Excursion au Goulag


Ci-dessous sont présentées des photos des camps de travail de l'époque soviétique.



Goulag signifie "Direction principale des camps de travail correctifs". Le système des camps de travail de Staline a été la plus monstrueuse usine de mort de tous les temps, avec une 'production' dépassant même l'Holocauste de la deuxième guerre mondiale. Environ 40 millions de personnes moururent dans les camps de travail du Goulag.



Les camps étaient situés dans la Taïga, une gigantesque forêt en Sibérie russe. Aujourd'hui, toutes les routes sont envahies par la végétation et seul un hélicoptère peut atteindre ces endroits.



Les camps ont été abandonnés à partir de l'été 1953, à la mort de Staline. Une amnistie générale a été prononcée et tous, détenus comme gardiens, ont rapidement fui ces endroits.

Roosevelt remarquait que le capitalisme est inégalement réparti entre les riches, alors que le socialisme est également réparti entre les pauvres. La vie dans les prisons du Goulag équivalait à une égale distribution de la mort entre riches et pauvres, vieux et jeunes. La mort n'avait pas de préférence et venait vers chacun avec empressement, indépendamment du sexe, des croyances ou de la nationalité.



Les gens vivaient dans des baraques de bois. Les prisonniers politiques, appelés également "ennemis de l'état", et les criminels vivaient tous ensembles. Pour la plupart, les "ennemis" provenaient des couches influentes, intelligentes et cultivées de la société. Dans les conditions inhumaines des camps, les gens civilisés et cultivés semblaient moins bien lotis pour survivre que les criminels.



Pour installer leurs règles de fer, les communistes pensaient qu'il fallait débarrasser la société des personnes pensantes et honnêtes. De tels individus sont toujours une menace pour les régimes despotiques. Ils réussirent presque : en vingt années de répression, ils ont traqué beaucoup de valeurs, de convictions et de traditions qui avaient été cultivées depuis des siècles.



Après avoir tué le cerveau de la nation, l'Union Soviétique n'a plus été que risible ; un tyran national que personne ne craignait parce qu'elle était stupide et grosse avec ses armes nucléaires.

Tel un géant débile, l'Union Soviétique a été incapable de quoique ce soit d'intelligent ou de créatif. Ayant exterminé toute sa population sensée et intelligente, l'Union Soviétique a seulement été capable de se montrer, au reste du monde, en exemple ce qu'il ne faut pas faire.



Quiconque essayant de s'échapper du Goulag n'avait presqu'aucune chance de survivre. Il devrait marcher des centaines de kilomètres au travers de forêts sauvages… la direction importait peu puisque les gens n'avaient nulle part où aller. La région entière était un vaste camp de travail et une prison



Une bouteille de vodka – une drogue légale souvent vendue, illégalement, aux prisonniers.



Plus rien ne reste dans cette baraque autrefois bondée. Il y avait deux étages de lits de planche avec plus de 120 condamnés vivant dans chaque baraque.



La plupart des historiens pensent que les répressions commencèrent en 1932 et culminèrent en 1937. Les arrivées dans ces camps ne décrurent lentement qu'avec le commencement de la Grande Guerre Patriotique en 1941. Pourquoi ? Les condamnés au Goulag pouvaient choisir de rejoindre l'armée dans des bataillons disciplinaires et de risquer la mort sous les balles. En 1945, la seconde guerre mondiale prit fin et des millions de ces condamnés retournèrent dans les camps. En fait, les répressions ne cessèrent qu'à la mort de Staline, en 1953.



Une cellule de répression.



Le tiroir d'alimentation.



Les gens mouraient d'épuisement, de famine et des travaux forcés… Le Marxisme-léninisme est fondé sur la théorie de l'évolution qui nous enseigne qu'à travers des millions d'années le travail avait aidé les grands singes à devenir des hommes… Ici, dans ces camps, ils ont prouvé que ce processus est réversible. Avec les travaux forcés et une mauvaise alimentation, en seulement quelques mois, ils ont été capables de faire revenir des êtres humains à l'état animal.





"J'ai réussi mon objectif, et toi ?" demande "l'homme-poster" socialiste. Les communistes ont toujours été des planificateurs invétérés, planifiant même exactement combien de personnes devaient être envoyées dans ces camps. Chaque région avait à signaler le décompte des "ennemis" détenus et si le dirigeant régional n'atteignait pas son quota, alors il devenait lui-même un "ennemi" et rejoignait ces camps.



Voici un des nombreux ponts construits par les condamnés. Il n'a jamais servi parce que Staline mourut avant qu'il soit terminé.



Ils ont construit 900 des 1263 kilomètres de route nécessaires pour relier les villes d'Igarka et de Salechard. 300 000 condamnés moururent pendant la construction de cette route entre 1949 et 1953. Maintenant cette route, comme beaucoup d'autres, ne mène nulle part.



Des locomotives à vapeur de l'époque. Ici, le travail s'est notamment arrêté quand les autorités décidèrent de diffuser la musique du deuil national à la radio. La musique était jouée non-stop, toute la journée, persuadant de plus en plus les gens que la mort était leur lot. Bientôt, prisonniers et gardes ne s'inquiétèrent plus que de partir et rentrer chez eux. Personne ne s'est inquiété de rester pour réparer les barbelés ou les locomotives.



A cet endroit, où avant la révolution le jeune Joseph Staline, connu alors sous le nom de Koba, a passé quelques années de prison. Plus tard, c'est devenu une grande prison de transit, avec ce musée que tout le monde a appelé le "Panthéon de Staline". Elle est abandonnée depuis 1953.



Que ces photos nous rappellent qu'un Etat ne peut pas bâtir sa prospérité sur les os de ses propres citoyens et que si tous ceux qui ont des yeux pour voir sont torturés et tués, alors ceux qui resteront vivront dans un royaume aveugle pour très longtemps.