits sont déchirées par les hurlements de celui qu’on viole… » [en France combien de prisonniers sont condamnés à mort par ce biais ? les anti-peine de mort réagissent-ils ? y-a-t-il des viols dans la section VIP de la Santé ?]… « … facture globale… 7,5 milliards d’euros… » [49 milliards de francs]. Le terme humaniste est mentionné 2 fois.

Aujourd’hui en France 22/6/04 p17 : «Affaire Alègre. Trois dossiers sensibles retrouvés chez le légiste. Mauvaise surprise hier matin pour le juge d’instruction toulousain Fabrice Rives qui enquête sur la mort suspecte, en 1990, d’Edith Schleichardt. Un dossier classé suicide mais considéré désormais comme un meurtre. Arrivé à l’institut médico-légal, le magistrat était à la recherche de dossiers d’autopsies de victimes classés trop vite en suicides. Le juge et les policiers qui l’accompagnaient ont alors appris que le médecin légiste Danièle Alengrin, mise en cause dans de nombreux cas suspects, AVAIT EMPORTE CHEZ ELLE, DEPUIS DEUX MOIS AU MOINS, TROIS DOSSIERS CLASSES SENSIBLES. LE JUGE A ALORS JOINT L’EXPERT AU TELEPHONE ET MENACE DE PERQUISITIONNER SON DOMICILE. LES DOCUMENTS ONT FINALEMENT ETE REMIS AU JUGE. ENTENDUE LA SEMAINE DERNIERE A PROPOS DE L’AFFAIRE SCHLEICHARDT, DANIELE ALENGRIN DISAIT N’AVOIR RIEN A SE REPROCHER OU NE PLUS SE SOUVENIR DE CES AFFAIRES. » Le Françaises et les Français vont se demander de plus en plus pourquoi ils payent la capitation.

Ce que le peuple français souverain aimerait savoir, dans les affaires Dutroux-Nice-Antibes, Auxerre-Appoigny, Alègre, Toulon, Rwanda, Congo-Brazzaville, c'est si les jeux de rôle s'expliquent par l'appartenance à des sociétés secrètes (cf magistrat et policier mis en examen dans l'affaire du monstre de Florence) ?

TF1 5/7/01 20h : "Depuis l'âge de 5 ans, violée et vendue par ses parents adeptes d'une secte satanique, Véronique, 20 ans, a vécu l'enfer... Elle témoigne de l'existence de réseaux de notables pédophiles et adeptes de rituels sataniques, de trafics très lucratifs d'enfants (africains et français), de hautes protections dont bénéficieraient les membres de la secte, d'un sacrifice d'enfant en 1994 auquel elle dit avoir participé sous la menace d'une arme brandie par "celui qui dirige la gendarmerie de... (bip de TF1)", de la présence d'hommes de loi aux rituels, d'un lieu où seraient enfermés les petits cadavres... "

http://www.bouclier.org/article/999.html http://www.cecilebloch.com/CECILE.pdf http://www.lyonne-republicaine.fr/dossiers/justice/disparues/20030114.YON_D1191.html "Le corps d'Irmgard Muller est mis en scène, crucifié comme dans un rituel satanique." Deux morts collatéraux dans des accidents. http://www.google.fr/search?q=cache:V1ojWuytYUQJ:www.fm-europe.org/laparole/mensuel/fichdec99.htm++SODI+franc-ma%C3%A7onnerie&hl=fr&ie=UTF-8 http://www.google.fr/search?q=cache:R71al1f6icIJ:www.yorkriteofcalifornia.org/royalarch/ghpbio2003.htm+sodi++rosicrucian&hl=fr&ie=UTF-8http://www.google.fr/search?q=cache:3Umd-dR4R14J:www.livre-rare-book.com/Matieres/jd/4976h.html++SODI+franc-ma%C3%A7onnerie&hl=fr&ie=UTF-8 http://www.google.fr/search?q=cache:XSpvkD8yZ7IJ:members.tripod.com/salem289/whatisit.html+sodi+rose+cross&hl=fr&ie=UTF-8

Le père de Cécile, le lieu du meurtre d'Irmgard, le policier qui relance l'enquête sur la base de recoupements ADN, sont présentés aux informations télé du soir le 23/10/03. Jean-Claude Disses (voir tableau de l'ordre d'Agen) est mentionné comme avocat dans ces deux affaires. Auojurd'hui en France 16/3/05 p15 : "Trahi par son ADN, le "grêlé" reste introuvable... Cécile Bloch... Sarah... Ingrid... double homicide, en avril 1987, dans le quartier du Marais..."

http://216.239.33.104/search?q=cache:amfxxzOX1s0J:www.illustre.ch/2001/40/vec_1.html+p%C3%A9docriminalit%C3%A9+franc-ma%C3%A7onnerie&hl=en&ie=UTF-8 http://216.239.51.104/search?q=cache:6InYsa7xDZoJ:www.cide.org/dossier_presse.htm+p%C3%A9docriminalit%C3%A9+franc-ma%C3%A7onnerie&hl=en&ie=UTF-8

"...Une patte d'ours. Raymond ne connaissait pas de chair plus délicate que celle qui gaine les griffes du fauve..."

