Géographie    Histoire    Religions    Lexique    Encyclopédie


Le Monde de Aan | Histoire
 

Origines   Antiquité   Fondation   Conquêtes   Apogée   Déclin

 

Antiquité

Le Monde en -50L'ère des conflits

L'explosion démographique qui suivit la Seconde Venue de Óðinn eût tôt fait de mettre les Dix Royaumes des Fylingar en situation de conflit: bientôt leurs territoires en vinrent inévitablement en contact, et les premières frontières apparurent. La construction de routes et l'amélioration des chariots accéléraient ce processus, générant un commerce intensif, mais également permettant aux armées une plus grande liberté de mouvement.

 

Ástrík Gúðríksson, roi de Hárvind fût l'un des premiers à ressentir le besoin d'étendre son domaine: il déclara la guerre à Álingborg en -568, guerre qui ne fît aucun maître et se termina la même année; cette guerre, ainsi que celles qui suivirent furent surnommées Guerres des Caravanes, car elles étaient principalement provoquées par les disputes autour des voies de commerce. Les trois villes de Hárvind, Strömby et Álingborg, qui ne se trouvaient qu'à quelques jours de marche l'une de l'autre, ne pouvaient rester longtemps en harmonie très longtemps, et pendant les deux siècles s'échangèrent déclaration de guerre et d'alliance selon les caprices du moment: cette région se mérita le surnom de Triangle de fer. Les autres royaumes n'échappaient pas à ce phénomène: Jaðar et Strömby se firent la guerre entre -510 et -487; Hárdælby, Norvindby et Dágurís de leur côté étaient impliquées dans leur propre 'triangle de fer'.

 

 


La Voie du Guerrier

Ces guerres se déroulaient typiquement selon un scénario établi: deux armées, généralement constituées de soldats professionnels ou de mercenaires, se donnaient rendez-vous sur un terrain neutre. Là ils se faisaient face, se criant des injures et des cris de guerre, puis éventuellement ils chargeaient les uns sur les autres. La cavalerie était encore inconnue; l'usage de l'arc était mal vu, et considéré contraire à l'éthique guerrière. Les batailles étaient rarement sanglantes; le plus souvent un des camps concédait après quelques heures, et retraitait sous les quolibets de leurs vainqueurs. Quelquefois la bataille restait indécise; alors les deux camps convenait d'en recourir au 'Jugement de Aan', en désignant chacun un champion, qui se battait en duel afin de déterminer un vainqueur. Cette tradition se répandit rapidement, et ces champions en vinrent à former une élite au sein de la société fyling: c'est l'origine de l'Ordre du Temple.

 

Les combats à cette époque étaient régies selon un code d'éthique guerrière, le hildetrú ou voie du guerrier. Cette philosophie était dominée par l'honneur, qui avait priorité sur toute autre considération y compris la vie, ou même la victoire. Les tenants du hildetrú soutenaient qu'il est préférable de perdre la bataille avec courage que de remporter la victoire sans éclat, car le but ultime du combat est de plaire à Aan et de lui offrir un bon spectacle: l'expression 'à combattre sans péril, l'on vainc sans gloire' aurait pu leur servir de devise.

 

 


Le premier conquérant

En -85 Harðvart Amundsson de Nordvindby vainquît Hráfnar Hárguðsson, mais au lieu d'accepter le tribut traditionnel, envahît Ostvind et annihila la lignée de Hráfnar. Il scandalisa ainsi tout le peuple fyling, mais Harðvart n'avait pas l'intention d'en rester là. Peu féru des principes du hildetrú, il plaçait son ambition et sa soif de conquête au-dessus de toute considération abstraite d'éthique: il se battait d'abord et avant tout avec la ferme intention de remporter la victoire (il fût d'ailleurs le premier à utiliser systématiquement les archers). Il portait en lui la conviction absolue d'être l'Unificateur prophétisé par Óðinn, et prédestiné à régner sur tout le peuple fyling: la foi en cette destinée motivait toutes ses actions.

 

En -79, Harðvart, à la tête de son clan les Vínur était maintenant le plus puissant de tous les chefs fylings: la ville indépendante de Fárfólk, qui était devenue un important carrefour de commerce tomba sous sa domination. Ce coup d'éclat fouetta l'ardeur conquérante des Vínur, et en -75 ils mirent Jaðar à sac; en -72 les villes de Strömby et Hárvind tombèrent à leur tour: les Dix Royaumes n'en comptaient plus maintenant que six.

 

Mais ses succès devaient s'arrêter là: les rois fyling des clans conquis, qui vivaient en exil à Álingborg formèrent une alliance menée par le roi des Strömlings, Fríðrík Færharðsson. Cette alliance fût défaite à la bataille de Seinnvátn (Lantzaü) en -69, mais la victoire coûta cher aux Vínur qui durent renoncer plus tard à leur mainmise sur Jaðar, après leur avoir extorqué une rançon. En outre, leur roi Harðvart y fût blessé grièvement, et ne serait plus jamais le même. Les chefs alliés de leur côté tombèrent tous au combat: de fait, la bataille alla passer à l'histoire comme une des plus sanglantes jamais disputées, une victoire aux conséquences désastreuses pour les Vínur.

 

Le fils de Fríðrík, Fríðar alors âgé de dix ans, trouva refuge à Jaðar après la bataille, mais peu après fût envoyé enchaîné à Harðvart comme partie de la rançon: ce dernier ne s'intéressa même pas à lui et ordonna tout simplement à ses officiers de l'amener dans les plaines et de l'abandonner aux lions; sans le savoir, Harðvart devait ainsi sceller le destin des Fylingar et de toute l'humanité: lui qui avait faillit dans son grand rêve d'amener les Dix Royaumes sous une seule bannière ne pourra jamais vivre pour voir celui-là même sur qui il n'avait même pas daigné jeter un regard revenir un jour accomplir la destinée qu'il avait cru sienne.

 

 


Les premiers contacts

À partir du 8e siècle PI les Humains, qui connaissaient l'existence des elfes, savaient déjà qu'ils n'étaient pas seuls: mais leurs premières rencontres avec les Lugains furent tout de même un événement sensationnel. Les Fylingar ne surent trop penser de ces êtres étranges, plus semblables à des reptiles qu'à des hommes; certains crurent même qu'ils étaient en fait les Démons des légendes qui avaient brisés les portes de l'Abysse pour venir envahir la terre des mortels. Quelques batailles sporadiques éclatèrent aux limites des grands marais de Ba·tal, mais bientôt il fût évident que les Lugains ne constituaient pas vraiment une menace: ceux-ci, totalement adaptés à leur habitat, étaient prisonniers de leur marais, et les humains n'avaient que faire de ces terres impropres à l'agriculture. Ainsi le pays des Lugains tomba progressivement dans l'oubli, source de mythes et d'histoires tous plus invraisemblables les uns que les autres.

 

La rencontre avec les Guinées eût lieu à partir du 4e siècle PI avec la découverte par des pêcheurs jaðrur d'une île qu'ils nommèrent tout simplement Ey (île). Les premiers contacts furent relativement amicaux, même si les humains se montrèrent arrogants et condescendants à l'occasion. Un commerce s'établit sporadiquement entre les deux peuples, et un comptoir (Hárby) fût fondé en -47. Mais les embarcations primitives de l'époque rendaient les voyages en haute mer hasardeux, et des contacts réguliers ne purent être vraiment établis.

<-Origines     Fondation->