http://perso.wanadoo.fr/okoc/manifest.htm http://perso.wanadoo.fr/sgdelestaing/Francais/StelesBaraigne.htm le lien rose-croix URCI sur Google.com avec les mots clés " Bertran de La Farge " donne "Ce livre, véritable réflexion sur le Christianisme cathare, est une tentative d'explication et d'interprétation du contenu des textes qui nous sont parvenus jusqu'à ce jour... Réalisé dans le cadre de l'Université Rose-Croix Internationale, il est en outre une invitation à redécouvrir l'esprit du Catharisme et à méditer sur une spiritualité toujours vivante et lumineuse". http://www.contrepoints.com/dif_rc/universite/ pages/dr_cathares.htm http://bibliographienationale.bnf.fr/Livres/M12_01.H/cadre2-1.html http://www.contrepoints.com/dif_rc/universite/pages/dr_cathares.htm http://www.dixdecoeur.com/pages/vente/cathares.htm http://216.239.51.100/search?q=cache:isEdUar0SZwJ:club.cathares.org/interviewAnneBrenon.aspx%3Farticle%3D003+laurier+700+ans+cathare&hl=en&ie=UTF-8

http://www.google.com/search?q=Philippe+Contal+rose-croix&btnG=Google+Search&hl=en&lr=&ie=ISO-8859-1

Sur franc-maçonnerie et catharisme http://www.fideliteprudence.ch/index.htm sur rose-croix et catharisme http://216.239.51.100/search?q=cache:fk2tHaIQ6aQJ:www.rose-croix.org/docum/presse.html+L%27Est+R%C3%A9publicain+franc-ma%C3%A7onnerie+rose+croix&hl=en&ie=UTF-8 sur catharisme et Lucifer http://www.google.com/search?q=catharisme+Lucifer&hl=en&lr=&ie=UTF-8&start=10&sa=N

Sur Toulouse rose-croix catharisme http://www.google.com/search?hl=en&ie=ISO-8859-1&q=Toulouse+rose-croix+catharisme&btnG=Google+Search

Sur magie sexuelle http://www.morgane.org/willy.htm

Sur sadomasochisme, satanisme, OTO à Castelnau Montratier http://www.google.com/search?hl=en&lr=&ie=ISO-8859-1&q=Pissier+666+Crowley+OTO&btnG=Google+Search .

Chaque citoyen français appréciera l'ensemble des informations transmises par les médias depuis l'origine de l'affaire. L'analyse systémique de contenu offre un outil précieux comme pour Auxerre-Appoigny. On ne se moque pas impunément et à répétition du peuple souverain. [les enquêteurs du CSM qualifieront le rapport Jambert de "remarquable travail de recoupement".] LA PROCHAINE EXIGENCE DU "RELATIVISME TOTALITAIRE" AU SEIN DE LA "REPUBLIQUE OCCULTE" SERA QUE L'EUTHANASIE SADOMASO ET LES ACTES DE BARBARIE, Y COMPRIS SUR MINEURS, RELEVENT DE SIMPLES RELATIONS ENTRE PARTICULIERS. AVEC CONVERSIONS SM SPONTANEES EN PARALLELE A LA RECONNAISSANCE DES MARIAGES ECHANGISTES ZOOPHILES.

Djamel (affaire Alègre-Toulouse) meurt (les médias parlent d'abord de suicide) moins d'une semaine après Chantal Guéroult. Comme celle-ci, il passe d'hôpital en hôpital pour finir dans une clinique où il meurt comme Chantal Guéroult d'"une absorption massive de médicaments". Il avait maintenu son témoignage sur le volet pédocriminalité de l'affaire Alègre-Toulouse. Sa mort était systémiquement prévisible. Monde 24/9/03 p 14, [comme le gendarme Jambert de l'affaire des disparues de l'Yonne (Auxerre-Appoigny)], Djamel devait voir le juge (à sa demande): "Il voulait s'expliquer sur les fausses déclarations qu'il avait faites dans l'affaire Alègre." Comme pour le gendarme Jambert, sa disparition n'a pas traîné. Le rapport d'autopsie sera-t-il rendu public ? Y aura-t-il contre-expertises suite aux rapports truqués des années 90 à Toulouse ? Chanal (disparus de Mourmelon) se suicide, au deuxième jour de son procès, A LA LAME DE RASOIR MALGRE LES FOUILLES ET AVEC DEUX GARROTS AUX JAMBES.

ROUSSEL EST MIS A LA RETRAITE A 42 ANS. C'ETAIT SYSTEMIQUEMENT PREVISIBLE DES L'ARRIVEE DES "RECADREURS" SUR LA BASE DU SCENARIO "AFFAIRE DUTROUX". LA QUESTION EST MAINTENANT : COMBIEN DE TEMPS POUR QUE LA FRANCE ET LA BELGIQUE DEVIENNENT DES MEGA-CIUDAD JUAREZ http://www.angelfire.com/wizard/solidaires/CiudadJuarez.html ? COMBIEN D'AFFAIRES DUTROUX BIS, TER ? COMBIEN DE MORTS ET D'ACTES DE BARBARIE INSOUTENABLES ? COMBIEN DE TEMPS AVANT QUE NOUS ENTRIONS EN RESISTANCE SUR LA BASE DE L'ARTICLE 16 DE LA DECLARATION DES DROITS DE L'HOMME : UNE NATION OU IL N'Y A PLUS SEPARATION DES POUVOIRS N'A PLUS DE CONSTITUTION ET LA RESISTANCE A L'OPPRESSION EST UN DROIT IMPRESCRIPTIBLE ?

Jean-Charles Reix Midi Libre 21/1/05 p 24 : "Mais le roman noir n'est sans doute pas terminé car la vérité demeure tapie dans les replis de quelques mémoires obscures." La clé est-elle donnée par Paul Ariès, quand il écrit que les satanistes deviennent catharistes dans le sud-ouest ? La France de 2004 en est au stade 2 (1925-1928) du phagocytage de l'Etat par le fascisme [la RGOORT République Génocidaire Occulte Occultiste Relativiste Totalitaire, corrompue, spoliatrice, félone, pédocriminelle, barbare et maître-chanteur] en violation du début de notre Constitution "Aucune section du peuple ne peut s'approprier la souveraineté nationale". Quand L'Express, repris en main après "Les frères invisibles" d'Ottenheimer, chante, en avril 2004, l'apologie de la prise en main de la police par la franc-maçonnerie il fait l'apologie du viol de la Constitution (voir la réponse d'un policier à l'Express sur le viol du principe d'égalité des concours par les policiers francs-maçons, ce qui constitue un délit : "De très nombreux frères-policiers siègent dans les jury de concours. Et j'ai connu un chef de service qui recevait de nombreux parents de candidats venus le solliciter à la veille des épreuves d'un concours. "C'est service contre service" [trafic d'influence] se plaisait-il à dire. Mais ses intervention ne se limitaient pas à ce domaine."). Milza "De Versailles à Berlin 1919-1945" p124 : "... Les administrations sont épurées. La presse muselée... A la fin de 1925 [en 2004], l'Etat fasciste [la RGOORT République Génocidaire Occulte Occultiste Relativiste Totalitaire, corrompue, spoliatrice, félone, pédocriminelle, barbare et maître-chanteur], est devenu une réalité... Le fascisme [la RGOORT République Génocidaire Occulte Occultiste Relativiste Totalitaire, corrompue, spoliatrice, félone, pédocriminelle, barbare et maître-chanteur] laissa subsister les anciens cadres, peu à peu dépouillés de toute autorité. [députés] Sur une liste de 1000 noms... le Grand Conseil du Fascisme [la RGOORT République Génocidaire Occulte Occultiste Relativiste Totalitaire, corrompue, spoliatrice, félone, pédocriminelle, barbare et maître-chanteur] en retenait 400 qui étaient ensuite soumis au corps électoral par plébiscite... Le parti fasciste [la RGOORT République Génocidaire Occulte Occultiste Relativiste Totalitaire, corrompue, spoliatrice, félone, pédocriminelle, barbare et maître-chanteur], parti unique, assure la propagande, la direction des esprits et le maintien de l'ordre... L'emprise sur les esprits se fait à deux niveaux. Par l'éducation... Les instituteurs font classe en chemise noire... par la propagande qui utilise tous les moyens modernes d'information... elle devient... obsédante avec les années 30... les frères Rosselli... des socialistes... seront assassinés en Normandie par des membres de la "Cagoule"..."

Milza "De Versailles à Berlin 1919-1945" p55, République de Weimar 1920-1934 : "... d'anciens corps francs dissous se reconstituent sous la forme de sociétés secrètes... Elles bénéficient... de l'indulgence des juges. Pour 354 assassinats... 24 condamnations à des peines de prison et aucune condamnation à mort..." http://www.angelfire.com/wizard/solidaires/Japon.html

"... Arendt qualifie les mouvements totalitaires de « sociétés secrètes au grand jour »..."... L'homme de masse peut être n'importe qui, c'est un individu isolé qui fait l'expérience de la « désolation », c'est-à-dire du déracinement social et culturel [c'est massivement le cas en France en 2004 : est-ce planifié ? La stérilisation de la créativité par la chaîne bureaucratique de stigmatisation des exclus Chômage, exclusion, corruption, crime contre l'humanité, en France : un paradigme pour Ezra Suleiman (Princeton)et une question à Cloe Madanes (FTI Washington) a-t-elle pour but de former une armée de réserve de barbares ? Erich Fromm "La passion de détruire. Anatomie de la destructivité humaine." Robert Laffont "Collection Réponses" 1973, p302-309]. Il trouve dans le totalitarisme une cohérence dont est dépourvue la réalité à laquelle il est confronté. Il s'identifie totalement au chef du mouvement totalitaire, alors que ce processus d'identification n'existe pas avec les dirigeants de partis traditionnels - y compris fascistes. Tel un prophète, le chef du mouvement totalitaire révèle la vérité dont serait porteur l'avenir. Placé au centre du mouvement, le chef doit son pouvoir à son habileté à manipuler les masses aussi bien que les luttes internes du mouvement... La " propagande n'est qu'un des instruments, peut-être le plus important, dont se sert le totalitarisme contre le monde non totalitaire ". La propagande est une entreprise de communication de masse qui vise l'imaginaire en s'articulant aussi bien sur une vision prophétique que sur la stigmatisation systématisation des " ennemis du peuple " et l'incitation à une obéissance aveugle au chef ou au parti comme unique moyen de vaincre. Un troisième concept apparaît, l'endoctrinement. Une fois que le mouvement totalitaire a pris le contrôle des masses, l'endoctrinement se rajoute à la propagande. Une éducation forcée et systématique des individus... Enfin, le dernier élément est la police politique... Pour Arendt, la police secrète constitue aussi le noyau du pouvoir totalitaire... Dans un système qui redéfinit le public et le privé en les niant tous les deux, le mot d'ordre est " surveiller et punir ". La permanence de cet état de fait conduit nécessairement à la terreur. http://www.google.com/search?hl=en&ie=ISO-8859-1&oe=ISO-8859-1&q=Arendt+qualifie+les+mouvements+totalitaires+de+%22soci%E9t%E9s+secr%E8tes+au+grand+jour%22&btnG=Google+Search

Pour les massacres, le processus paraît celui du stalinisme inversé, massacres ethniques (Rwanda, Congo-Brazzaville) correspondants à ceux de la deuxième guerre mondiale, quotas de massacres (Dutroux-Nice-Grasse-Antibes, disparues de l'Yonne, Alègre-Toulouse, monstre de Florence, Ciudad-Juarez... correspondants aux quotas des années 30), en attendant le génocide ciblé type koulak et les "grandes compagnies" (1917-1921)...

Franc-maçonnerie, sociétés secrètes, services secrets, satanisme, génocideurs, partagent un point commun : le secret. Paul Ariès : "Ces mouvements satano-nazis… se font… cathares dans le sud-ouest…".

Les citoyens du Monde normalement constitués doivent s'interroger sur le programme suivant, qui a des attaches dans la région de Toulouse, et aller voir le film "Hôtel Rwanda" pour comprendre ce qui les attend s'ils ne réagissent pas en temps et en heure contre les nouveaux Hitler, Himmler et Heydrich :
"24. Le meilleur sang est celui de la lune, mensuel : puis le sang frais d'un enfant [affaires Dutroux DEFI WICCA Nice, Fourniret, Djamel témoin liquidé comme Jambert ?], ou gouttant de l'armée (2) du ciel : puis des ennemis ; puis du prêtre ou des adorateurs : enfin de quelque bête, n'importe quoi. 25. Brûle cela : fais-en des gâteaux & mange pour moi... 26. Tue-les, nommant tes ennemis ; & ils tomberont devant toi." [le site web peut-être trouvé en copiant des portions de ce texte dans Google.com]
"22. Aussi il tuera un jeune enfant sur l'autel, et le sang couvrira l'autel avec un parfum pareil à celui des roses...
37. Tu consoleras le coeur de la pierre secrète avec le sang chaud. Tu feras une subtile décoction de délices, et les Veilleurs en boiront."[le site web peut-être trouvé en copiant des portions de ce texte dans Google.com]
" 21. Nous n'avons rien à faire avec les pariats et les incapables : qu'ils meurent dans leur misère. Car ils ne ressentent pas. La compassion est le vice des rois : piétine les misérables & les faibles : c'est la loi du fort : c'est notre loi et la joie du monde.
51. De ma tête de Faucon je crève à coups de bec les yeux de Jésus alors qu'il pend sur la croix.
52. Je bats des ailes à la face de Mahomet & je l'aveugle.
53. De mes serres j'arrache la chair de l'Indien et du Bouddhiste, Mongol et Din.
54. Bahlasti ! Ompehda ! Je crache sur vos croyances crapuleuses.
55. Que Marie inviolée soit déchirée sur des roues : à cause d'elle, que toutes les femmes chastes soient totalement méprisées parmi vous !" [programme de Fourniret et nouveaux crimes contre l'humanité "viols de masse" en Yougoslavie et au Congo-Brazzaville]
[ce programme de type Mein Kampf peut être trouvé en copiant des portions de ce texte dans Google.com]

Aujourd'hui en France 6/4/05 p 15 : assistons-nous à un tournant systémique ? Le test sera un accès de fièvre médiatique de la propagande négationniste dont il faudra décoder les réseaux occultistes, l'accélération des démarches de classement des dossiers 1 bis, l'enlisement de l'affaire Dutroux-DEFI-WICCA-Nice-Antibes, l'enlisement de l'affaire disparues de l'Yonne-Jambert-Fourniret, médecins légistes des affaires Borrel et Alègre, marqueurs de la crainte des "puissants". La gendarmerie va-t-elle être mise en cause dans les affaires Dutroux, disparues de l'Yonne-Jambert, Alègre-Roussel, Borrel, arsenal de Toulon, Institut de danse de Grasse...? "L'avocat de Dutroux accuse. Pédophilie. Dans un ouvrage explosif qui paraît aujourd'hui en France, maître Xavier Magnée, l'avocat de Marc Dutroux, dénonce un "procès caricatural" et accuse gravement la gendatmerie... C'est un véritable brûlot... "Marc Dutroux, un pervers isolé", rassemble tous les éléments qui alimentent la thèse d'un "réseau pédophile" dont Dutroux ne serait qu'une composante... Le dossier bis... il est aujourd'hui en voie de clôture... C'est un véritable scandale. Il y a dans la cache de Marcinelle, d'innombrables traces ADN qui prouvent que des gens y sont entrés... Je dis que certains gendarmes, aidés par leur hiérarchie, ont joué un rôle atroce... JE SUIS PERSUADE QUE LA GENDARMERIE A VOULU DOMINER L'INFORMATION POUR FAIRE CHANTER, LE CAS ECHEANT, LES PUISSANTS QUI VENAIENT ASSOUVIR LEURS PULSIONS AVEC CES FILLETTES... Dutroux garde le silence. C'est sa meilleure protection [comme Alègre, Le Floch-Prigent, Sirven est mort...]... Ce que je veux, COMME DES MILLIONS DE PERSONNES, c'est la vérité... "Je suis écoeuré et scandalisé" René Michaux, gendarme mis en cause par Me Magnée... La direction de la gendarmerie a reconnu sa dépression comme une "maladie professionnelle"...

Comme le dit le peuple dans sa grande et antique sagesse : quand on mange avec le diable, il faut manger avec une longue cuillère.

Les enfants du magistrat Roche assassiné dans le contexte de l'affaire Alègre mettent enfin à jour le système Alègre, Dutroux, Fourniret, disparues de l'Yonne : des meurtres satanistes rituels de pouvoir déjà décrits il y a des années par Françoise Chandernagor dans "L'Archange de Vienne" :
http://www.affaireroche.com
http://galeon.com/affaireroche/defensedetaperca/resume.htm
http://www.lesogres.org/article.php3?id_article=719
http://www.lesogres.org/article.php3?id_article=503
http://www.lesogres.org/article.php3?id_article=534
http://www.pierrepanet.com/roche.htm
voir l'analyse systémique des enlèvements sur http://www.editionsliberte.com/

Dans « Les cultes de l’enfer », Dominique Cellura cite le procès-verbal d’une écoute téléphonique d’Alexandro Moncini (ex-haut dignitaire de la Loge P2 suspect d’appartenance à un groupe satanique et de trafic de videos d’enfants) par le FBI en 1988, avec l’achat d’un enfant pour 5 000 dollars afin de le torturer et de le tuer (le texte est totalement insoutenable).

Le même ouvrage mentionne le témoignage d’un jeune sataniste de Hillsburg aux USA : « … Seul me manquait le pouvoir. Je suis donc allé le chercher où il se trouvait dans les groupes sataniques… Je suis devenu grand prêtre. Puis notre leader a déjanté : il voulait « franchir le cap », mais il ne savait pas comment procéder. Alors à l’occasion d’une messe noire, il a fait venir des types de Caroline du Nord. Ils ont débarqué par avion et nous ont affirmé qu’ils s’occuperaient de tout, que ça allait bien se passer… C’étaient des types normaux… Plutôt le genre classes moyennes, des pères de famille comme on en voit le dimanche à Disneyworld !.. Une jeune fille a été sacrifiée, ça s’est passé devant moi, c’était horrible. La terreur de cette gosse, sa souffrance… Elle avait seize ans, dix-sept ans peut-être… Je dirai seulement qu’elle a été poignardée par ces gars de Caroline… Je ne sais pas ce qui s’est passé après, je me suis tiré… »

Bruno Fouchereau complète dans « La mafia des sectes » : « … Tous les autres, sous l’emprise de leur jeune leader, crurent que ce meurtre leur ouvrait les portes d’un pouvoir tout aussi surnaturel qu’incommensurable. La petite structure d’adolescents marginaux d’Hillsburg, sous l’emprise d’aînés bienveillants et rompus aux rituels de haute magie noire, commençait alors une carrière criminelle. Le fait est devenu presque banal aux USA… »

Dominique LORENTZ dans "Une guerre" aux Editions des Arènes (un des plus extraordinaire ouvrage de systémique qui décode en ne s'intéressant qu'à "ce qui sort de la boîte noire" en application du principe de Watzlawick "on ne peut pas ne pas communiquer"), se questionne (pages 49-51) sur les dates de l'attentat de la FNAC et des assassinats de Véronique BAROIN et Michel BAROIN (ex-grand maître du Grand Orient) 5/2/86, 26/4/86, 5/2/87 et sur la lettre A des hauts-grades "Arrête, ou l'on t'élimine" (page 61). Dominique CELLURA mentionne dans "Les cultes de l'enfer" que le 21-26 avril est la préparation aux sacrifices et le 26 avril-1er mai est le Grand Climax des satanistes avec une victime féminine.

Voir le livre "Affaire Alègre : La vérité assassinée" paru en juin 2007 sur http://www.laprocure.com/livres/gilles-souilles/affaire-alegre-verite-assassinee_9782755601206.aspx

J'ai écrit à Sarkozy, à l'occasion d'actes de délinquance subis (dont un mortifère), pour lui demander si l'article 3 de la Constitution de la France serait respecté : "aucune section du peuple ne peut s'approprier la souveraineté nationale"... surtout pas des sociétés secrètes avec serment d'allégence inconditionnelle... Là est la vrai question. Sarkozy sera jugé sur ce point par l'Histoire.Selon "Histoire secrète de la Ve République" [ouvrage de synthèse précise et détaillée (sauf pour le génocide du Rwanda) de 25 ans de pourriture de la France ] sous la direction de Roger FALIGOT et Jean GUISNEL avec Rémi KAUFFER, Renaud LECADRE, François MALYE, Martine ORANGE, Francis ZAMPONI, page 616 : "... en 2006, le chef de cabinet de Nicolas SARKOZY, Laurent SOLLY, et son directeur de cabinet, Claude GUEANT, étaient membre du GODF. Parmi ses conseillers, il avait également pris soin de recruter l'ancien responsable de la fraternelle de la Place Beauvau, membre de la GLNF...", l'obédience qui a reçu le génocideur du Congo-Brazzaville à Cannes, sans le moindre état d'âme....

« Affaire Alègre La Vérité assassinée » de Gilles Souillés Hugodoc, ouvrage de synthèse est passionnant en ce qui concerne la systémique régalienne et incomplet en ce qui concerne les enfants Roche et le rapprochement des 191 morts page 244 avec les « environ 100 à 150 personnes, enfants, prostituées et autres » mentionnées par Djamel et Patricia page 173. Dans cette systémique et en référence aux morts à la chaîne des affaires Dutroux et de l'affaire disparues de l'Yonne, dès le départ, il était évident que Djamel était un mort en sursis.

Y aura-t-il des morts dans les 50 familles de « Stop à l'oubli » qui menace page 267 : « ... « ...Nous voulons savoir pourquoi autant de meurtres ont été classés en suicides, que sont devenues nos filles, nos soeurs... Mais si rien ne bouge, nous reprendrons notre liberté et nous ferons des révélations qui ne plairont pas à tout le monde. » Le message est clair. » ? Un jour, il y aura des jugements pour crimes contre l'humanité imprescriptibles, par décision du peuple français seul souverain.

La systémique de l'affaire Alègre est, de façon criante, celle des affaires Renard/de Montgolfier, juge Borrel, disparues de l'Yonne et gendarme Jambert, gendarmes de l'arsenal de Toulon, mafia des tribunaux de commerce de Gaudino : elle caractérise la félonie de la RGOORT, la République Génocidaire Oculte Occultiste Relativiste Totalitaire devenue poutiniste (la référence à Vichy s'impose) en violation de l'article 3 de la Constitution « Aucune section du peuple ne peut s'approprier la souveraineté nationale », surtout pour des génocides et des massacres d'innocents...

En référence à la page 42 de l'ouvrage « Escadrons de la mort, l'école française » de Marie-Dominique Robin, cet ouvrage est une toute petite brèche dans le triomphe du négationnisme de « la bataille pour la complicité du silence ».

Cet ouvrage est dédié : « ... à ceux que d'aucuns ont rêvé de « tuer moralement et professionnellement » (l'expression en soi exprime un profond sadisme) : aux flics qui ont refusé de devenir des fonctionnaires de police, aux gendarmes qui ne se cachent pas derrière l'uniforme, aux juges qui n'ont pas renié leur sermment, aux avocats droits dans leur robe, aux journalistes qui n'ont pas craché sur leur carte de presse, aux femmes que l'on traite comme des putes, aux putes qu'on ne traite pas comme des femmes. »

De façon étonnante Méphistophélès est cité en page 9 : à prendre au second degré ?

Page 11 : « ... Ce livre... a pour ambition... de reposer toutes les questions restées sans réponse. Au nom des victimes et de leur famille, au nom de la transparence républicaine. Un travail extrêmement sérieux a été fourni par l'auteur... »

Page 19 : « Dominique Baudis... client attitré... Dominique Baudis ne dément pas. Mais il attaque le journal et le journaliste Philippe Berti pour « atteinte à la vie privée ... relaxés en appel. L'affaire... a finalement fait l'objet d'un arrangement entre les deux parties... »

Valérie Tariote page 57 : « ... Les policiers... « Il est inconcevable qu'un assassin ait eu l'idée pour le moins curieuse de glisser une casserole sous la tête de sa victime. » Réponse Page 211 de l'ouvrage « Les disparues d'Auxerre » de Corinne Herrmann et Philippe Jeanne : Emile Louis recueille le sang de son épouse du Var, le plus souvent le vendredi soir, et ces faits sont qualifiés de proches des messes noires...?

Pages 57 et 93, « Suicide mode d'emploi » a été déposé deux fois près des victimes, Valérie Tariote et Edith Schleichardt, dont les autopsies sont faisandées : une fois de trop... Pour quand une commission parlementaire de type Outreau ?

Pages 91 et 93 : Pour Hadja Darolles-Benyoucef, « ... Contre toute évidence, les médecins légistes concluent au suicide. » et pour Edith Schleichardt, « ... Là encore, Pierre-Marie Bras et Danièle Alengrin, les médecins légistes, se sont trompés (ne prenons pas le peuple français, seul souverain, pour plus bête qu'il n'est), comme ils se sont trompés dans le cas de Martine Matias, Hadja Benyoucef-Darolles ou Valérie Tariote... » Page 103, Patricia Gélis-Balléjos : « ... la jeune femme n'est pas morte « d'hydrocution », comme ont cru pouvoir l'attester les médecins légistes à l'époque... » Pour quand une commission parlementaire de type Outreau pour les légistes de Toulouse (et de l'affaire Borrel) ?

Page 98 Line Galbardi : « ... Un meurtre révélateur des troublantes carences de l'appareil judiciaire toulousain... » Line Galbardi a dénoncé un meurtre de prostituée à la police... elle est illico assassinée... Page 110 « ... la confession de Line se retourne contre elle... » Page 117 « ... S'il n'y a rien à cacher, pourquoi le substitut concerné ne s'est pas signalé de lui-même ?... » Page 120 : « ... De nouvelles auditions... en février 2007... ont montré que la scène de crime avait été modifiée... les policiers (lui) avaient dit que c'était « sans importance »... ».

Page 124 : « ... une partie des scellés concernant l'homicide du travesti ont été détruits le 27 mars 1998... le fameux agenda s'est volatilisé... » Systémique disparues de l'Yonne/Centre de torture d'Appoigny...

Page 142 : « ... Laïd Samari, va ensuite, de façon très singulière devenir tout au long de l'affaire l'organe quasi exclusif d'une partie des magistrats toulousains... »

Page 156 : « ... Jean Volff... : « Il faudrait supposer la complicité de policiers, de commissaires, de médecins légistes, de plusieurs substituts du Parquet et de magistrats de la cour d'appel », concède-t-il.... » Il suffit de pointer l'appartenance aux sociétés secrètes : la RGOORT poutiniste (la référence à Vichy s'impose) est parfaitement informée en violation totale de l'article 3 de la Constitution. Page 188, Jean Volff : « ... Il n'est pas exclu qu'il puisse y avoir des policiers ripoux, ou un substitut ripou... A Toulouse il y a eu dysfonctionnement de la justice et de la police... »

Page 175 : « ...avant de mourir dans des conditions très particulière (l'intoxication médicamenteuse est un marqueur systémique), Djamel est partiellement revenu sur ses accusations contre Patricia... »

Page 183 : « ... une succession de fautes professionnelles des policiers, d'erreurs flagrantes des magistrats et de disparitions de pièces cruciales pour l'enquête... »

Page 192 : « ... Le Chinois... est arrivé juste au lendemain de l'ouverture de l'information judiciaire « contre Alègre et tous autres »... Il en repartira fin juin, juste après le « retournement » de Patrice Alègre... Il a menacé de mort le directeur de la prison... Il est alors transféré à Avignon, c'est-à-dire chez lui, justement dans l'établissement que ses avocats réclamaient... » Françaises, Français, on vous prend pour des... et vous payez pour.

Page 197, associé de Me Collard, Me Edouard Martial du barreau d'Agen.

Quelle ville est un haut lieu du satanisme français sur internet, cité à la TV pour un meurtre rituel d'enfant ?

Page 204-, Magali : «l'adolescente sera hospitalisée douze jours... ... Ni le juge, ni le Parquet, ni même l'avocate de la jeune femme ne demandent une requalification criminelle pour viols du dossier qu'ils ont sous les yeux... Pourquoi parle-t-il implicitement du dossier Magali dont tout le monde ignore alors l'existence ?... »

Page 216, les 14 MF détournés du Conseil Régional ont-ils été remboursés (idem pour le golfe de Nice) ?

Page 218 : « ... ma greffière entretient depuis plusieurs années des relations avec le substitut chargé de mon cabinet... les dossiers qui font l'objet de ses inadvertances répétées sont tous les dossiers importants et sensibles... » Page 222 : « Le juge... a été muté aux affaires matrimoniales... »

Page 219 : « ... affaires oubliées jusqu'à la prescription... »

Page 223 : « ... Comment peut-on expliquer l'apathie de la justice toulousaine pendant toutes ces années sinon par la connivence de différents acteurs ? Les affaires de délinquance en cols lancs enlisées... seront-elles un jour jugées ? L'inspection des services de la chancellerie n'a pas répondu à ces questions lors de sa venue... »

Page 225 : « ... un gardien de la paix qui arrive au commissariat en Porsche, Jaguar et autres modèles dernier cri... Le Parquet requiert quatre ans ferme contre lui. Il sera condamné à quatre mois ferme ». Le Parquet ne fera pas appel... » Page 226 : « ... des policiers du SRPJ ont placé des caméras... les caméras sont tombées en panne de batteries aux alentours du dimanche soir. Le Stéphanois a été exécuté le lundi... » Page 227 : « ... on constate qu'avant de mourir (« suicide »), la patronne de l'hôtel Antoine a donné au juge le nom des flics qui toléraient son petit commerce... » Page 228 : un tollé contre des collègues qui signalent un policier qui fait modifier des témoignages, pas contre ce policier... Page 229 : « Pourquoi, en 1987, « surveiller » Patrice Alègre ? Il n'était rien. Pourquoi cet excès de précision seize ans plus tard ?... » Page 275 pas d'autopsie pour Djamel. Page 276 : « ... c'est un de ses anciens collègues qui avait trafiqué son ordinateur... sur ordre de sa hiérarchie, sans vouloir en dire plus sur le ou les supérieurs à l'origine de l'ordre... »

Page 230 : « .. le donjon dit « du Port Saint-Sauveur »... où l'on pratiquait un sadomasochisme de haut niveau, pour initiés... » Page 232 : « ... la justice n'est pas curieuse. Ou elle ne lit pas Le Point... »

Page 235 : « ... Me Darribère... Ce jeune avocat toulousain s'émeut surtout de la curieuse instruction à « effet miroir », confiée au juge Thierry Perriquet, chargé d'entendre tout à la fois Dominique Baudis en tant qu'accusateur de Patricia, et accusé de viols, et Patricia en tant qu'accusatrice et accusée de faux témoignage... « La machine judiciaire a donné l'impression de vouloir broyer celles qui l'ont mis en branle », suggère Me Raphaël Darribère, l'avocat de Patricia...La question de l'impartialité du magistrat instructeur est clairement soulevée par le conseil de Patricia... les billets d'avion. Retrouver des traces chez l'agent de voyage ou auprès de la compagnie s'est révélé impossible... François Heinisch... représentant du Parquet... »le cadre procédural... ne devrait pas permettre d'instruire sur les faits concernant l'autre dossier... François Heinisch de pointer vingt-neuf questions ou actes de procédure qui selon lui s'imposent... »

Page 244 : « ... qui lui a ordonné d'arrêter l'expertie des traces de pas... lequel d'entre eux devait porter aux scellés l'agenda du travesti... les médecins légistes d'ailleurs, qui doivent piaffer d'être entendus... récupérer les « films » des pompiers et du Samu qui se sont rendus sur les lieux du crime de Line Galbardi... Comment autour de la mort d'Edith Schleichardt le rapport de synthèse de la gendarmerie mentionne des évènements qui se sont passés postérieurement à sa rédaction?... »

Quid du rapport Bréard sur le magistrat présent pour Line Galbardi ( témoignages de policiers) avec constat de disparitions de pièces du dossier et constitution de délit d'attestation faisant état de faits matériellement inexacts !!! Idem pour Edith Schleischardt ? Fréquentation d'Alègre par le même magistrat : quatre procès-verbaux ? Quid de la destruction de registres pénitentiaires ? Classement sans suite d'un dossier concernant un magistrat... « Probablement de la main même » de ce magistrat selon Bréard !!! Absence d'enregistrement de rapports de Bréard signalés à Barrau !!! « Le réquisitoire est sévère... » Tout ceci évoque la systémique de l'affaire de Montgolfier...

Les avocats des prostituées, eux, attendent toujours que le rapport Bréard soit rendu public. La position de la Cour de cassation sera palpitante sur ce point pout juger d'où en est la Justice en France.

Page 264 « ... L'Etat s'est rendu coupable de laisser des crimes impunis et d'avoir commis un déni de justice car le premier devoir de l'institution judiciaire est de protéger les personnes et de servir de rempart à la barbarie. Tout est si grave dans cette affaire que je suis obligé de penser que le hasard n'a qu'une mince place dans cette accumulation d'incuries », suggère Daniel Lalanne, l'avocat de Magali. Il a attaqué l'Etat français pour déni de justice. Il a été débouté... »

Page 267 : « Les témoins sont mal reçus, les victimes sont traitées comme des coupables, des déclarations sont tronquées... » C'est une répétition à n'en plus finir des affaires Renard/de Montgolfier, disparues de l'Yonne, Borrel, Gaudino, arsenal de Toulon, spoliations de Montpellier.
Quo usque tandem abutere patientia nostra ?

Page 268 : « Les juges Serge Lemoine et Fabrice Ribes... ont progressivement retiré aux gendarmes les dernières affaires dont ils étaient en charge... »

Page 275 : « Mais cette procédure pourrait faire remonter les éléments du rapport Bréard... »

Sommes-nous passés dans une systémique du type de Montgolfier-Renard avec la remontée des mises en cause de NICOLAON, le remplaçant de ROUSSEL, à l'Inspection Technique de la Gendarmerie (cf l'article du Figaro Magazine du 4/5/07)?
http://www.stopaloubli.org/base/data/figaro%20mag%20nicolaon.pdf

Début mars 2008, le centre de torture, de viol et de massacre d'enfants du Haut de la Garenne à Jersey constitue l'archétype systémique pour les affaires Alègre, disparues de l'Yonne/Jambert/centre de torture d'Appoigny, Dutroux/Nice, Fourniret avec son château des Ardennes, avec Edward PAISNEL ouvertement ésotériste et sataniste et un processus négationniste du type Dutroux et Alègre qui s'amorce : comme pour ces affaires les négationnistes permettent de saisir en creux le réseau. Edward PAISNEL disparaît avant de sortir de prison.

Le négationnisme est en phase terminale d'acharnement thérapeutique : trop de jeunes ont décodé le système sur internet et ne sont pas dupes (pour accéder aux commentaires, taper sur "Ajouter un commentaires").
http://www.marianne2.fr/L-ere-du-soupcon_a78875.html?start_liste=20&paa=2

Nicolas SARKOZY (j'ai voté pour SARKOZY) "Témoignage" Pocket janvier 2008 page 183 : "...Beaucoup de Français ont certainement été ébranlés, comme je l'ai été, par le visage bouleversé et bouleversant de Dominique Baudis, venant expliquer à la télévision les rumeurs dont il était l'objet et en contester la véracité. J'ai tout de suite pensé que c'était le visage de l'innocence...La calomnie est un fléau...notamment de nos jours où les informations les plus farfelues circulent et perdurent sur Internet..."
Cher Nicolas (pour qui j'ai voté), sur la base de sites Internet :
- Baudis a-t-il signé une pétition, avec un rose-croix, adressée à Jean-Paul II pour qu'il reconnaisse le catharisme ?
- y-a-t-il des cimetières cathares avec des croix inversées ? - où en sont les meurtres de l'affaire Alègre transformés en "suicides" par 2 légistes ? Edith SCHLEICHARDT "suicidée SDF" (en fait secrétaire de direction ?) avait-elle ou non des dents dans le nez à son exhumation? (idem pour Jambert et Borrel ?)

http://www.stopaloubli.org/

AP | 06.08.2009 | 16:07 A un mois de sa retraite, le général Gérard Samuel, commandant de la région de gendarmerie de Lorraine et de la gendarmerie pour la zone de défense Est, s'est suicidé jeudi à Metz (Moselle), a-t-on appris auprès de la gendarmerie nationale. Une enquête a été confiée à l'Inspection technique générale de la gendarmerie nationale (ITGN) et à la section des recherches de Metz pour déterminer les raisons de ce geste. Agé de 57 ans, le général Samuel a été découvert pendu à son domicile jeudi vers 9h. Il n'aurait pas laissé de message expliquant son geste. Marié et père de trois enfants, ce Saint-Cyrien entré dans la gendarmerie en 1972 avait notamment commandé la légion de gendarmerie de Midi-Pyrénées à Toulouse et dirigé le cabinet du directeur général de la gendarmerie. Commandant de la région Lorraine depuis 2006, il devait prendre sa retraite en septembre prochain. L'homme avait songé à sa reconversion et devait diriger une petite société dans la région de Marseille. AP
La Légion de Gendarmerie Départementale de Midi-Pyrénées couvre les départements du Lot, de L'Aveyron, du Tarn-et-Garonne, du Tarn, du Gers, de la Haute-Garonne, de l'Ariège et des Hautes-Pyrénées. Implantation : Caserne Courège à Toulouse

http://www.stopaloubli.org/base/data/050404%20ROUSSEL%20CONTRE%20L-EST%20REPUBLICAIN%20-1--re%20INSTANCE-.pdf

Suicides du général Samuel et du commissaire Tregouet http://209.85.229.132/search?q=cache:UIHx7LpASqwJ:www.ledauphine.com/suicide-du-general-samuel-%40/index.jspz%3Fchaine%3D14%26article%3D173038+%22G%C3%A9rard+Samuel%22+commissaire+Castres+%22Arnaud+tregouet%22&cd=1&hl=en&ct=clnk

"Delenda est Carthago" ou Moscovici "Psychosociologie des minorités actives" : il faut larguer la Corse par référendum national http://www.angelfire.com/wizard2/solidaires/Corse.html
1905 séparation de l'église et de l'état, 2005 séparation de l'état et de la franc-maçonnerie sur le modèle italien.
http://www.angelfire.com/wizard2/solidaires/1905.html http://sos-justice.us/sos.htm?menus/index02.html

Google